Chroniques du Talleres [2]

Les nouvelles du club jour après jour

 

            Pour un accès plus rapide à une période donnée, cliquez sur les mois suivants :

                        Mai 2006                                                       Octobre 2006                                                            Mars 2007

                        Juin 2006                                                       Novembre 2006                                                         Avril 2007

                        Juillet 2006                                                    Décembre 2006                                                         Mai 2007

                        Août 2006                                                      Janvier 2007                                                             Juin 2007

Septembre 2006                                             Février 2007                                                             Juillet 2007

 

A noter que les articles paru sous le titre « opinion » présente celle de l’auteur et non de simples informations.

           

Mardi 2 janvier 2007

         Gareca et les anciens joueurs du Talleres. On a déjà évoqué les pistes de Julian Maidana, Diego Garay ou de Cristian Pino, tous encore très loin de Cordoba. Un autre nom est apparu, celui de Lucas Rimoldi, un milieu central de 27 ans qui a évolué dans la « T » après avoir débuté à Las Palmas puis Instituto. « Ils m’ont sondé. Cela m’enchanterait de revenir, j’ai passé de très bons moments au Talleres. Cela ne dépend pas de moi. J’ai un contrat avec Frosinone en seconde division italienne pour encore six mois. Nous verrons ce qui se passe. », a dit le joueur.

˜

         Le tournoi prévu ce mois-ci à Cordoba a perdu une unité et ne sera plus qu’une triangulaire entre le Talleres, Instituto et Chacarita Juniors.

¯

Mercredi 3 janvier 2007

         Pablo Mannara sera selon toute vraisemblance le premier renfort du Talleres. Le milieu droit de 29 ans, ex-joueur de Nueva Chicago signera demain son contrat. Joueur dont la vitesse est apprécié, peut également évolué comme milieu récupérateur. On se pose également quelques questions sur ses relations avec les arbitres, ayant été autrefois puni de 10 matches de suspension après avoir en bousculé un lorsqu’il était à Quilmes et par des déclarations malheureuses lors d’un match en Espagne. Le joueur a débuté à Lanús, puis après avoir rejoint Ferrocarril Oeste, a évolué à Quilmes et Pontevedra en seconde division espagnole.

˜

         Les pistes B et C sont activées au niveau des défenseurs centraux. La première conduit à Walter Alcaraz, qui fait partie de l’effectif professionnel de Vélez Sarsfield depuis 2002, après avoir évolué dans les équipes de jeunes de ce même club. Les bonnes relations qui existent entre les deux clubs, grâce notamment à la présence d’Osvaldo Piazza, faciliteraient certainement une conclusion favorable au transfert. L’autre alternative est Sebastián Pena, ex-joueur d’Argentinos Juniors, Independiente et Belgrano. L’ancien meneur de jeu d’Almagro, Lucas Sparapani, actuellement au Mexique est actuellement évalué.

˜

         Les départs de Gonzalo Bustamante et d’Eugenio Klein sont également confirmés.

˜

Le tournoi triangulaire se déroulera à Cordoba le 17, 19 et 21 janvier. Il reste toutefois à définir le stade : celui de Cordoba est en réfection. Si les travaux ne sont pas terminés, on se rabattra sur le stade d’Instituto.

¯

Jeudi 4 janvier 2007

         Le Talleres retrouve ses idoles. Carlos Granero aura provoqué une énorme surprise lors de la conférence de presse montée pour le retour de Gareca à Cordoba. En prenant la parole après que les journalistes aient posé leurs questions à l'entraîneur, on pensait qu'il allait annoncer la signature de Walter Alcaraz ou d'un autre. Mais son annonce pris une toute autre dimension: "Comme nous sommes à la veille des Rois, nous avons pu satisfaire l'obsession de Gareca. Depuis qu'il a signé comme entraîneur, il n'a de cesse de me prendre la tête pour que nous le prenions. Avant la conférence, j'ai eu une conversation avec Diego Garay, celui-ci m'a autorisé à annoncer l'accord verbal auquel nous sommes arrivés".

Diego Garay était dernièrement à Atlante, un club mexicain, où il avait encore un an de contrat. Mais, ce sont surtout les prétentions financières du joueur qui l'éloignait jusqu'à présent du Talleres. Un montage financier a permis de changer la donne. Le milieu offensif, qui aura 32 ans en février prochain, effectuera donc son deuxième retour dans un club où il est considéré comme une idole. Gareca, Garay, il ne manquent certainement plus que les victoires pour réconcilier les supporters avec leur direction. On espère également que les négociations avec Walter Alcaraz vont bon train, le joueur n’ayant pas été pris en considération par son club (Vélez) et son entraîneur (Ricardo La Volpe). Carlos Granero a également fait part d’une autre piste concernant le défenseur central souhaité. Il a évoqué avec le président d’Independiente la venue de Marcos Ramirez, qui vient de perdre sa place de titulaire suite à l’engagement d’un défenseur paraguayen. Affaire à suivre…

˜

Interview de Pablo Mannara :

Qu’est-ce qui  vous as séduit dans la proposition (du Talleres) ?

« J’ai beaucoup apprécié que Gareca me téléphone et m’invite à faire partie de l’équipe. Les négociations ont été rapides parce que j’avais le désir de venir… »

Jouer dans une division inférieure ne signifie t’il pas pour vous un recul ?

« Non. De 17 à 21 ans j’ai joué en seconde division et il y a sept ans que je suis en première division. A Nueva Chicago, j’alternais entre titulaire et remplaçant. Je recherche plus de continuité et j’espère l’obtenir avec le Talleres et combattre pour le titre. »

Dans quelle position, vous sentez-vous le mieux ?

« Je suis milieu latéral droit. Mais je peux aussi jouer comme meneur de jeu ou comme second milieu défensif… »

Le Talleres n’est pas au meilleur de sa forme ?

« C’est une circonstance. L’équipe est certainement la plus grande de la division et je vais me sacrifier pour l’amener dans les premières places. »

Qu’est-ce que tu connais de l’équipe ?

« Pas tant de choses que cela. Les seuls joueurs que je connaisse sont Malagueño, qui a été mon compagnon à Olimpo et Trullet quand j’ai été à Quilmes. De par son histoire, le Talleres doit combattre pour les premières places et ce championnat ne vas pas être l’exception. Je vais me tuer pour ce maillot. »

¯

Vendredi 5 janvier 2007

         Reprise de l'entraînement. Sous les ordres de Gareca, 37 joueurs étaient présents dont 13 jeunes. Javier Malagueño n'a visiblement pas finalisé avec Guingamp puisqu'il était présent et affirmait vouloir faire le tournoi de clôture avec le Talleres. Emanuel Giménez pourrait également rester car Gareca compte sur lui. En cas de départ, il ne disposerait plus que de Ivan Dragojevich comme milieu défensif, puisque le jeune Juan Galarraga s’est fracturé le pied. Le club devrait alors recruter dans ce secteur, ce qui ne faisait pas partie des plans initiaux.

˜

Recrutements et départs. Diego Garay, interrogé, a confirmé son accord avec le club, mais qu'il n'y avait encore rien de signé. Son agent étant en Europe, une rencontre avec la direction n'est prévue que pour lundi. Ce week-end les négociations devraient continuer pour trouver un renfort défensif majeur. Walter Alcaraz semble toujours tenir la corde.

 Du coté des départs, Joël Barbosa et Fernando Pasquinelli sont les deux derniers en date. Les cas de Emanuel Giménez, Mauro Algecira, Cristian Devalis, Claudio Gonzalez et Leonardo Baroni seront examinés dans les jours qui viennent.

L'équipe type au 5 janvier:

Diego Pozo - Lautaro Trullet, x..., Javier Malagueño, x... ou (Leonardo Baroni) - Pablo Mannara, x... ou (Emanuel Giménez), Cristian Rios ou Agustin Correa - Diego Garay – Victor Piriz Alvès, Diego Ceballos.

˜

 Gustavo Eberto. Vous souvenez-vous de ce joueur ? Il y a un an, il était le gardien n°2 du Talleres. Ancien international Argentin dans les catégories jeunes, il était un réel espoir. Malheureusement, la maladie le rattrape très vite et un cancer des testicules l'oblige à quitter les terrains pour se soigner. Il subira lundi une transplantation de moelle osseuse. On lui souhaite un prompt rétablissement.

˜

Fernando Pasquinelli est parti. Le jour même de la prise de fonction de Gareca, il a quitté Cordoba pour un club de la banlieue de Buenos Aires, Temperley, qui évolue en Primera B (troisième division AFA)

¯

Dimanche 7 janvier 2007

Les listes de Gareca : Il devait trancher et constituer son groupe qui part aujourd'hui en stage à San Miguel. Sa liste de 31 joueurs fait une part belle aux jeunes et comporte quelques surprises:

1 - Diego Pozo (Gardien)
2 - non attribué
3 - Leonardo Baroni (arrière latéral gauche)
4 - Lautaro Trullet (arrière latéral droit)
5 - Ivan Dragojevich (Milieu défensif)
6 - Javier Malagueño (Stoppeur)
7 - Victor Piriz Alvès (avant)
8 - Pablo Mannara (milieu droit)
9 - Diego Ceballos (avant centre)
10 - Federico Bongioanni (milieu offensif)
11 - Agustin Correa (milieu gauche)
12 - Silvio Dulcich (gardien)
13 - Fernando Godoy (défenseur)
14 - Mauro Algecira (milieu défensif ou droit)
15 - non attribué
16 - Roberto Moreyra (avant/équipe des moins de 20 ans)
17 - Bruno Conti (défenseur/équipe B)
18 - Julio Buffarini (milieu droit/équ. des - de 18 ans)
19 - Javier Pastore (milieu offensif/équ. des - de 17 ans)
20 - Matias Quiroga (milieu gauche/équ. des - de 20 ans)
21 - Julio Santillán (avant/équ. des - de 20 ans)
22 - Juan Compagnucci (milieu défensif/équ. des - de 20 ans)
23 - Gonzalo Gorosito (défenseur/équ. des - de 20 ans)
24 - Leandro Requena (Gardien/équ. des - de 20 ans)
25 - Martin Silva (gardien/équipe B)
26 - Agustin Diaz (milieu offensif)
27 - Emiliano Gómez (défenseur/équ. des - de 20 ans)
28 - Diego Garay (milieu offensif)
29 - Ramiro Pereyra (milieu/équipe B)
30 - Emanuel Giménez (milieu défensif)
31 - Mauro Ramallo (défenseur/équ. des - de 18 ans)
32 - Guillermo Cosaro (milieu défensif/équ. des - de 17 ans)
33 - Cristian Troncoso (arrière gauche/équ. des - 20 ans)

Juan Galarraga (défenseur central de l'équipe des moins de 20 ans) aurait également du faire partie de cette liste sans une blessure au métatarse contracté à l'entraînement. On notera la présence de 4 des 5 joueurs venus en stage à l'ASSE (Moreyra, Buffarini, Pastore, Cosaro).

Les joueurs dont le Talleres entend se passer :
Tous ces joueurs n'ont pas été retenu par Gareca et sont dès lors libres de chercher un nouveau club.
- Daniel Mustafá (défenseur central, pourtant titulaire depuis le départ de Saporiti)
- Damián Felicia (milieu droit)
- Cristian Rios (milieu gauche)
- Juan Cruz Gill (défenseur)
ces trois joueurs étaient jusque maintenant plutôt des joueurs de remplacements.
- Cristian Devallis (milieu droit)
- Leonardo Estevez (défenseur latéral droit, n'a plus joué depuis un an).
- Dario Rivadero (milieu)
- Claudio González (avant, n'a pratiquement pas joué, souvent blessé)
- Marcelo Simó (avant de l'équipe B)
- Mauricio Mazzetti (ce jeune défenseur central avait occupé le poste de latéral gauche pendant 2 match en début de saison, avant de rejoindre l'équipe B; a une proposition dans une division inférieure).

¯

Lundi 8 janvier 2007

         Garay a signé. on avait beau savoir que son enrôlement pour une nouvelle campagne était acquise, tant que cela n'était pas officiellement signé, on se posait toujours quelques questions, imaginant un revirement de dernière minute. Il n'a pas eu lieu. Garay a signé pour un an ce lundi et rejoint dans la foulée le stage à San Miguel.

Petit rappel de sa carrière:
Diego Hector Garay, né le 1er février 1975 à San Francisco (Argentine), 343 matches, 75 buts
1992 - 1995 Newell's Olid Boys
1995 - 1999 Talleres
1999 - 2000 Strasbourg (France)
2001 - 2002 Talleres
2002 - 2003 Querétaro (Mexique)
2003 Barcelone (Equateur)
2004 Irapuato (Mexique)
2004 - 2006 Atlante (Mexique)
2006 Leon (Mexique)

˜

Premier entraînement à San Miguel. Les joueurs du Talleres ont pris leurs marques avec un premier entraînement qui s'est terminé par un petit match. L'équipe des "Titulaires" composée par Gareca se présentait en 3 - 4 - 1 - 2, à savoir: Diego Pozo – Bruno Conti, Javier Malagueño, Fernando Godoy – Lautaro Trullet, Pablo Mannara, Emanuel Giménez, Agustin Correa - Javier Pastore - Victor Piriz Alvès, Diego Ceballos. Un match amical est prévu pour Samedi contre Alumni ou 9 de Julio (Rio Tercero).

˜

Arrivées et départs. Depuis l'arrivée de Diego Garay, la priorité est au recrutement d'un arrière central, un véritable patron de la défense. La piste Walter Alcaraz semble piétiner, mais la direction insiste pour le faire signer. Les autres possibilités sont Carlos Garcia, un uruguayen de Liverpool (il a 27 ans et mesure 1m92) qui a également joué au Peñarol Montevideo et à Venise (Italie), ou Gabriel Ruiz, un défenseur polyvalent jouant à Tiro Federal (Rosario) et appartenant à Newell's. Les pistes de Sebastian Pento et Horacio Ameli semblent plus douteuses.
On avait déjà évoqué l'intérêt du Talleres au retour de Luciano Leguizamón. Mais la piste semblait lointaine puisqu'il donnait sa préférence à Gimnasia (La Plata), club de 1ere division. Lundi, l'entraîneur de ce club, Pedro Troglio a décidé de se passer de l'attaquant pour le prochain tournoi. Cela n'a pas échappé aux dirigeants du Talleres qui ont décidé de relancer le joueur. Peut-être pourra t-on revoir le duo d'attaque Leguizamón - Ceballos qui fit merveille à Gimnasia (Entre Rios).

D'un autre coté, Juan Cruz Gill a reçu des propositions de Gimnasia Mendoza et de Ben Hur, tandis que Cristian Devallis est annoncé à Almagro.

¯

Mardi 9 janvier 2007

         La défense est le secteur que Gareca compte encore le plus renforcer. C’est pourquoi, il avance aujourd’hui que ses deux derniers renforts seront des arrières centraux. Il réclame aujourd’hui la venue d’un joueur paraguayen qu’il a eut sous ses ordres : Arnaldo Espinola. Outre ce joueur, la seconde piste mène toujours à Walter Alcaraz ou à Sébastian Pena.

˜

         La seconde journée de l’entraînement à San Miguel a été marquée par l’arrivée de Diego Garay. Ce fut d’ailleurs la seule incorporation à l’équipe des titulaires, le meneur de jeu remplaçant le jeune Javier Pastore.

¯

Mercredi 10 janvier 2007

         Tout ne va pas pour le mieux entre Carlos Granero et l’A.S. Saint Etienne. Le président du Talleres a laissé entendre qu’une fois la préparation de l’équipe terminée, il entend remettre de l’ordre dans l’accord qui lie les deux clubs. « C’est un fait qu’après avoir contracté tous les renforts, nous allons tout remettre en question. Qui doute encore qu’ils se sont éloignés de la réalité de notre projet commun. Ils n’ont pas eu de participation active et le Talleres n’a pas été une de leur priorité. » Il a même laissé entendre « qu’un groupe d’entreprises locales dont je me réserve le nom, pourrait devenir notre partenaire. ». Du coté de Saint Etienne, on a évidement pas la même compréhension du dossier. Omar Da Fonseca, lors de sa dernière visite affirmait : « On est loin de l’appui que nous devons mutuellement nous offrir. » Les raisons de ce conflit semble tenir dans le refus de Carlos Granero de libérer Javier Pastore et Guillermo Cosaro, réclamés par l’A.S.S.E. à la suite du stage de novembre. Ce nouveau refus survient après deux autres. Le premier remonte à juillet 2006, lorsque l’A.S. Saint Etienne demande le transfert de Julio Buffarini. Il est alors refusé par Granero au prétexte que Saporiti voulait l’incorporer à la préparation de l’équipe première. Un mois plus tard, nouveau refus lorsque l’A.S.S.E. propose que de jeunes brésiliens (obtenus dans le cadre d’un partenariat suite au transfert d’Ilan) soient incorporés aux équipes de jeunes. Le troisième semble devoir laisser plus de traces dans cette jeune relation entre les deux clubs.

¯

Jeudi 11 janvier 2007

         Le défenseur central Walter Alcaraz est définitivement à rayer des possibles renforts du Talleres. Il vient de signer à Chacarita Juniors.

˜

         Bruno Conti souffre d’une rupture des ligaments, produit d’une pubalgie.

¯

Vendredi 12 janvier 2007

Amical : Talleres – Racing (Cordoba)     0 – 0 :

         Le Talleres devait disputer samedi un match amical contre un adversaire à désigner. Il en aura finalement trouver un en la personne du Racing (de Nueva Italia) au pris d'un changement de date. Le match opposant les deux équipes de Cordoba se déroula finalement le vendredi à 18 heures devant un millier de spectateurs, majoritairement supporters du Talleres.

Disputé sous un soleil de plomb (35° à l'ombre), cette confrontation n'eut pas de vainqueur, mais elle permit de constater que Diego Garay était déjà bien affûté, distribuant de bons ballons d'attaques. Sur deux de ceux-ci, le Talleres ne fut pas loin de prendre l'avantage: le premier repris par Javier Malagueño toucha les montants de la cage adverse et le second par Fernando Godoy trouva le gardien sur sa trajectoire. Le Racing ne se contenta pas de défendre et il mit plus d'une fois à l'épreuve un Talleres bien léger sur son côté gauche (Godoy, Correa).

 L'équipe alignée: Diego Pozo - Javier Malagueño, Juan Compagnucci, Fernando Godoy - Lautaro Trullet, Pablo Mannara, Emanuel Giménez, Agustin Correa (puis Ivan Dragojevich) - Diego Garay - Victor Piriz Alvès, Diego Ceballos (puis Javier Pastore).

 Une seconde confrontation réunissait ensuite les équipes B des deux clubs pour le même résultat nul, 0 à 0. L'équipe B alignée: Silvio Dulcich – Cristian Troncoso, Leonardo Baroni, Gonzalo Gorosito, Emiliano Gomez - Julio Buffarini, Ivan Dragojevich, Mauro Algecira - Javier Pastore - Roberto Moreyra, Julio Santillán.

˜

Départs. Le défenseur Daniel Mustafá et le milieu Gonzalo Bustamante émigreront vers le Palestino du Chile, Damián Felicia rejoindra lui l'Equateur. Enfin, Dario Rivadero régresse dans les divisions inférieures à Sportivo Patria de Formosa.

¯

Samedi 13 janvier 2007

Le Talleres tient sa troisième recrue : Arnaldo Espinola, défenseur central paraguayen de 31 ans, arrive en prêt pour 6 mois. Le joueur est international paraguayen. Il a joué plus de 30 matches lors de la dernière campagne avec Huachipato et a évolué précédemment avec Cruzeiro et l’Internacional de Porto Alegre au Brésil, Libertad au Paraguay, à l'Universidad de Chile et Cerro Porteno, toujours au Chili.

Pour le quatrième renfort autorisé, le profil recherché serait plutôt celui d'un défenseur ou d'un latéral gauche plutôt qu'un attaquant. La préférence de Gareca irait toujours vers le colombien Ivan Garrido qu'il a eu sous ses ordres à Independiente.

˜

Le tournoi triangulaire a été officiellement présenté hier. Mercredi prochain, à 21h30, le Talleres et Instituto s’affronteront dans un derby déjà capital pour la confiance des équipes des deux clubs. Le vendredi 19, Chacarita Juniors et Instituto se rencontreront et le tournoi se terminera le dimanche 21 par un duel entre le Talleres et Chacarita qui, une semaine avant l’ouverture du championnat aura devrait nous renseigner sur les ambitions des uns et des autres.

˜

Ricardo Finocciaro, vice-président du Talleres, a tenu à préciser qu’il n’était pas encore question de rupture avec l’A.S. Saint Etienne, mais que le Talleres « attendait une plus grande implication de leur part tant dans leur participation (financière ?) que dans les décisions. Des réunions sont prévues (souhaitées ?) afin d’arriver à une meilleure entente. »

¯

Dimanche 14 janvier 2007

         Garay jouera-t-il lors du derby ? Gareca a avancé qu’il pourrait être préservé en vue du championnat et que, de toute façon, il ne prendrait pas part à l’intégralité de la rencontre.

¯

Lundi 15 janvier 2007

         La vente des billets pour le derby est marqué par un certain enthousiasme. Près de 4.000 ont trouvé preneurs auprès du Talleres dès la première journée de mise en vente, essentiellement dans les populaires. A Instituto, la mobilisation est un peu moins forte. La question qui revient sur toutes les lèvres est celle concernant la présence de Diego Garay, confirmant qu’il est resté une idole auprès du peuple Tallarin.

¯

Mardi 16 janvier 2007

         Arnaldo Espinola, le défenseur central paraguayen s’est joint, aujourd’hui, à l’entraînement. Pour autant, il ne devrait pas participer même sur le banc au match contre Instituto. Pour compléter son équipe, Gareca devrait demander un autre défenseur. Les pistes actuelles se concentrent sur le colombien Ivan Garrido, un autre paraguayen et le latéral Cristian Tavio, ex-Olimpo, actuellement à Arsenal.

 

         Arnaldo Espinola est le 31e étranger depuis que le club évolue dans les championnats de l’AFA à évoluer au Talleres. Il est également le 14e paraguayen. César Mendoza avait été le premier, puis a suivi une série de joueurs ayant évolué en équipe nationale : Catalino Rivarola, Adolfino Cañete, Rubén Martín Ruiz Díaz, César Zabala et Pablo Ortiz, puis le niveau a quelque peu baissé et certains joueurs n’ont fait que passer, tel Annibal Ferreira et Derlis Martinez. A ces joueurs « Guaranies », s’ajoutent :

         9 urugayens : Javier López Báez (1987/90), Bogado (1985/87), Dalto (1991/92), Zeoli (1991/92), Eduardo Da Silva (1992/93), Henry López Báez (1993/94), Montelongo (1996/98), Canobbio (1998/99), Píriz Alves (2003/2004 et 2006/2007).

         2 colombiens : Roberto Mosquera (1981), Mauricio Serna (2004)

         2 vénézuéliens : Félix Hernández (1996), Cristian Casseres (2004)

         1 panaméen : Bolívar (1993/94)

         1 équatorien : Baldeón (2005)

         1 espagnol : Pablo Trobbiani (1998)

         1 brésilien : Julio Da Silva (1981/82), le premier de tous et le seul non hispanophone.

        

Ceballos est à nouveau sollicité. Quilmes, qui avait déjà exprimé sa volonté de recruter Diego Ceballos avant les fêtes, a, de nouveau, renouvelé sa demande. Il ne semble pas toutefois qu'un départ soit possible car Gareca n'a pas beaucoup de solutions en attaque et le Talleres ne peut plus recruter qu'un seul joueur à l'intersaison. Et pour cette dernière recrue, un latéral gauche est préféré. Le joueur lui-même s'était exprimé sur la question et avait affirmé "(qu'il) avait un contrat jusqu'en juin et (qu'il) entendait le respecter."

¯

Mercredi 17 janvier 2007

         Tournoi Triangulaire: victoire d'Instituto, 1 – 0.

But : Javier Malagueño (17e contre son camp)

Instituto : De La Fuente – Pilipauskas, Furios, Bordicio, Cámpora – Fioretto (Miranda, 83e), Griva, Cobo (Serrano, 46e), Montalbo – Nadaya (Sánchez, 46e), Romero (Boyero, 66e). DT : Eduardo Anzarda

Talleres : Diego Pozo – Javier Malagueño, Juan Compagnucci, Fernando Godoy – Lautaro Trullet, Pablo Mannara (Javier Pastore, 86e), Emanuel Giménez (Ivan Dragojevich, 66e), Agustin Correa (Agustin Diaz, 66e) – Diego Garay (Federico Bongioanni, 46e) – Victor Piriz Alvès, Diego Ceballos. DT : Ricardo Gareca.

Avertissements : Fioretto, Griva, Furios (Instituto), Bongioanni, Godoy, Giménez (Talleres) – expulsions : Furios (48e), Godoy (88e)

Instituto aura profité de toutes les erreurs (les errements ?) du Talleres pour gagner petitement un match somme toute assez terne. On pourra toujours devisé sur la légitimité de la victoire d'Instituto, mais on pourra également se demander comment un match qui aura vu quelques 70 tirs (au cumul des deux équipes) ne produise qu'un seul but. On se demandera encore comment le Talleres ne sut pas profiter de l’avantage qui lui était donné alors qu’Instituto joua à 10 dès le début de la seconde mi-temps. On mettra en avant la performance des deux gardiens (Pozo pour le Talleres et surtout De Lafuente pour Instituto qui arrêta un penalty accordé à Garay), mais également la maladresse des avants. Toutefois, on aura apprécié que le Talleres ne subisse plus le match comme lors de ces dernières sorties. Hier, on s'est aperçu que Diego Garay, même s'il manquait d'automatismes avec Piriz Alvès et Ceballos, était déjà bien affûté. Ce fut de loin le meilleur joueur du Talleres. Avec lui, citons Diego Pozo et Javier Malagueño, qui fut tout près d'obtenir ce but sur lequel les avants butaient. Malheureusement, De Lafuente sorti encore une parade miraculeuse. A noter également la belle présence de Federico Bongioanni, entré en cours de jeu et copieusement sifflé par les supporters d'Instituto (où il avait joué auparavant). Les faiblesses du Talleres vinrent principalement du milieu où Pablo Mannara et Agustin Correa ne se montrèrent pas à la hauteur, en particulier dans la relance offensive. Juan Pablo Compagnucci (20 ans) suppléant Arnaldo Espinola, encore trop fraîchement débarqué, montra également de nombreuses lacunes et une grande fébrilité. Javier Pastore n'ayant joué que 5 minutes ne peut être jugé.

 On regrettera également que de nouvelles violences entre groupes ultras de supporters du Talleres, puis avec ceux d'Instituto et la police. Le bilan de la soirée est lourd : 11 blessés, 24 arrestations et des charges de la police dans les tribunes alors que le match se déroulait.

˜

Victoire Matinale. Les remplaçants étaient convoqués très tôt le matin (à 9 heures), pour disputer un match amical contre l'équipe première de Juniors, un club de 4e division. Cela ne les empêcha pas de se montrer efficaces et d'enregistrer une victoire 3 à 2 (buts: Bongioanni, Pereyra, Moreyra). Le Talleres se présentait dans la compo suivante: Silvio Dulcich – Cristian Troncoso, Oyola, Leonardo Baroni, Emiliano Gomez – Mauro Algecira, Ivan Dragojevich, Federico Bongioanni – Ramiro Pereyra – Agustin Diaz, Roberto Moreyra.

¯

Jeudi 18 janvier 2007

         Ricardo Gareca a décidé de prendre son temps pour analyser quel sera le quatrième renfort du Talleres. Jusqu’ici, il penchait pour engager un autre défenseur central. Dans ce domaine, il a indiqué que les négociations avec Ivan Garrido étaient rompus. Le joueur demandait un salaire que le club n’était pas disposé à payer. Mauricio Serna, qui avait indiqué cette piste serait déjà en quête d’un autre défenseur.

¯

Vendredi 19 janvier 2007

         Peut-être est-ce le peu de réussite de ses attaquants face à Instituto qui a incité Gareca à changer son fusil d’épaule. Ce n’était pas un autre défenseur que traquait Mauricio Serna, mais un attaquant colombien, Yovanny Arrechea, que l’entraîneur du Talleres a dirigé à l’America Cali. Une autre piste possible concerne Gonzalo Klussener, attaquant d’Estudiantes, qui vient de jouer avec Antofagasta (Chili) et qui est actuellement libre.

¯

Samedi 20 janvier 2007

         Tournoi triangulaire: Le Talleres peut encore remporter la victoire finale ! Avec la victoire de Chacarita Juniors sur Instituto 1 à 0, vendredi soir, le Talleres est relancé dans ce tournoi. Ses adversaires comptant une victoire chacun, il devra toutefois battre Chacarita dimanche soir, et le battre par plus d'un but d'écart. En effet, une victoire par 1 à 0 ne suffirait pas. On se retrouverait avec une égalité complète des trois équipes. L'organisation avait prévu ce cas de figure et un tirage au sort avait été effectué auparavant. Chacarita Juniors l'avait remporté devant le Talleres et l'Instituto. Donc le classement de ce tournoi s'établirait ainsi:

1)     en cas de victoire de Chacarita ou de match nul: 1. Chacarita, 2. Instituto, 3. Talleres

2)     en cas de victoire du Talleres par un but d'écart: 1. Chacarita, 2. Talleres, 3. Instituto

3)     en cas de victoire du Talleres par deux buts ou plus d'écart: 1. Talleres, 2. Chacarita, 3. Instituto.

˜

Quelle équipe alignera Gareca ? Cela reste aux niveaux des suppositions. Gareca a toujours affirmé qu'il ne souhaitait qu'un de ces joueurs majeurs se blesse avant le championnat. Il se murmure qu'il se passerait pour la rencontre de dimanche de Garay, de Mannara, de Ceballos et de Giménez. Mais les joueurs concernés ne l'entendent pas vraiment de cette oreille et Garay a déjà avancé qu'il souhaitait effectuer au moins une mi-temps pour parfaire sa forme. Gareca alignerait au départ une équipe composé de Pozo - Trullet, Compagnucci, Malagueno, Baroni - Algecira, Dragojevich, Ramiro Pereyra - Bongioanni ou Pastore - Diaz, Piriz Alvès.

¯

Dimanche 21 janvier 2007

         Tournoi Triangulaire : Talleres bat Chacarita Juniors 1 – 0

but: Ceballos (15e)

Talleres: Diego Pozo – Juan Compagnucci, Javier Malagueño, Leonardo Baroni – Lautaro Trullet (Agustin Correa, 80e), Mauro Algecira, Ivan Dragojevich, Ramiro Pereyra – Javier Pastore (Julio Buffarini, 90e) – Agustin Diaz (Roberto Moreyra, 6e), Diego Ceballos (Cristian Troncoso, 80e). DT: Gareca.

Chacarita Juniors: Liinás - Mánquez, Cáceres, Preccones, Maroni - Iñiguez (Marmorinelli, 90e), Pereyra, Gómez, López – Alustiza, Morales. DT: Hector Rivoira

Une victoire qui pourrait tout changer. En alignant une équipe mixte titulaires - jeunes, Gareca avait fait un pari qui s’avéra payant. En laissant six titulaires au repos pour les « préserver » en vue du championnat, il comptait également impliquer le plus grand nombre de joueurs dans la préparation des échéances à venir. On aurait pu craindre que le jeu s’en ressente et l’équipe s’en tienne à des approximations craintives. Il n’en fut rien. Au contraire, on assista à un spectacle auquel les joueurs du Talleres ne nous avaient plus convié depuis longtemps. Dès la première minute, ils prirent totalement l’emprise sur le match, sevrant totalement de ballons Chacarita. La pression continua sans discontinuer jusqu’à la mi-temps atteinte sur le score de 1 à 0. Encore, certains ballons auraient mérité meilleurs sorts et un score beaucoup plus lourd n’aurait pas été immérité. Dans l’équipe, un seul joueur ne participa pas à l’euphorie générale : Diego Pozo. Il faut dire qu’il ne vit jamais le ballon lors de cette mi-temps. Mais ce sont surtout l’audace et la qualité de jeu de deux jeunes que l’on aura remarqué lors de ce match. Fortement applaudi par les supporters présents, Javier Pastore fut un remplaçant plus que convainquant de Diego Garay. Il fut le meilleur homme du match. Le second jeune à se mettre en évidence fut Ramiro Pereyra, sur le coté gauche. Il se signala par ses débordements incessants et sa passe décisive à Diego Ceballos. Sur le coté droit, Lautaro Trullet ne fut pas en reste et pour une fois les attaquants eurent de nombreux ballons à exploiter. En seconde mi-temps, le jeu s’équilibra, quelques manques d’automatismes se firent jours en défense, mais le Talleres continua d’attaquer et de se montrer sous un jour favorable. Il mettait ainsi fin à une longue période sans victoires, la dernière remontant au 4 novembre face à Huracán (TA).

¯

Lundi 22 janvier 2007

         Les Jeunes de nouveau au travail. Outre ceux qui avaient été appelés à rejoindre l'entraînement des pros, les catégories de jeunes ont repris le chemin des terrains en début de semaine. Ce sont principalement une centaine de jeunes des catégories 20 ans, 18 ans et 17 ans qui évolueront dans les championnats AFA. Ils sont partis en stage pour une quinzaine de jours sous la direction du coordinateur Piero Foglia et des entraîneurs Roberto Oste et Jorge Grassi. La situation de Fabián Carrizo se définira dans les prochains jours avec la direction. Les autres catégories reprendront à Cordoba sous la direction de Luis Gauto.

¯

Mardi 23 janvier 2007

         Reprise de l’entraînement pour les professionnels, avec comme objectif, le premier match du tournoi de clôture qui se profile à l’horizon de cette fin de semaine. Gareca est enthousiaste et prudent. Il ne s’attend pas à une tâche facile et pense que plus d’équipes seront protagonistes que lors du tournoi d’ouverture. Pour le match de dimanche, il s’attend à avoir affaire à un gros bloc défensif et demandera à ses joueurs qu’ils se soumettent à des efforts de mobilité pour le casser. C’est dans cet optique qu’il a travaillé aujourd’hui avec une équipe « titulaire » comportant trois numéros 10 (Garay et les jeunes Pereyra et Pastore). Dans un 4-2-3-1 inhabituel, l’équipe se présentait dans la composition suivante : Dulcich - Algecira (Trullet était aux soins), Compagnucci, Malagueño, Godoy – Mannara, Dragojevich – Garay, Pastore, Pereyra - Ceballos.

˜

         Pastore et Pereyra joueront-ils dimanche ? Après leur remarquable prestation contre Chacarita, les deux jeunes ont marqué des points. Seront-ils dans les seize, dimanche prochain ? On s'étonnerait de ne pas les y voir. Seront-ils Titulaires ? Rien n'est moins sûr. Gareca n'entend pas précipiter les choses. Pourtant il l'avait déjà fait en 1997 avec une réussite certaine en titularisant deux jeunes lors de la 1ere journée de championnat: Daniel Albornos et Rodrigo Astudillo. Dans l'immédiat, Gareca multiplie les combinaisons à l'entraînement pour les familiariser et diminuer la légitime angoisse d’une première sélection.

¯

Mercredi 24 janvier 2007

         " Pelé " est le 4e renfort du Talleres. Oscar Eduardo Villareal dit "Pelé", un avant colombien de 25 ans devrait signer aujourd'hui après la traditionnelle visite médicale un contrat d'un an avec le Talleres. Prêté par l'América de Cali, son contrat contient une clause de résiliation au bout de six mois ainsi qu'une option d'achat de 600.000 dollars.

Son parcours : 1999: America Cali ; 2000: Real Cartagena ; 2001 à 2003: America Cali ; 2004: Aucas (Equateur) ; 2005: America Cali ; 2006: Universad San Marin de Porres (Perou). Il a été également international colombien dans toutes les catégories jeunes: 15, 17, 20 et 23 ans. Il a également disputé le tournoi de Toulon en 2001.

˜

         Ricardo Gareca accumule les essais en vue du match de dimanche. Ce matin, il alignait une équipe “titulaire” formée en 4-3-2-1 : Pozo – Godoy, Malagueño, Espinola, Baroni – Mannara, Giménez (puis Dragojevich), Pereyra – Garay, Pastore (puis Piriz Alves – Ceballos. L’après-midi, il pratiquait avec un 3-4-2-1 pour le moins original: Dulcich – Godoy, Malagueño, Espinola – Mannara, Compagnucci, Giménez, Quiroga – Garay, Bongioanni – Ceballos.

¯

Jeudi 25 janvier 2007

         Les habilitations des contrats de Garay, Espinola et Mannara sont attendues pour aujourd’hui auprès de la ligue de Córdoba. Venant tous trois de l’étranger, leurs participations au match de dimanche est suspendue à l’arrivée de la précieuse autorisation. Celle de Villareal arrivera par la suite.

˜

         Quel accueil aura l’arbitre du match, Luis Bongianino, dimanche ? Il aura laissé un mauvais souvenir au Talleres lorsque la saison dernière, il se signala par un match partisan lors de la rencontre contre Aldosivi. Il avait annulé un but parfaitement valable de Plana et accumulé les erreurs d’arbitrage de façon très préjudiciable au Talleres. La rencontre s’était terminée sur le score de 0 à 0. Il avait publiquement exprimé des excuses après son mauvais match.

¯

Vendredi 26 janvier 2007

         Les habilitations ont été recues et les trois recrues Diego Garay, Pablo Mannara et Arnaldo Espinola pourront jouer sans problème dimanche contre Defensa y Justicia. Gareca a toutefois été plus évasif sur l’équipe qu’il alignera sur ce match. Il a convoqué 18 joueurs à la mise au vert d’avant match: les gardiens Diego Pozo et Silvio Dulcich, les défenseurs Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Arnaldo Espinola, Leonardo Baroni et Fernando Godoy, les milieux de terrains Pablo Mannara, Emanuel Giménez, Ramiro Pereyra et Mauro Algecira, les meneurs de jeu Diego Garay, Javier Pastore et Federico Bongioanni, les attaquants Diego Ceballos, Victor Piriz Alves, Roberto Moreyra et Julio Santillán. Deux n’apparaîtront pas sur la feuille de match. L’autre inconnue est la place qui sera faîte aux jeunes.

˜

         Ramiro Pereyra a tout juste 21 ans et est aux portes de l’équipe première. Pourtant, il y a moins de deux ans, en mars 2005, son avenir de footballeur était plutôt noir. Une rupture des ligaments du genou droit allait-elle interrompre sa carrière au moment le plus critique. Une saison quasi blanche au moment où tout peut se jouer. Il reviendra en toute fin de saison pour quelques matches avec les moins de 20 ans. Puis la limite d’age se pose. Piero Foglia intervient alors en sa faveur pour que on l’incorpore à l’équie qui dispute le championnat de la ligue de Córdoba. Un pis-aller ! Le joueur songe à partir et à honorer les propositions qu’il a en main des clubs de Sportivo Belgrano de San Francisco et Sportivo Patria, deux clubs de 4e division. L’arrivée de Gareca qui appelle 12 jeunes à l’entraînement de l’équipe première change les choses. Tout s’enchaîne et il pourrait se retrouver dimanche titulaire lors de son premier match professionnel.

¯

Samedi 27 janvier 2007

Le Talleres en deuil

Amadeo Nuccetelli (9 juillet 1930 – 27 janvier 2007) est mort.

 

             Aux premières heures de la journée, l’ancien président emblèmatique du Talleres est décédé des suites d’une longue maladie. Pour nous français et stéphanois, son parcours pourrait être comparé sans honte à celui de Roger Rocher. Il fut président du Talleres de 1973 à 1987 à une période trouble pour l’Argentine, celle de la junte militaire. Il fut le président qui donna ses lettres de noblesse au club et en fit un grand d’Argentine.

             Né en 1930 à San Francisco (Argentine), il se signala comme un chef d’entreprise comblé dans les domaines immobiliers et la vente de véhicules automobiles. En 1970, il rentre à la direction du Talleres et en 1973, en prend la présidence, remplaçant Miguel Srur. En moins d’un an, il fera du club un grand. La ligue de Cordoba devint très vite pour lui trop petite. Il en remportait six titres de 1974 à 1979, mais il n’y avait plus d’adversaires à sa taille. C’est à cette période qu’il envoie son club disputer des rencontres amicales aux quatres coins du monde, en Grèce, en Turquie, aux Etats-Unis, au Zaïre, en Equateur, au Guatemala, au Honduras et au Salvador.

             Mais, cela ne lui suffit pas. Il veut casser l’hégémonie des clubs historiques de l’AFA sur le football argentin. Jusque dans les années 70, les championnats nationaux ne sont disputés que par les clubs de l’AFA, des clubs essentiellement de la province de Buenos Aires. A partir de 1967,  un championnat national conclu la saison en acceptant certains qualifiés de province, mais l’intégration est loin d’être faîte. En 1977, Nuccetelli sera à l’origine de la création d’une ligue de l’Intérieur pour faire face à l’AFA. Derrière le Talleres, s’y retrouveront des clubs tels Instituto, Godoy Cruz (Mendoza), Gimnasia Jujuy, Sportivo Desemparados (San Juan), Independiente Rivadavia (Mendoza), Gimnasia Mendoza ou San Martin de Tucuman. En 1978, vint la coupe du monde et le Talleres fournira quatre des champions du monde avec Luis Galván, Miguel Oviedo, Daniel Valencia et Héctor Bailey. En 1979, il provoque une coup de tonnerre en obligeant l’AFA à accepter son club dans ces championnats. Depuis, il ne les a plus quittés. Sa décision provoque quelques réctions hostiles parmi ses anciens alliés de la ligue de l’Intérieur qui considère sa démarche comme une trahison, mais ce n’est que depuis cette date que l’Argentine peut faire valoir qu’il possède un championnat vraiment “National”. Le Talleres y obint tout de suite de bons résultats: Il est 3e en 1980.

             Dans les années 1980, il aura toutefois a faire avec les convoitises que procure la nouvelle renommée du Talleres. Il perdra la présidence en 1987 au profit de Miguel Macias. Il s’en ira, à cette époque, ruiné, ayant dilapidé sa fortune au profit de son club. En 1997, il essaie de reprendre pied dans le club, mais est battu par Victor Szumik. Depuis mars de l’année dernière, il luttait contre une terrible maladie. Le plus grand président du Talleres s’est éteint ce matin.

 

¯

Dimanche 28 janvier 2007

         Tournoi de Clôture – 1ère journée : Talleres – Defensa y Justicia 2 – 2

stade Olimpico – arbitre : Luis Bongianino

Buteurs : Ceballos (16e), Piriz Alves (64e sur penalty) pour le Talleres, Romero (23e), Vacaria (75e)

Talleres : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Javier Malagueno, Arnaldo Espinola, Leonardo Baroni – Pablo Mannara (puis Federico Bongioanni, 83e), Emanuel Giménez, Ramiro Pereyra (puis Javier Pastore, 83e) – Diego Garay – Diego Ceballos (puis Mauro Algecira, 90e), Victor Piriz Alvès. Joueurs non utilisés : Silvio Dulcich, Fernando Godoy. Entraîneur : Ricardo Gareca

Defensa y Justicia : Cesar Taborda – Martin Ortiz, Norbetto Orrego, Jesus Nievas (puis Ricardo Romeo, 70e), Diego Ledesma – Mariano Celasco, Gaston Martina, Emiliano Romero (puis Eloy Colombano, 84e), David Vega – Leopoldo Gutiérrez, Pabloa Vacaria (puis Gonzalo Klussener, 76e). Joueurs non utilisés : Olivero, Fernandez. Entraîneur : Ricardo Rezza

Avertissements : Trullet au Talleres, Romero, Vacaria à Defensa y Justicia.

         Certes, le score final laisse sur sa faim. On espérait pour le moins une victoire. Mais l'image qu'aura laissé l'équipe du Talleres est toute différente de celle qui se traînait dans le tournoi d'ouverture. Dimanche soir, elle a fait le jeu, se donnant les moyens de gagner. Elle doit encore progresser sur la gestion phases d'attaques - contres où se retrouva très vite et trop souvent en danger. Elle doit aussi beaucoup plus varié son jeu. On cherchait trop à tout faire passer par Garay. Tous les joueurs n'étaient pas non plus au même niveau. Pablo Mannara fut quelconque et Emanuel Giménez beaucoup trop effacé. Quant à Baroni, on se demande parfois si il est à sa place dans une équipe professionnelle. Le capitaine de la saison dernière aligna les erreurs et les approximations de telle façon que la question du poste de latéral gauche reste non résolue.

         Les groupes “ultras” se sont encore affrontés lors du match et après. Bilan de la soirée, 23 nouvelles arrestations. Ces affrontements qui ne regroupent qu’une partie largement minoritaire des supporters ont pour objet la domination dee la tribune populaire nord. Hier, “La Fiel” (la fidèle) a pris le pouvoir sur cette tribune, mais leurs actions amène de plus en plus de supporters à ne pas venir au stade.

¯

         Réactions après le décès d’Amadeo Nuccetelli :

“Il a été le plus grand de tous. L’homme qui a changé l’histoire du football argentin, en marquant un avant et un après. Avec des idées brillantes, il était en avance sur son temps, parce qu’il savait ce qu’il allait se passer avec vingt ans d’avance. Il a été une bible et il a fait connaître le Talleres internationalement.” Egidio Heyd, ancien dirigeant du Talleres.

“Comme personne, il a été ce que j’ai trouvé de mieux dans le football. Et, comme dirigeant, on a avancé de quante ans dans le temps. Il n’y en avait pas un autre comme lui et il faudra certaienement cent ans pour trouver quelqu’un de semblable.” Roberto Saporiti, ancien entraîneur.

“Il a été un grand dirigeant. Il a été mon second père. Il m’a toujours conseillé. J’ai eu et je continue à avoir un grand respect pour lui. Il a beaucoup fait pour le football de l’Intérieur.” Miguel Oviedo, ancien joueur.

“J’ai eu l’occasion de le connaître, mais ce qui est important ce n’est pas mon avis personnel, mais ce qui est institutionnel. Il a été un grand dirigeant au niveau national. Le meilleur président qu’ait eu le Talleres...” Carlos Granero, président du Talleres.

“Il a marqué un avant et un après dans le football de l’intérieur. Amadeo Nuccetelli a démontré qu’avec Capacité, honnêteté et travail, on peut obtenir des choses. Avec le Talleres, il a offert une ouverture au football de l’intérieur et a été un grand fournisseur de joueurs pour la sélection argentine, à une époque où on cherchait à la réaffirmer comme priorité n°1.” Julio Grondona, Président de l’AFA depuis 1979.

“Pour moi, il a été comme un père. Si le nom de Valencia a été connu à Córdoba, en Argentine et dans le Monde, cela a été grâce à Nuccetelli et à la formation de “son” Talleres... Alors que nous étions en tournée en Grèce, Sarragosse est venu pour m’acheter. Amadeo m’a appellé et il m’a dit: “Les espagnols offrent un million de dollars pour le club et 100.000 pour toi pour trois années de contrat”. Je lui ai demandé si il voulait que je m’en aille et il m’a dit que non. Pensez que les dirigeants d’aujourd’hui se battent pour obtenir de l’argent sur les contrats...” Daniel José Valencia, ancien joueur, 344 matches pour le Talleres entre 1975 et 1988.

“Il a été un révolutionnaire. Il a été regrettablement victime de la centralisation du pouvoir dans le football, dans lequel l’intérieur avait un certain retard. Avec le Talleres, il a obtenu que le football de Córdoba ait une période d’or. Amadeo Nuccetelli a démontré qu’il a été un dirigeant qui n’a jamais utilisé son club pour des objectifs économiques et politiques. Au contraire, il a toujours combattu pour son équipe, et tant cette étape a été brillante qu’il a obtenu que des techniciens tels que Adolfo Pedernera, Ángel Labruna, Rubén Bravo, l’a dirige.”

“Que le Talleres soit encore présenté dans l’ensemble du pays comme un grand club, il le doit à Nuccetelli.... Nuccetelli me demandait : “César, comment puis-je faire pour avoir la meilleure équipe du football argentin ?”, alors que les autres dirigeants venaient me demander comment faire pour vendre un joueur. Il a été un appui pour mon projet de sélection... Le Talleres lui a coûté de l’argent, la santé, tout. Il n’est pas devenu millionaire, ni ministre de l’intérieur.” César Luis Menotti, Sélectionneur de l’équipe d’Argentine, championne du monde en 1978.

“Nous avons vecu de belles choses avec lui, comme président et comme personne. En 1973, le Talleres marchait mal et je m’étais cherché un travail comme ouvrier. Mais Nuccetelli m’a appellé. Il ne voulait pas que je travaille, mais j’avais peur que tout tourne mal. Il m’a rassuré en me promettant de m’enbaucher si cela tournait mal.... Il a obtenu que cette équipe soit respectée parce qu’il a imposé un style de jeu. C’est pourquoi les supporters sont devenus si exigeants, il ne suffisait plus de gagner.” Luis Galván, ancien joueur, 534 matches pour le Talleres entre 1970 et 1988.

¯

Lundi 29 janvier 2007

         Le jour qui suit la rencontre sert à analyser froidement ce qui s’est passé sur le terrain. Le Talleres a laissé passer une occasion d’engranger les deux points de la victoire. Gareca pense que “le manque de confiance, lorsque l’équipe a la balle, lui a couté.”

Que doit-on dégager (de la performance) de l’équipe ?

“Il est important que nous ayons toujours essayé, nous avons été agressifs et on a montré des choses intéressantes pour le futur.”

Et ce qui est négatif ?

“Il nous a coûté de reculer, mais cette une question sur laquelle nous continuerons à travailler. J’aurais aimé commencer à gagner. Je n’exagère pas quand je dis que lors de notre meilleure période, Defensa a arraché le match nul.”

Que faut-il améliorer ?

“Nous devons travailler les balles arrétées, parce que c’est là que nos rivaux prennent toujours un avantage... Il faut chercher un équilibre, parce que dans notre souci d’aller chercher la victoire, nous nous découvrons au niveau de la dernière ligne.”

Comment avez-vous apprécier (la performance) des renforts ?

“Mannara est à l’origine du penalty et il s’est montré. Espinola a été ferme par moments, mais ne connais pas ses compagnons. N’oublions pas qu’il s’est ajouté tardivement à l’entraînement, mais il va apporter des choses importantes. Garay a beaucoup courru et a une attitude positive. Cette semaine, nous allons avoir également Villareal, qui va aussi nous être utile.”

¯

Mardi 30 janvier 2007

         La partie contre Defensa y Justicia aura laissé des traces. Diego Garay en est sorti avec une lésion au niveau des ligaments du genou droit. Gareca espère pouvoir récupérer son joueur pour le match contre Ben Hur. Quoi qu’il arrive, il effectuera le déplacement à Rafaela et on attendra jusqu’à quelques heures avant la rencontre pour décider de sa participation. Si ce n’est pas le cas, les alternatives seraient entre la promotion du jeune Javier Pastore et un schéma en 4-4-2 avec un milieu supplémentaire.

¯

Mercredi 31 janvier 2007

         L’entraînement s’est effectué sans Garay et Gareca s’apprête à se déplacer à Rafaela sans son leader. Il a changé son système de jeu en présentant un 3-4-1-2. Dans ce système, les arrières latéraux ont perdu leur place au profit d’un renforcement du milieu de terrain. Devant, Ramiro Pereyra occupait la place de meneur laissé libre par Garay. Composition des “titulaires” à l’entraînement: Diego Pozo – Fernando Godoy, Javier Malagueño, Arnaldo Espinola – Pablo Mannara, Mauro Algecira, Emanuel Giménez, Matias Quiroga – Ramiro Pereyra – Diego Ceballos, Victor Piriz Alves. Gareca confirmera son équipe pour Rafaela à l’issue de l’entraînement demain.

˜

         Carrizo et les jeunes. Fabian Carrizo, remplaçant malheureux avec Oste du démissionaire Saporiti, devait retrouver en ce début d'année les catégories jeunes. Il est possible qu'aujourd'hui il puisse mettre un terme à sa collaboration pour raisons personnelles. Dans l'immédiat, Roberto Oste s'occupera seul des moins de 20 ans et en collaboration avec Jorge Grassi des 18 et 17 ans. Ricardo Cassini, Diego Rolón, Eduardo Larghi, Sebastián de la Fuente et Roberto del Prete seront les entraîneurs des autres catégories èvoluant en Ligue de Cordoba. Roberto Oste qui dirige actuellement le stage des jeunes qui évolueront cette saison en AFA a affirmé que l'objectif était cette saison de se situer entre les 10 et 12e place. Seul les 18 ans avaient obtenu ce rang (12e) lors de la dernière saison.

¯

Jeudi 1er février 2007

         Ricardo Gareca a confirmé que l’équipe essayée à l’entraînement la veille serait celle qui affronterait Ben Hur. Outre ces titulaires, l’entraîneur emmenera Silvio Dulcich, Lautaro Trullet, Iván Dragojevich, Javier Pastore et Roberto Moreyra pour complêter son banc. De plus, le médecin de l’équipe Julio Ferreyra ne sera pas du voyage. Il reproche au club une dette postérieure à la faillite qui n’a toujours pas été réglée. Le médecin des jeunes Gabriel Oviedo le remplacera.

¯

Vendredi 2 février 2007

         Tournoi de Clôture - 2e journée : Ben Hur (Rafaela) - Talleres 2 - 0

Stade: Sportivo Ben Hur - arbitre: César Guidoni

buteurs: Marcelo Barrena (25e), Emiliano Romay (28e)

Ben Hur: Daniel Bertoya - Mauricio Ferrari, José Maria Paz, Marcelo Barrena, Cristian Vella - Sergio Zanabria, Mariano Echague (puis Melono, 87e), Andrès Romero, Adrian Giampietri - Emiliano Romay (puis Tosseto, 75e), Claudio Bustos (puis Carrizo, 58e). Joueurs non utilisés : Aiguiar, Cino. Entraîneur: José Luis Brown

Talleres: Diego Pozo - Javier Malagueno, Arnaldo Espinola, Fernando Godoy - Pablo Mannara, Mauro Algecira, Emanuel Gimenez (puis Lautaro Trullet, 37e), Matias Quiroga (puis Javier Pastore, 67e) - Ramiro Pereyra - Diego Ceballos (puis Roberto Moreyra, 72e), Victor Piriz Alvès. Joueurs non utilisés : Silvio Dulcich, Ivan Dragogevich. Entraîneur: Ricardo Gareca

avertissements: Paz, Echague, Ferrari pour Ben Hur, Espinola, Algecira, Quiroga pour le Talleres.

On ne manquera pas faire le parrallèle entre l'ASSE et son partenaire argentin qui perdent tous deux contre le dernier du championnat la même semaine. Le parrallèle s'arrête là. Le Talleres n'a pas totalement démérité. On lui concédera d'avoir été l'équipe la plus présente sur le terrain. Mais c'est justement au plus fort de cette domination qu'il se sont pris les deux buts. Les carences défensives persistent... même si elles furent plus collectives qu'individuelles. Celles offensives sont également mal venues... un mauvais match de Ceballos et l'équipe est muette. Sorti à vingt minutes de la fin, traînant la jambe, il eût un geste de dépit vers son banc qui montrait bien son désarroi. Un mauvais résultat qui n'est pas fait pour ramener la sérénité dans le groupe.

¯

Samedi 3 février 2007

         Ricardo Gareca n’a pas compris le geste de Diego Ceballos. Affirmant qu’il n’y avait rien de personnel à sa sortie, mais seulement une accumulation de données (“mauvais match bien qu’il se soit battu, ...douleur dans le genou, ...coup sur la tête”), l’entraîneur n’entend pas laisser passer le geste. “Si je vais parler à Ceballos ? Je ne dois pas faire de cas particulier. J’aime qu’il y ait du respect à tous les niveaux. Il ne m’est jamais arrivé quelque chose comme vendredi, Je ne comprends pas ce qu’il se passe... Je ne sais pas pourquoi il a eu cette réaction”.

¯

Dimanche 4 février 2007

         La semaine qui vient s’annonce chargée pour les dirigeants du Talleres. Ils devront d’abord s’acquitter de la redevance semestrielle. D’autre-part, Carlos Granero se rendra en France pour dialoguer avec les dirigeants de Saint Etienne. L’idée serait de résoudre certains conflits qui existent ou ont existé entre les deux parties et d’envisager le futur immédiat.

¯

Lundi 5 février 2007

         Diego Ceballos a demandé des excuses à Gareca et à ses co-équipiers pour son geste de dimanche et l’explique: “C’était un moment clé de la partie. Bien que j’avais reçu un coup à la tête, j’ai senti que je pouvais marquer un but. Cela a été comme un court-circuit. Je ne voulais pas être égoïste...”

˜

         Carlos Granero avait prévu de se rendre en france pour rencontrer les dirigeants de Saint Etienne. Il n’en sera rien en raison des obligations qui l’oblige à être présent à Cordoba. Le but de sa visite est de relancer une relation qui bat de l’aile depuis quelques semaines: “J’assume de manière exclusive la responsabilité totale de ce projet. Ils n’y a pas le même investissement de leur part, et c’est pourquoi je vais chercher une réponse quant à leur volonté de continuer l’aventure avec moi.”

La possibilité d’une rupture dans la société est-elle latente?

“Je veux d’abord les écouter et prendre position ensuite. Il est évident que cette situation ne peut pas durer parce que j’assume tous les risques dans les négociations. Dans l’étape d’investissement, il n’y a pas de travail commun et c’est celà que je veux reconstituer, ou, au moins, connaître leur pensée.”

Et si, ils ne veulent plus faire partie du projet?

“Par chance, plus d’un est intéressé à acheter les actions de Saint Etienne... Ceci n’implique pas le changement de raison sociale. Cependant, je ne veux pas faire connaître de noms, afin d’éviter des malentendus.”

Osvaldo Piazza, émissaire du club français, est au courant de la situation?

“Il sait ce que je pense, mais c’est un sujet dont je dois parler directement avec les dirigeants. Osvaldo est une idole de l’institution (de Saint Etienne) et ces sujets dépassent sa compétence. Il faut également prendre en compte qu’il y a du positif, que plusieurs jeunes ont accumulé de l’expérience avec les voyages, et nous ne voulons pas perdre ce contact.”

¯

Mardi 6 février 2007

Gareca cherche encore... Le "Tigre" n'a pas encore trouvé la combinaison qui permettra à son équipe d'avoir un meilleur rendement. Il l'a avoué aux journalistes après la défaite à Rafaela. Lors de ses quatre dernières sorties (2 matches de championnat + 2 amicaux), le Talleres aura présenté 4 compositions différentes, avec presque autant de système de jeu. on est loin d'avoir une équipe type. On appréciera la confidence de l'entraîneur, mais, en elle-même, elle est inquiétante. Ses deux prédécesseurs ont échoué dans cette tâche, que ce soit Saporiti ou le duo Oste-Carrizo.

Dimanche dernier, le Talleres s'était aligné en un 3 - 4 - 1 - 2 qui avait même évolué en un 3 - 3 - 2 - 2 après la rentrée de Javier Pastore. Mais, ce système permettant de jouer plus haut a failli. Les attaquants adverses récupéraient la balle dans le dos des milieux dont le replacement défensif laissait à désirer, et créait vite le surnombre. A ces problèmes s'ajoutent la blessure de Garay. Bien qu'annoncée bégnine, il ne sera toujours pas disponible pour la 3e journée. Enfin la qualification d'Oscar Villareal traine en longueur. On en espèrait la confirmation pour aujourd'hui.
Toutes ces considérations devraient amener à une nouvelle réorganisation. On reviendrait à une défense à quatre (où cependant Fernando Godoy et Arnaldo Espinola céderaient leurs places aux jeunes Compagnucci et Quiroga). Et le jeune Pastore (17 ans) se verrait offrir en l'absence de Garay sa première titularisation.

˜

Daniel Valencia, le champion du monde 1978, est-il sur le chemin du retour au club ? Toujours est-il que l’ancien joueur du Talleres et Carlos Granero se sont longuement entretenu et les négociations devraient continuer la semaine prochaine. Mais à quel poste ? « Je ne sais précisement, mais ce serait une fonction pour un projet ambitieux. Ambassadeur, manager, secrétaire, le nom est moins important que la tâche qu’ils m’assigneront » assure le joueur. Il qualifie de rêve de pouvoir travailler pour le club et insiste : « Carlos Granero est une personne sérieuse. Il fait face à une situation difficile et il prend quand même temps de discuter avec moi. Les dirigeants précédents m’ont toujours promis du travail, mais il ne s’est jamais rien passé. J’espère seulement que quand je devrais représenter le club, je ne marcherais pas avec une canne ou que je serais aveugle. »

˜

Carlos Granero multiplie les réunions. Il a rencontré Aldo Riggio, un des dirigeants les plus représentatifs qu’ai eu le Talleres. Granero n’a jamais fait un secret qu’il pourrait laisser le club en cas d’une proposition supérieure. Toutefois, il ne semble pas que cela ait été l’objet des conversations avec Riggio qui affirme : « Granero est le seul président du Talleres qui ne m’a pas demandé de l’argent durant les vingt dernières années ».

¯

Mercredi 7 février 2007

         Garay n’ayant pas encore récupéré, le jeune Pastore fait de plus en plus figure de titulaire au poste de meneur de jeu. Gareca alignait aujourd’hui une équipe composée de : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Juan Compagnucci, Matias Quiroga – Mauro Algecira, Ivan Dragojevich, Ramiro Pereyra – Javier Pastore – Oscar Villareal, Diego Ceballos. A noter, que Villareal n’a toujours pas reçu son habilitation.

¯

Jeudi 8 février 2007

Rencontre entre les dirigeants Tallarin et Stéphanois repoussée. Un hebdomadaire français annoncait ce matin par la voix de B. Caiazzo que Omar Da Fonseca et Vincent Tuong Cuong devait rencontrer les dirigeants du Talleres à Paris à l'occasion du match international France - Mexique. Il n'en a rien été. En fait, cette réunion avait été repoussée dès le week-end dernier par Granero, "en raison de l'actualité du club". Ce report avait été annoncé dès lundi par la presse argentine, mais pour l'hebdomadaire précité, cela ne doit pas être d'une quelconque importance, pour ne pas s'être renseigné plus avant et ne pas en avoir informé ses lecteurs.

 L'objet de cette réunion est de mettre à plat certains griefs de Granero envers le club français qu'il juge trop distant sur les problèmes quotidiens et de trouver des solutions.

˜

Nouvelles de l'entraînement. Diego Garay a repris l'entraînement et il ne semble pas se ressentir de sa blessure. Lors du match d'entraînement, il a repris sa place laissant Javier Pastore sur le banc. Pour ce match, Gareca avait procédé à trois changements. Outre le retour de Garay, Il avait décidé de faire rentrer Victor Piriz Alvès et Emiliano Gomez. Si Piriz Alvès reprenait son poste auprès de Diego Ceballos, l'autre attanquant Villareal ne disparaissait pas pour autant de l'équipe. Il glissait au milieu gauche à la place du jeune Pereyra. Un jeune sort de l'équipe, un autre y rentre. Emiliano Gomez est un jeune de 20 ans qui évoluait auparavant en 4e division de l'AFA (Primera D). On lui a confié le poste d'arrière latéral gauche qui pose vraiment problème. Ni Léonardo Baroni, ni Fernando Godoy n'avaient satisfait aux exigences du poste lors des deux dernières sorties du Talleres. Matias Quiroga, un autre jeune, qui avait été essayé sur ce poste auparavant est plutôt un milieu de terrain. Les seize joueurs retenus pour rencontrer Ferrocarril Oeste samedi à 18h seront connus demain à la suite de l'entraînement programmé à huis clos.

˜

Argentinos Juniors fait une offfre pour Diego Ceballos. Les performances du buteur du Talleres n'ont pas laissé insensible les techniciens de première division. Argentinos Juniors a annoncé qu'elle ferait sous peu une offre concrête pour le joueur. En prêt jusqu'à la fin de la saison, son contrat ne prévoit pas qu'il puisse être racheté pendant ce laps de temps. Jusqu'ici, joueur et dirigeants avaient affirmés que Ceballos continuerait au Talleres jusqu'au terme du contrat. Mais on sait qu'il y a aujourd'hui des pratiques qui démentent toutes les affirmations. A suivre donc...

¯

Vendredi 9 février 2007

         Gareca, qui réclame et cherche l’équilibre, n’arrête pas de modifier son équipe. Au-delà des blessures, comme celle de Diego Garay, qui devrait faire sa rentrée demain, c’est la moitiè de l’équipe qui est renouvellé. En principe, il alignera : Diego Pozo - Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Juan Compagnucci, Emiliano Gómez – Mauro Algecira, Ivan Dragojevich, Ramiro Pereyra – Diego Garay – Oscar Villareal, Diego Ceballos. Sur le banc, prendront place : Silvio Dulcich, Arnaldo Espinola, Pablo Mannara, Ramiro Pereyra, Javier Pastore.

˜

         Un accord est intervenu entre le Talleres et les socités Ingotar SA et Coari SA, qui se chargeraient de la construction d’un centre commercial aux abords de « La Boutique ». Ces entreprises disposeront de 90 jours pour présenter leur projet. Une fois cette étape franchie, viendrait l’approbation finale qui pourrait déboucher sur une concession avec une redevance mensuelle correspondant à 10% des recettes.

¯

Samedi 10 février 2007

Tournoi de Clôture - 3e journée : Talleres – Ferrocarril Oeste         0 – 1

Stade de Córdoba – 18.000 spectateurs – arbitre : Raffa

But : Damián Akerman (45e sp)

Talleres : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Juan Pablo Compagnucci, Emiliano Gómez – Mauro Algecira, Iván Dragojevich (Pablo Mannara, 68e), Ramiro Pereyra (Javier Pastore, 60e) – Diego Garay (Victor Piriz Alves, 64e) – Diego Ceballos, Oscar Villarreal. DT: Ricardo Gareca

Ferrocarril Oeste : Alejandro Migliardi – Agustín De la Canal, Iván Macalik, Santiago Rodríguez, Ezequiel Echeverría – Cristian Pino (Pablo Saucedo, 59e), Luis Catalán, Matías Carabajal, Julián Kmet – Carlos Castilla (Gastón Magnetti, 54e), Damián Akerman (Matías Díaz, 76e). DT: Oscar Garré.

Avertissements : Pozo, Piriz Alvès (Talleres), Kmet, Magnetti (Ferrocarril Oeste)

Le Talleres au plus mal… Pour son troisième match lors de ce tournoi de clôture, le Talleres a enregistré une nouvelle défaite devant un adversaire pourtant largement à sa portée. Triste anniversaire pour Gareca, 49 ans hier. Pourtant, tout n'avait pas si mal démarré. L'équipe locale s'était même attirée les applaudissements de ses supporters pour une première mi-temps, où ils furent loin de démériter. Pourtant c'est à la fin de cette mi-temps que tout se noua. Un pénalty litigieux accordé à l'adversaire pour une faute immaginaire de Juan Compagnucci et les verts de Ferrocarril Oeste menait 1 - 0 contre le cours du jeu. La seconde mi-temps fut toutefois insipide, sans inspiration et ne put renverser un résultat défavorable. Le Talleres, après trois résultats por le moins indigne de son rang, devra plus penser à ne pas descendre en fin de saison qu'à une maintenant trop hypothétique promotion. Gareca, pour ce match, alignait trois joueurs pour la première fois à ce niveau: les arrières Juan Compagnucci et Emiliano Gomez et le colombien Oscar Villareal, enfin qualifié.

˜

Diego Garay a joué sous infiltration… Diego Garay tenait absolument a joué ce match et il l’a fait sous infiltration et cela n’a pas suffi à faire disparaître la douleur. Il est sorti au bout d’une heure de jeu. Il devra certainement laisser sa place pour le prochain match au jeune Javier Pastore.

˜

Piazza pessimiste quant à la continuité du couple ASSE - Granero au sein d'Ateliers SA... Interrogé par une radio locale, Piazza a confirmé les tensions qui règnent actuellement entre les deux partenaires. Les principales critiques de la direction du Talleres ne sont pas nouvelles: Le manque d'implication du club français dans la gestion quotidienne, la non-prise en compte des problèmes liés à la redevance (rachat de la faillite) qui plombe quelque peu des finances trop justes en raisons des résultats. Il a reconnu que « tous ces problèmes ont été aggravé par la non-montée en première division la saison dernière. Le Talleres est un grand club, il est le club de l'intérieur qui a le plus de supporters. Loin derrière Boca et River, où encore Independiente, mais loin devant le Belgrano pourtant en première division. »

...et désabusé. Il concluait en disant qu'il « était plus facile à gérer pour les stéphanois un club sénégalais, sans passé et sans ambitions » (le Yeggo Dakar est en 3e division sénégalaise et n'a jamais dépassé ce niveau).

¯

Dimanche 11 février 2007

Nicolas Medina sera le cinquième renfort du Talleres. Le milieu de terrain central devrait signer en faveur du Talleres la semaine prochaine en temps que joueur libre. Ancien joueur d'Argentinos Juniors, où il a été formé, et de Rosario Central, il a été champion olympique en 2004 à Athénes et champion du monde des moins de 20 ans en 2001. Il a également joué en Europe à Sunderland (Angleterre), Leganès et Murcie (Espagne). Par ailleurs, Diego Ceballos qui était sollicité par Argentinos Juniors restera au club jusqu’à la fin de son contrat en juin.

˜

Carlos Granero a convoqué une réunion d’urgence après la défaite contre Ferrocarril Oeste (le huitième match d’affilé sans victoire).

¯

Lundi 12 février 2007

         Le médecin du club Julio Ferreyra a donné des nouvelles rassurantes concernant Diego Garay. Les ligaments du genou droit seraient intacts et il ne souffrirait plus que d’une lègère inflammation. Il peut désormais jouer si l’entraîneur le demande.

˜

         Le groupe « La Causa » a fait part de contacts de son groupe avec l’ancien président Miguel Srur.

¯

Mercredi 14 février 2007

         Pour affronter Chacarita,... demain, pour le compte de la quatrième journée, Gareca a  choisi son équipe. Cela sera encore une nouvelle combinaison, preuve que l'entraîneur est encore à la recherche d'une équipe idéale. On évoluera donc en 4-2-3-1, avec deux milieux récupérateurs et trois milieux offensifs.

La première surprise provient du retour de Leonardo Baroni en remplacement du jeune Gomez au poste d'arrière gauche. Le reste de la défense restant inchangé par rapport au match contre Ferro. Deux milieux défensifs, Algecira et Dragojevich seront à la récupération derrière un trio de joueurs offensifs: Oscar Villareal à droite, Ramiro Pereyra à gauche et Javier Pastore au centre. Première titularisation pour le jeune milieu préféré à Diego Garay, qui vient pourtant d'avoir un avis favorable du médecin du club. Il n'y aurait plus de lésions et le joueur ne se ressentirait que de douleurs. Enfin, devant Diego Ceballos a été confirmé et sera le seul joueur de pointe. Les remplaçants seront Silvio Dulcich, Arnaldo Espinola, Pablo Mannara, Diego Garay et ... Julio Santillán, encore un jeune, issu de l'équipe des moins de 20 ans. Gareca avait envisagé de mettre Victor Piriz Alvès sur le banc, mais le joueur cumulant cinq cartons jaunes, il était automatiquement suspendu.

˜

Pastore, le nouveau meneur de jeu du Talleres ? C'est du moins le rôle que lui a confié Gareca pour affronter Chacarita Juniors ce soir, un des leaders du championnat. Un poste clé pour ce jeune joueur de 17 ans qui a déjà démontré qu'il ne manquait ni de talent, ni de culot. Gareca l'a préféré à Diego Garay, tout juste remis d'une lésion. Un Garay qui ne tarit d'ailleurs pas d'éloges sur le jeune qu'il considère comme "un futur grand". Emmené à l'age de 9 ans par son père au Talleres, club où son oncle était un honnète joueur amateur, il n'a dès lors connu que ce club. Mais, tout pourrait bientôt changer. Réclamé par Saint Etienne pendant l'inter-saison, il avait été conservé à la demande de la direction du Talleres pour la préparation du championnat de clôture. Depuis, il se murmure qu'un club anglais aurait fait une proposition de rachat de 55% de son contrat en juin prochain. De plus, le joueur serait laissé un an de plus au Talleres afin qu'il s'aguerisse.

Mais ce n'est pas le seul jeune promu par Gareca. Lors de la préparation de pré-saison, il en avait appelé 12... Ce soir, ils seront 3 titulaires: Compagnucci (18 ans), Pereyra (21 ans), et Pastore, plus Santillan (19 ans) qui sera pour la première fois sur le banc. On citera encore Quiroga (21 ans), Gomez (20 ans), Buffarini (18 ans), Galarraga (18 ans), Diaz (18 ans), Moreyra (19 ans), tous déjà apparu dans l'équipe première. Et, Malagueño (24 ans) ou Baroni (23 ans) passeront pour des anciens...

˜

Alejandro Kenig, ancien joueur du Talleres au début des années 90, est maintenant agent de joueurs entre autre activités. Il a été envisagé qu’il soit chargé par la direction de trouver des joueurs pour le club. Il était déjà intervenu sur ce terrain en proposant 3 uruguayens lors du tournoi de clôture 2005, puis l’équatorien Johnny Baldeon la saison passé. Des premières qui ne se sont pas révélées des coups de maître.

¯

Jeudi 15 février 2007

         Tournoi de Clôture - 4e journée : Chacarita juniors – Talleres        2 – 0

         Stade d’Almagro – 12.000 spectateurs – arbitre : Alejandro Toia

         Buts : Victor Molina (36e), Matias Fischer (82e)

Chacarita juniors : Martin Bernacchia – Pablo Aguilar, Victor Molina (Manuel Pereira, 46e), Luciano Precone, Walter Alcaraz – Sergio Ponce (Ramiro Leone, 65e), Omar Gallardo, Diego Romano, Patricio Perez (Matias Alustiza, 71e) – Facundo Parra, Matias Fisher. DT: Héctor Rivoira

Talleres : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Juan Compagnucci, Leonardo Baroni – Ivan Dragojevich, Mauro Algecira, Javier Pastore (Diego Garay, 68e), Ramiro Pereyra (Julio Santillán, 82e)  - Oscar Villareal, Diego Ceballos. DT: Ricardo Gareca

Avertissements : Omar Gallardo (69e), Oscar Villareal (75e), Diego Garay (90e)

         Il y a un mois encore, on pouvait penser que Chacarita et le Talleres seraient deux des protagonistes de championnat de clôture. Sur le papier, le club de Cordoba présentait même une équipe plus talentueuse que sa rivale métropolitaine. Mais après seulement 4 matches, les compteurs ne mentent pas. Chacarita a réussi le carton parfait avec 12 points engrangés, le Talleres, malgré ses stars, se trainent en fin de classement avec seulement un point. Que lui a-t-il encore manqué ? Contre Ferro, il perd sur la seule occasion de son adversaire. Aujourd’hui, le scénario s’est répété. Chacarita n’a pas montré une grande différence au niveau du jeu. Mais peut-on espérer gagner sans faire preuve d’un peu de réalisme. Trois défaites et trois matches sans aucun but marqué. En face, leurs adversaires font souvent preuve d’une réussite insolente, mais les erreurs grossières de la défense, en particulier sur les coups de pied arrêtés, y sont pour beaucoup. Le premier but de Chacarita n’échape pas à la règle. Victor Molina (36 ans), laissé seul, sans marquage, ajusta d’une tête plongeante un Diego Pozo attentiste. Le Talleres tardait à réagir. Seul Pereyra s’essayait, mais son tir trop faible était bien maitrisé par Bernacchia. En seconde mi-temps, avec l’entrée en jeu de Garay, les offensives se multipliaient. Mais rien n’y faisait. Alors qu’enfin le Talleres développait son meilleur football, Chacarita, par l’intermédiaire de Leone, effaçait Trullet et Malagueño, pour offrir à Fischer le but de la victoire.

¯

Vendredi 16 février 2007

         Le groupe des « Notables » qui avait fait une demande d’annulation de la concession définitive accordée à Ateliers SA, au prétexte de supposées irrégularités, à reçu une fin de non recevoir du tribunal anti-corruption, qui s’est déclaré incompétent. La décision n’est pas susceptible d’appel.

¯

Samedi 17 février 2007

Le transfert de Medina plus compliqué que prévu ! Nicolas Medina (ex-Nueva Chicago) pensait pouvoir signer au Talleres, mais tout n’est pas aussi simple. Le Talleres ayant épuisé son contingent de transferts, il ne pouvait plus engager qu’un joueur libre de tout contrat. Medina pensait l’être au regard des retards de paiement sur son contrat. Malheureusement, Nueva Chicago s’est depuis acquitté de l’ensemble des sommes dues. Une autre solution pour le Talleres consiste à demander une dérogation en raison d’une indisponibilité médicale de longue durée. Le blessé existe, le jeune Juan Galarraga qui s’est fracturé le 5e métatarse de pied droit. Mais l’AFA devra encore vérifier la réalité de son contrat professionnel et celui de sa blessure ce qui retarda sensiblement la qualification éventuelle de Medina.

˜

L’équipe a repris l’entraînement, sans Gareca, resté à Buenos Aires un jour supplémentaire. Pour le prochain match, il pourra compter sur l’uruguayen Victor Piriz Alves qui a purgé sa suspension.

¯

Dimanche 18 février 2007

Carlos Granero en a assez et il le fait savoir. Il a donné une interview à La Manana de Cordoba, un quotidien pourtant très critique sur sa gestion. Principal objet de ses récriminations: les "pseudos groupes" de supporters qui n'ont de cesse de haceler l'actuelle direction du Talleres. Au premier rang, le groupe des "notables". Celui regroupe d'anciens dirigeants du Talleres: Ernesto Salúm, porte-parole du groupe, qui se multiplie en procès dont il est régulièrement débouté. Le dernier en date concernant de soi-disant irrégularités dans l'attribution de la concession à Carlos Granero a été rejeté la semaine dernière par la justice argentine et, apparement, sans possibilité d'appel ; Egidio Heyd, ancien président, toujours plus prompt à mener des campagnes de presse pour dénigrer qu'à rechercher des solutions; Miguel Srur, surnommé par Granero le "Ben Laden de Miami", qui se présente comme un leader de ce groupe mais qui doit avoir une connaissance toute relative du football et quasiment nulle du Talleres (Granero: "Il ne doit même pas savoir de quelle couleur est le maillot du Talleres")

Granero conclue que "les notables ont eu la gestion du Talleres pendant six mois et ce n'est qu'au prix d'une victoire inespéré contre Huracan, que le club fut sauvé de la rélégation en Argentino A (3e division pour les clubs de l'intérieur). J'ai toujours dit que si quelqu'un proposait un projet supérieur, je m'en irai. Les notables n'ont jamais fait de propositions".

Autre groupe: "La Causa". Granero s'etait auparavant réuni avec eux. Ils disaient avoir un investisseur mais il ne la jamais vu. En fait, cette réunion fut assez positive puisque une partie du groupe s'est depuis bénévolement investi dans la vie du club. Mais les principaux dirigeants de "La Causa" se firent également remarquer en fêtant joyeusement la défaite du Talleres devant Ferro. Supporters ? entre « guillemets » sûrement.

Quant aux groupes ultras, les deux principaux se livrent à une guerre fratricide et sanglante depuis des mois. Une situation qui n'a réussi qu'à réduire le nombre de places proposées aux supporters, à augmenter la présence policière et endetter le club qui a déjà du débourser plus de 15.000 pesos supplémentaires pour assurer la sécurité lors des deux derniers matches à Cordoba.

Reste une nébuleuse de petits groupes de supporters que les mauvais résultats de l'équipe ne peuvent que désorienter. La preuve, nombreux sont ceux qui auront appeler à la réunion commune des "notables" et de "La causa", ces deux groupes qui viennent de faire savoir qu'ils n'ont jamais été intéressés au rachat des 51% de Saint Etienne (si tant est qu'il se soit jamais être intéressé à savoir si celui-ci était vendeur).

¯

Lundi 19 février 2007

         L’opposition à Granero se regroupe … Les « notables » et « La Causa » ont tenu une réunion lundi prétendant regrouper toutes les oppositions à la direction actuelle. Première constatation, les groupes « ultra » n’avaient pas été invité. Leur déclaration pourrait être résumé ainsi : « Les usurpateurs (Granero, Finochiaro, Bruna) nous ont volé le club avec la complicité des juges. Il faut qu’ils partent. ». Un des groupes particpant à la réunion : « Talleres de mi vida » a eu la surprise de retrouver son nom en bonne place (la 3e) dans la déclaration finale. Il s’en estima surpris car le groupe se considère comme un groupe de « supporters » et n’a pas finalité à prétendre à la direction du club, où à la remettre en cause, et il n’avait jamais donné son accord à cette déclaration. Qu’en est-il des autres ?

Ernesto Salúm, qui s’est fait le porte parole des « Notables » annonce qu’il n’est pas dans leur intention de racheter les parts de Granero, que celui-ci ne durera pas six mois de plus à la tête du Talleres. On ne comprend pourtant toujours pas leur projet : il n’est composé que de déclarations d’intentions. Il parle aujourd’hui qu’il faudrait lever la faillite, qu’il faudrait conserver l’ensemble des propriétés du club, qu’il faudrait conserver les jeunes au club. Mais avec quels moyens ? quelles ressources nouvelles proposent-ils ? Leur projet est totalement vide sur cet aspect-là et leur coalition ne tient aujourd’hui que sur les mauvais résultats du club.

¯

Mardi 20 février 2007

Opinion : Questions de priorité…

Saporiti avait fait du maintien au club de Cabrera et de Leguizamon sa priorité en début de saison. Le recrutement se termina sans qu’aucune proposition de rachat du contrat de ses deux joueurs ne soit faite par le Talleres. Trop chers, parait-il ! Mais, ensuite, Saporiti fit venir au club seize joueurs qui se révélèrent souvent des deuxièmes voire troisièmes choix.

Gareca, en arrivant au Talleres, disait que sa priorité était le recrutement d’un patron de la défense. Le joueur en question ne vint pas, les alternatives non plus. On recruta finalement le Paraguayen Arnaldo Espinola, qui avait déjà évolué sous les ordres de Gareca. L’engagement de ce joueur va-t-il se révéler comme une nouvelle erreur. Toujours est-il que Gareca lui préfère désormais le jeune Juan Compagnucci. Et l’autre option à ce poste pourrait être un autre jeune, Bruno Conti, qui s’était blessé (déchirure) lors de la préparation en janvier et est aujourd’hui totalement remis.

¯

Mercredi 21 février 2007

Match d’entraînement : Les équipes alignées par Gareca comporte toujours des surprises, mais, en même temps, on se demande quand, enfin, on trouvera un peu de stabilité. Aujourd’hui, outre le retour de Garay en meneur de jeu, Victor Piriz Alves et Matias Quiroga sont entrés à la place de Pereyra et de Villareal. Du schéma en 4-2-3-1, on est revenu à un plus traditionnel 4-3-1-2. l’équipe des « Titulaires » était composé de Diego Pozo – Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Juan Compagnucci, Leonardo Baroni – Mauro Algecira, Ivan Dragojevich, Matias Quiroga – Diego Garay – Victor Piriz Alves, Diego Ceballos. Elle a battu l’équipe des remplaçants par 3 buts (Piriz Alves(2), Ceballos) à 1 (Mannara).

˜

Nicolas Medina n'est toujours pas qualifié. Le milieu de terrain devait incorporer le Talleres comme joueur libre en raison de retard de salaires. Son club ayant réglé ses dettes, il ne pouvait plus se considérer comme joueur libre. On proposa donc de le recruter comme renfort médical en remplacement de Juan Galarraga, blessé au 5e métatarse depuis janvier. Mais le dossier traine en longueur. Une demande a été adressé à l'AFA. Mais pour se prononcer l'AFA doit faire examiner le joueur par un de ces médecins à Buenos Aires. Galarraga est actuellement en attente d'une opération et ne peut se déplacer. La situation se complique encore car son pied est gonflé et l'on doit attendre la résorption de l'inflammation avant toute opération...

˜

Le Talleres a été invité à un tournoi international des moins de 18 ans à Montevideo, Uruguay. Il en avait été finaliste l’an dernier. Ce tournoi se déroulera à la fin mars.

˜

Les championnats jeunes reprendront le 17 mars. On ne connaît encore le programme complet des championnats de l’AFA en moins de 20 ans, 18 ans et 17 ans. Mais ils devraient recommencer le mois prochain et proposer 31 journées au lieu de 29.

¯

Jeudi 22 février 2007

         Le colombien Oscar Villareal et le paraguayen Arnaldo Espinola, qui étaient absents depuis quelques jours, sont de retour. Ils étaient retournés dans leurs pays respectifs pour régler quelques problèmes et, notamment, ceux de leurs visas.

¯

Vendredi 23 février 2007

Gareca a donné sa liste pour affronter Aldosivi. L’équipe titulaire est celle du dernier match d’entraînement, à savoir : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Juan Compagnucci, Leonardo Baroni – Mauro Algecira, Ivan Dragojevich, Matias Quiroga – Diego Garay – Victor Piriz Alves, Diego Ceballos. Les remplaçants seront le gardien Silvio Dulcich, le défenseur Arnaldo Espinola, les milieux Pablo Mannara et Javier Pastore, l’attaquant Oscar Villareal. Trois des renforts de l’inter-saison qui se retrouve sur le banc, on pourra se demander si une fois encore le marché des transferts a été bien abordé.

˜

Le juge Carlos Tale a approuvé le projet de restructuration de « La Boutique », avec construction d’un centre commercial. Le momant total du projet est d’environ 10 millions de dollars. Le Talleres recevrait une redevance égale à 10% des revenus de sa future exploitation.

¯

Ce texte provient du matin de Cordoba et exprime des opinions et des sentiments que je partage en grande partie et il m’a semblé bon de le faire connaître

Le Talleres présente aujourd’hui deux fractions clairement identifiées et antagonistes. La rivalité existe à son tour dans les tribunes populaires où les groupes « ultras » se livrent à une lutte qui ne fait finalement qu’une victime : le Talleres.

Les « notables » sont finalement parvenus à faire l’unité avec divers groupes et mouvements de supporters pour constituer un bloc opposé à la gestion de Carlos Granero, qu’ils ont pour but de « débarquer ». Granero, loin de rendre les armes, s’est engagé dans une lutte verbale dans les médias, et la réponse n’a pas tardé, envenimant un peu plus l’atmosphère. Une trêve, à défaut d’une paix semble de plus en plus éloignée.
Cette guerre ne se réduit pas à exiger la participation d’untel tout en rejetant la proposition de l’autre. Chaque jour la coexistence est rendue de plus en plus impossible et chaque jour s’éloigne un peu plus l’unité générale. Chaque fois que le Talleres joue à domicile, le « château » (le stade olympique) se transforme en un champ de bataille politique, et les protagonistes s’expriment plus en dehors du terrain que sur celui-ci. Chaque fois… il paraîtrait qu’il y a beaucoup plus que trois points en jeu.

Aucune personne, joueur, supporter ou dirigeant n’est au-dessus de l’institution, mais tous en font partie : Granero, les Notables, les supporters, les socios, La Causa, Ricardo Gareca, Diego Garay, Daniel Willington, Luis Galván, la «Wanora» Romero, Amadeo Nucetelli, etc … Tous, en leur temps, ont apporté leur grain de sable pour édifier le club de « Barrio Jardin » (un quartier de Cordoba où se trouve le siége et le stade du Talleres), qui, malgré les résultats actuels, jouit d’une reconnaissance importante au niveau national, de par son histoire et ses résultats passés. Pour que le projet fonctionne, il doit y avoir une même volonté de la part des supporters, des dirigeants, des partenaires, du corps technique et des joueurs. Toutefois cette unité se montre à chaque fois plus éloignée et la réalité est que le Talleres est dernier de Nacional B.

Federico Jelic.

¯

Samedi 24 février 2007

            Tournoi de Clôture - 5e journée : Talleres – Aldosivi (Mar del Plata)                 1 – 1

         Stade de Córdoba – 10.000 spectateurs – arbitre : Juan Dardanelli

Buts : Gastón Liendo (79e) pour Aldosivi, Juan Garat (85e contre son camp) pour le Talleres

Talleres : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Juan Compagnucci, Leonardo Baroni – Ivan Dragojevich, Mauro Algecira (Pablo Mannara, 46e), Matías Quiroga (Javier Pastore, 46e) – Diego Garay – Víctor Píriz Alves (Oscar Villareal, 70e), Diego Ceballos. DT: Ricardo Gareca

Aldosivi : Jorge de Olivera – Joel Carli, Darío Cajaravilla, Silvio Duarte, Cafasso – Gastón Liendo, José Solaberrieta, Mariano Mignini (Federico Vismara, 68e) – Elvio Martínez (Juan Sandoval, 46e) – Roger Suárez (Juan Garat, 64e), Diego Leclercq. DT: César Serradell

Avertissements : Leclerq, Mignini, Liendo, Solaberrieta (Aldosivi). Píriz Alves, Garay, Malagueño (Talleres).

         une défaite évitée de justesse... Les matches se suivent et se ressemblent pour le Talleres. Au delà des déclarations d'intentions, il n'y a encore rien eu dans le jeu proposé qui puisse faire espérer une éclaircie prochaine. Le match contre Aldosivi s'est finalement joué sur trois fois rien. C'est tout d'abord une erreur défensive de Malagueño qui permet à Aldosivi de prendre un avantage immérité tant le jeu fut terne des deux côtés. On pensait déjà que l'on se dirigeait vers une nouvelle défaite, quand, sur un corner raté tiré par Oscar Villareal, un défenseur adverse détournait la balle dans son but. On était à la 85e minute et rien ne changea plus jusqu'à la fin.

˜

         Diego Pozo n’a pas caché qu’il en avait assez des erreurs de défense : « La vérité, c’est qu’ils ne sont jamais en position de marquer et lorsqu’enfin ils le sont, ils marquent ». Une remarque qui est presque valable pour tous les matches du tournoi de clôture joués jusqu’ici.

¯

Dimanche 25 février 2007

         Ricardo Gareca avait fait le pari de gagner contre Aldosivi et, pour peu, il perdait. Il est conscient que son équipe n’est pas au mieux. « Nous ne sommes pas bien et nous jouons mal. Je suis le responsable et les gens nous soutiennent, mais sont impatients. C’est pourquoi, il me pèse tant de ne pas pouvoir sortir l’équipe des dernières places. ». Le colombien Oscar Villareal est plus explicite encore : « Nous avons honte d’être si éloigné des premières places. Pourtant, il y a dans l’équipe des joueurs pour jouer les premiers rôles. ». Cela fait dix matches que le Talleres n’a plus gagné.

¯

Lundi 26 février 2007

         Algecira blessé. Algecira avait du sortir dès la 60e minute lors du match contre Aldosivi sur blessure. Il n'aura pas récupéré pour affronter le week-end prochain Olimpo. Bien qu'aucune confirmation ne soit venue de la part de Gareca, les alternatives seraient :

- le retour d'Emanuel Gimenez, pourtant si décrié lors de ces dernières sorties alors qu'il avait été réclamé par tous auparavant.

- l'arrivée d'un nouveau jeune : Guillermo Cosaro (17 ans), qui avait fait partie des cinq joueurs venus à Saint Etienne à l'automne.

˜

Nicolas Medina n'est toujours pas qualifié. Le milieu de terrain devait incorporer le Talleres comme joueur libre en raison de retard de salaires. Son club ayant réglé ses dettes, il ne pouvait plus se considérer comme joueur libre. On proposa donc de le recruter comme renfort médical en remplacement de Juan Galarraga, blessé au 5e métatarse depuis janvier. Mais le dossier traine en longueur. Une demande a été adressé à l'AFA. Mais pour se prononcer l'AFA doit faire examiner le joueur par un de ces médecins à Buenos Aires. Galarraga est actuellement en attente d'une opération et ne peut se déplacer. La situation se complique encore car son pied est gonflé et l'on doit attendre la résorption de l'inflammation avant toute opération...

¯

Mercredi 28 février 2007

         Interview de Carlos Granero

Quelle est votre analyse (de la situation) ?

« Nous avons été près de l’accession lors du tournoi de clôture passé. Dans le tournoi d’ouverture suivant, l’idée était de former un style de jeu avec une base permanente. Nous n’avons pu présenter qu’à quelques occasions la même équipe. Maintenant, personne ne pensait à ce démarrage. Il y a des joueurs pour retourner cette situation. Nous méritions aussi d’obtenir d’autres résultats. »

Y a-t-il des problèmes avec des joueurs ?

« Je ne leur offre pas mon appui, car, seul, l’appareil technique peut retourner la situation. Je note avec satisfaction l’apparition de jeunes comme Pastore, Pereyra, Compagnucci. Nous travaillons sur deux plans : monter dès que possible et former une équipe avec des joueurs issu du club. Dans la situation laissé par la faillite, c’est la seule chance pour nous en sortir. »

Vous reconnaissez que vous ne pouvez pas jouir des matches sans être insulté ?

« Personne n’aime être agressé. Mais l’impatience des gens face à un résultat négatif est manipulée par des gens qui le font intentionnellement. »

Les responsables de la (mauvaise) campagne sont le DT et l’équipe ?

« Nous avons donné tout pouvoir au DT pour le recrutement. Les décisions d’incorporer ou d’exclure tel ou tel joueur sont aussi de sa responsabilité. Gareca a reconnu que nous lui avons apporté ce qu’il a demandé. Ensuite, ce sont les joueurs qui doivent démontrer au DT qu’il ne s’est pas trompé. Gareca a été une surprise bien accueillie par les supporters et Villareal et les autres renforts feront ce qu’on attend d’eux. »

Est-il bien de donner tant de pouvoir à un entraîneur ?

« Avec certains joueurs, il y a davantage de dialogue qu’avec d’autres, mais la responsabilité première en incombe à l’entraîneur. Certains joueurs ont été remis sur les rails par le DT qui les avaient d’abord écartés. »

Quel serait l’idéal ?

« Pour le football, retrouver le Talleres en première division avec une majorité de joueurs formés au club. Au niveau institutionnel, avoir la majorité des secteurs unis pour affronter des objectifs importants. »

Les gens espéraient que pour la seconde saison, vous redoubliez d’efforts et que vous mettiez en œuvre les contrats sur La Boutique, la propriété…

« La Boutqiue, il y a 30 ans qu’on ne lui a pas mis une vis. Nous présentons un projet avec deux entreprises qui vont investir quelques 10 millions de dollars et qu’au final, la concession restera au club. Je n’ai pas dit qu’au premier janvier, ils reconditionneraient déjà la Boutique. Nous faisons un grand investissement chez les jeunes. Les gens ne savent pas que quand nous avons pris le club, il n’y avait que sept joueurs sous contrat et aucun avec une expérience en équipe première. Lors du dernier match avant que nous arrivons, le Talleres a été à deux doigts de jouer en Argentino A (3e division) et un an après, nous avons été à un point de gagner un tournoi. Il n’y a pas d’antécédents à cela. Je conteste votre affirmation. Nous avons redoubler d’efforts. Nous avons apporté Pozo, Trullet, Malagueño, Ceballos, Emanuel Giménez que tout le monde voulait. Et, tout cela avec mon argent. »

Vous avez monté Ateliers SA avec Bernard Caiazzo, Piazza, Villa, Altieri… et maintenant, il ne reste que Foglia…

« Il ne faut pas s’alarmer. Quand viennent les succès, personne ne demande si tu es seul ou accompagné. Quand ce n’est pas le cas, apparaissent les questions. Je reconnais qu’il y a une infinité de choses à améliorer et à perfectionner au niveau organisationnel. Le Talleres est un club de football, le plus important de Córdoba et l’un des cinq plus importants du pays et si il n’y a pas de succès au niveau sportif, on ne peut pas parler de bilans favorables. Je suis dans une période de transition tout en gardant l’objectif fixé. Je ne sais pas si je serais seul ou accompagné, ou comment sera constitué Ateliers. Je sais que c’est le seul projet qui a été présenté pour sauver le club dans le cadre de la loi et que, jusqu’à présent, il n’y a pas de projet supérieur. Nos jeunes prennent part aux tournois nationaux et internationaux, avec un bon niveau, au même que le Belgrano qui a quatre ans d’avance. »

˜

         Nicolas Medina a participé à son premier entraînement. Bien qu’il ne soit pas encore habilité par l’AFA, le joueur entend accélérer sa préparation pour se tenir à disposition de l’entraîneur. « Je manque un peu de préparation. J’en ai parlé à Gareca. Je pense qu’avec trois ou quatre entraînements physiques et deux matches d’entraînements, je serais dans la condition pour jouer. A Buenos Aires, je me suis entraîné avec un préparateur physique particulier. »

¯

Jeudi 1er mars 2007

         Ricardo Gareca ne pourra pas compter sur un effectif au complet pour affronter dimanche le vainqueur du tournoi d’ouverture, Olimpo de Bahia Blanca. Au forfait de Mauro Algecira, s’est ajouté celui de Victor Piriz Alvès. Il souffre d’une contracture au niveau du muscle arrière de la jambe droite. Il passera demain une échographie pour déterminer la gravité de la lésion, mais il a peu de chances d’être rétabli à temps. Toujours au rayon des blessés figure le meneur de jeu Federico Bongioanni, victime d’une rupture des ligaments dans la cuisse gauche.

˜

         Carlos Granero a entamé des négociations avec l’avocat, très médiatique, Fernando Burlando, qui s’est dit très intéressé par le rachat de parts du Talleres. S’agit-il de celles de Saint Etienne ou de celles de Granero ? Sur ce point, on n’en sais pas plus, mais il est évident que Granero se cherche de nouveaux partenaires.

¯

Vendredi 2 mars 2007

         Pour le déplacement à Bahia Blanca, Gareca a décidé d’emmener 18 joueurs, dont pas moins de 7 défenseurs. Et même huit, si l’on considère que le milieu Buffarini est utilisé comme défenseur latéral dans les matches d’entraînement. L’entraîneur, conscient que le rendement de cette ligne a coûté de nombreux points au club, hésite encore sur sa composition. Pour le reste de l’équipe, cela devrait être plus clair. Diego Pozo gardera les buts. Au milieu, on devrait retrouver Pablo Mannara à droite, Iván Dragojevich devant la défense et Matias Quiroga à droite. Dans le secteur offensif, Diego Garay sera chargé d’alimenter en bons ballons les attaquants Oscar Villareal (qui remplacera Piriz Alvès) et Diego Ceballos. La sélection :

         Gardiens : Diego Pozo, Silvio Dulcich

         Défenseurs : Lautaro Trullet, Julio Buffarini, Javier Malagueño, Bruno Conti, Juan Compagnucci, Arnaldo Espinola, Leonardo Baroni, Fernando Godoy.

         Milieux : Pablo Mannara, Ivan Dragojevich, Matias Quiroga, Diego Garay, Agustin Diaz

         Attaquants : Oscar Villareal, Diego Ceballos, Roberto Moreyra.

¯

Dimanche 4 mars 2007

         Tournoi de Clôture - 6e journée : Olimpo de Bahia Blanca – Talleres               1 – 0

         Stade Roberto Carminatti – 11.000 spectateurs

         Buteur : Ismaël Blanco (61e sur penalty)

Olimpo : Marcos Gutiérrez – F. Mancinelli, Mauro Laspada, Juan Basanta, Cristian Tavio – Martín Cabrera (Olivi, 85e), Pablo Monsalvo (Rodriguez, 70e), Martín Wagner, Federico García (Quiroga, 79e) – Ismael Blanco, Silvio Carrario. DT: Leonardo Madelón

Talleres : Diego Pozo – Juan Compagnucci, Fernando Godoy, Arnaldo Espínola, Bruno Conti (Leonardo Baroni, 74e) - Julio Buffarini, Pablo Mannara, Javier Malagueño, Matías Quiroga (Agustin Diaz, 89e) – Diego Garay (Diego Ceballos, 70e) – Oscar Villarreal. DT: Ricardo Gareca.

Avertissements : Monsalvo, Laspada (O). Xonti, Villarreal, Quiroga, Pozo, Compagnucci, Buffarini (T)

Expulsion : Fernando Godoy (Talleres)

Arbitre : Raul Bertinotti.

         Le Talleres a étonné tout le monde. En présentant cinq défenseurs centraux, on se serait cru retourner au « Catenaccio » italien des années soixante-dix. Gareca avait décidé de ne pas prendre de buts. A sa ligne de défense composé de 4 stoppeurs, il avait même rajouté deux milieux récupérateurs avec Mannara et Malagueño. Les couloirs étaient offerts aux jeunes Buffarini et Quiroga, qui étaient chargés de la relance. Et, le Talleres surpris une première fois. Dès le début, Olimpo harcela la défense du Talleres, mais rien ne passait. Alors que les champions du tournoi d’ouverture s’épuisaient et que les supporters locaux faisaient taire leurs chants, se rendant compte que rien ne passerait ce soir, Le Talleres prit l’initiative du jeu, commenca à construire et à mettre en danger Gutiérrez. Par deux fois, ils furent tout près d’ouvrir le score par Malagueño, puis par Conti. A la mi-temps, le dernier du championnat mettait en échec le champion.

         En seconde mi-temps, les locaux ne mettaient pas plus d’entrain. Il fallut une « tricherie » de Carrario pour changer le cours de la partie. En cherchant un penalty, il l’obtint un peu généreusement et avec lui, l’expulsion de Godoy. A dix et avec un but de retard, on pensait que tout était joué. Le Talleres surprenait encore en reprenant l’initiative et en cherchant le match nul. Malheureusement, On en resta là avec un score qui ne reflète pas la physionomie de la partie.

         Commentaires :

Ricardo Gareca : « C’est une équipe qui, avec quelques retouches, peut obtenir l’équilibre que je veux. J’ai aimé l’attitude, l’ordre et la solidité d’une défense totalement nouvelle. »

Oscar Villareal : « Nous avons bien fait les choses, nous sommes restés concentrés la plus grande partie de la rencontre. Evidemment, nous avons commis des erreurs, mais je considère que nous avons fait une bonne partie devant un grand rival. Si je me suis senti isolé ? Non, l’équipe a fait un bon travail, très en bloc. »

Julio Buffarini (meilleur joueur du match) : « Nous jouons bien, nous fermons devant le but. Nous arrivons souvent en position devant le but adverse, mais nous n’avons pas pu marquer. Nous avons commis une seule erreur et cela nous à coûté la partie. »

˜

         Ricardo Gareca n’a toujours pas gagné lors de son 4e mandat à la tête de l’équipe du Talleres. Sa dernière victoire remonte même au 2 août 2001 lors de la 2e journée de la coupe Mercosur face à Vélez Sarsfield. Les albiazules avaient gagné par 4 à 1, buts de Cuba, Maidana et Urbano (2).

˜

         Diego Ceballos ne pourra pas jouer le prochain match contre Tiro Federal. Il vient de recevoir son 5e carton jaune et sera automatiquement suspendu.

˜

Il y avait 100 supporters du Talleres à Bahia Blanca, principalement des villes d’Argentine du sud : Villa Reggina, Neuquén, Esquel.

¯

Lundi 5 mars 2007

         Après six matches sans victoires, on commence à se poser des questions sur les capacités de Gareca à obtenir des résultats supérieurs à ceux de Saporiti et du duo Oste-Carrizo. On se pose des questions sur ces incessants changements de système de jeu et même de joueurs. On s’inquiète également quand il déclare que l’équipe aligné à Bahia Blanca est proche de ce qu’il recherche. Il est évident que les erreurs de la défense ont jusqu’ici beaucoup coûté à l’équipe, mais il ne faudrait pas négliger l’attaque. Dimanche, le Talleres a certes perdu sur une erreur défensive, mais surtout de n’avoir pas pu s’offrir plus de solutions offensives en contre. Si sa continuité n’est pas encore mise en cause, les trois matches qui suivent, tous joués à Cordoba, s’annoncent déjà comme capitaux.

         Dans la semaine qui vient, Gareca pourra certainement disposer d’un effectif presque au complet. Federico Bongioanni se forme déjà physiquement et Victor Piriz Alves devrait recevoir l’accord du médecin du club pour reprendre l’entraînement. Des renforts appréciables si l’on tient compte qu’il ne pourra pas compter sur son buteur Diego Ceballos, suspendu contre Tiro Federal.

˜

         Dario Rivadero, qui n’avait pas été retenu par Gareca, s’est engagé avec Guarani (Paraguay) où évolue déjà l’ancien gardien du Talleres, Marcos Argüello.

¯

Mardi 6 mars 2007

         Ricardo “Tigre” Gareca affronte une de ses pires périodes au Talleres. On commence à évoquer un possible départ, bien qu’il s’en défende. Avec 2 points sur 18 engrangé, il est très loin de ses ambitions affichés. Mais, le plus inquiétant, c’est qu’il ne semble pas trouver ne serait-ce qu’un embryon d’équipe type. En six matches, il a déjà utilisé 25 joueurs et a épuis é tous les schémas de jeu possibles. Parmi ses proches, on commence à penser qu’il a fait une erreur en prenant l’équipe en milieu de saison. Ses précédents passages au Talleres n’ont pas toujours été couronné de succès, même si certains résultats lui ont permis de s’attacher les faveurs des supporters.

         Lors de son 1er mandat à la tête de l’équipe, tout jeune entraîneur, il a bien failli s’attirer les foudres des supporters dès les premiers matches en perdant successivement contre Belgrano (2-0) et Instituto (1-0). Il fut sauvé par le sursaut de l’équipe qui se remis à gagner immédiatement contre Atletico Tucuman. Par la suite, la victoire écrasante contre le Belgrano (5-0) commencait à forger sa légende, d’autant qu’elle mettait fin à 15 années de disettes dans le derby. Finalement, il conduisit son équipe à lutter pour la montée en 1ere division. Il quittera le club avant la fin de saison 1997 pour entraîner Indépendiente, le dernier club où il ait joué.

         Le remplaçant de Gareca s’appelait Humberto Zucarelli. Il perdit la finale de promotion, puis entraîna l’équipe pendant quelques temps au début de la saison suivante. La sauce ne prit pas et on rappella en toute hâte Gareca. Commença alors sa seconde période à la tête de l’équipe, la plus prestigieuse. En fin d’année, il obtenait la montée en 1ere division au bout d’un match à suspence contre le Belgrano qui se termina aux penalties. Là, encore, ses choix aurait pu se révéler catastrophiques (il avait fait sortir Zelaya et Garay, le buteur et le meneur de jeu de l’équipe), mais il n’en fut rien.

         En première division, Gareca montra tout son savoir-faire, n’hésitant pas à promouvoir des jeunes: Albornós, Pino, Astudillo... Bénéficiant de la confiance du président de l’époque, Carlos Dossetti, il amènera l’équipe au point le plus haut qu’elle n’ait jamais atteint en gagnant la Coupe Conmebol en 1999 (équivalent de la coupe de l’UEFA pour l’amérique latine). En juillet 2000, il s’en ira sur la pointe des pieds parce qu’il estimait “avoir perdu la confiance des dirigeants”. Une semaine plus tard, Juan José López le remplaçait.

         Lorsqu’il revint à la tête de l’équipe en 2002, on lui proposa un double challenge. Mener de front les campagnes de la Coupe Mercosur et du championnat d’ouverture se révèla périlleux. Dans la coupe, il obtint des résultats honorables dont une victoire sur le Vélez Sarsfield. Ce qui ne fut pas le cas dans le championnat. Avec 1 point sur 21 en jeu au bout de sept matches, Gareca venait de commettre une des campagnes les plus désastreuses du club. Il ne se désarme pas pour autant, affirmant: “Je n’aime pas être dernier, mais nous sommes sur deux fronts et si le Talleres descend, je reste et je le fais monter à nouveau”. On ne lui laissera pas l’occasion de le faire. Le Talleres ne descendra pas cette année-là, mais ces résultats joueront sur la moyenne du club qui allait le condamner en 2004.

˜

         Diego Ceballos n’est pas suspendu. Le buteur n’a pas reçu de cartons lors du match contre Olimpo, contrairement à ce qui avait été annoncé dans un premier temps et son compteur reste toujours bloqué à quatre.

˜

         On espère récupérer Victor Piriz Alves. Le médecin du club ne s’est pas encore prononcé et devrai le faire aujourd’hui. Si celui-ci ne donne pas un avis favorable à sa reprise, il devra certainement attendree une semaine de plus. Mauro Algecira a repris tout comme Federico Bongioanni.

¯

Mercredi 7 mars 2007

         Bien qu’il faudra certainement attendre le match d’entraînement de demain pour avoir une idée précise de l’équipe qu’il compte former pour affronter Tiro Federal, Gareca n’envisage pas de grands changements à l’équipe. Nicolas Medina y effectuera sûrement se premiers pas sous le maillot du Talleres, tandis que Malagueño réintégrerait la défense. Autre joueur susceptible de rentrer, Lautaro Trullet pourrait récupérer le couloir droit de la défense.

˜

         Le Talleres ne pourra pas jouer lors de la 15e journée sur le stade de Cordoba. Comme l’année dernière, le stade sera utilisé par l’étape argentine du championnat du monde des rallyes. Comme l’année dernière, l’alternative serait de jouer contre Villa Mitre au stade d’Instituto. Le problème est que les relations entre les deux clubs ne sont pas formidables (“meilleurs qu’avec Belgrano, tout de même”, souligne un dirigeant d’Instituto). L’autre alternative, qui serait de jouer sur le terrain du Racing, ne recevrait pas l’assentiment de la police pour des raisons de sécurité. Espérons que les choses se règlent par elle-même et que l’AFA ne soit pas obligé d’intervenir auprès d’Instituto comme en 2006.

¯

Jeudi 8 mars 2007

         Match d’entraînement: Gareca a enfin mis sur pied un match d’entraînement, le derrnier remontait à quinze jours. Bien qu’il ait composé deux équipes légérement différentes en 1ere et en seconde mi-temps, il semble ben que l’on maintiendra le schéma en 4-4-1-1 appliqué lors du match contre olimpo. Les équipes “titulaires” lors de ce match d’entraînement: 1ere mi-temps :  Diego Pozo - Juan Compagnucci, Javier Malagueño, Arnaldo Espínola, Bruno Conti - Pablo Mannara, Julio Buffarini, Nicolás Medina, Matías Quiroga - Diego Garay, Oscar Villarreal. 2e mi-temps : Pozo ; Buffarini, Compagnucci (puis Mauro Ramallo), Espínola, Conti - Mannara, Malaguèñó, Medina, Quiroga  - Garay (puis Ceballos) - Villarreal.

¯

Vendredi 9 mars 2007

         Il règne quelques incertitudes sur la composition du Talleres, demain, mais les grandes lignes en sont définies. Diego Pozo gardera les buts. A l’arrière où il faut remplacer Fernando Godoy, suspendu, Javier Malagueño réintègrera la défense centrale. Pour la seconde fois, Gareca alignera quatre défenseurs centraux, bien que Lautaro Trullet soit une réelle option pour le poste de latéral droit où Compagnucci n’a pas entièrement donné satisfaction. Devant, le jeune Buffarini épaulera Nicolas Medina, pour son premier match sous le maillot du Talleres. Pablo Mannara occupera le flanc droit du milieu de terrain et Matias Quiroga le gauche. Devant, Garay et Villareal, ont été confirmé à leurs postes en attaque. Diego Ceballos devrait donc rester sur le banc, avec Silvio Dulcich, Trullet, Ivan Dragojevich et Agustin Diaz.

˜

         Daniel Albornos, ancien joueur du Talleres était présent à l’entraînement, venu saluer, en autres, Diego Garay et Ricardo Gareca.

¯

Samedi 10 mars 2007

         Tournoi de Clôture - 7e journée : Talleres – Tiro Federal       1 – 1

         Stade de Córdoba – 6.000 spectateurs – arbitre : Cristian Faraoni

Buteurs : Croce (57e Tiro Federal), Garay (68e Talleres).

Talleres : Diego Pozo – Juan Compagnucci (Diego Ceballos, 68e), Javier Malagueño, Arnaldo Espíndola, Bruno Conti – Pablo Mannara, Julio Buffarini, Nicolas Medina,  Matías Quiroga – Diego Garay – Oscar Villarreal (Agustin Diaz, 79e). DT: Ricardo Gareca 

Tiro Federal : Miguel Cárdenas – Yamil Garnier, Eduardo Casais, Andrés Bressán, Norberto Paparatto – Nicolás Croce (Gastón Meninocci, 90e), Diego Erroz, Pablo Farías, Marcelo Penta – Gustavo Rodas (Andrés Formento, 46e), Martín Perezlindo (Jorge Sáez, 86e). DT: Dardo Giovagnoli.

Avertissements : Compagnucci (Talleres), Casais y Erroz (Tiro Federal).

         Si ce match s’était joué aux points, comme en boxe, le Talleres l’aurait certainement gagné. Malheureusement, il ne s’agissait que de football et en football, il faut marquer des buts. En première mi-temps, la domination du Talleres était évidente, avec le trio Buffarini, Medina, Quiroga impulsant un jeu rapide et précis. Mannara, lui-même, décochait une balle que seul le talent du gardien adverse permettait de détourner en corner. Malheureusement, les locaux n’eurent pas l’occasion de concrétiser leur avantage. Un mi-temps de domination pour rien. A ce moment, peut-être pas, l’équipe venait de retrouver le soutien de son public, mais en seconde mi-temps, tout s’est déréglé. Le Talleres, bien que continuant sa domination globale sur le match abandonnait son jeu brillant pour un jeu court et de longues passes qui avaient bien du mal à parvenir aux avants. Il retrouvait même ses éternels problèmes de défense. Sur un débordement par la gauche de Pento, Malagueño s’interposait et renvoyait le ballon à droite… dans les pieds de Croce qui ne s’attendait à pareil cadeau. Dix minutes plus tard, Garay évitait le pire en mettant les deux équipes à égalité sur un exploit personnel.

¯

Dimanche 11 mars 2007

         Le derby est déjà dans toutes les têtes. Le 214e du nom devrait ne pas rester dans les mémoires tant les deux équipes sont loin de leur football. Ce match redonnera peut-être l’occasion à l’une des deux équipes de sortir la tête de l’eau. Bien qu’Instituto soit le club recevant, le derby se jouera sur le stade de Córdoba, le stade habituellement utilisé par le Talleres et Belgrano. Ce ne sera pas la première fois, la dernière rencontre Instituto – Talleres s’était déjà déroulé ici même le 13 mars 2000 et avait vu la victoire d’Instituto par 2 à 0.

         Quelques données sur le derby :

         Si le Talleres mène largement au nombre de victoires, 109 contre 59, il y eut de longues périodes de domination du rival à chaque fois que les rencontres se terminaient par un enjeu. En particulier, ils jouent ensemble quatre finales de championnats de la ligue de Cordoba (en 1927, 1935, 1957 et 1973) et chaque fois Instituto gagne. Il est vrai que pour le dernier, Instituto alignait notamment Saldaño, Ardiles, Kempes, Beltrán et Willington. A partir de 1974, avec la montée en puissance de l’équipe des “cheminots”, la tendance s’inversa.

         Le premier match entre les deux équipes remonte à 1919, il s’agissait alors d’une rencontre amicale. En 1920, lors de la première rencontre officielle, le football de Córdoba était encore ancré dans un amateurisme inimaginable aujourd’hui. La plupart des rencontres avaient lieu sur des terrains qui étaient loin d’être réglementaires, souvent sans gazon et sans tribunes. Le terrain officiel de la Ligue de Córdoba situé dans le Parque Sarmentio échappait à cette définition, réunissant des conditions élémentaires: un terrain “décent” et 5.000 places dans les tribunes. C’est sur ce terrain que s’affronteront Instituto et le Talleres. La ligue ayant jugé que le terrain du talleres était un endroit peu sûr pour contenir la rivalité naissante. Finalement, la rencontre se termina par un score nul 2 – 2 et il n’y eut pas d’incidents à déplorer.

         Joueurs ayant porté les 2 maillots :

                   Ø Alberto Bertrán, a débuté au Talleres en 1965, mais triompha ensuite avec Institituto.

Ø Roberto Cabrera, gardien d’Instituto qui a également porté les couleurs du Talleres.

Ø Oscar Dertycia, une vedette d’Instituto qui a porté les couleurs du Talleres en 1995-96.

                   Ø Mario Kempes, le “matador” qui a également défendu les couleurs de la “T”, lors d’un match amical contre Boca Juniors en 1973.

                   Ø Julian Maidana qui s’est distingué sous les deux maillots.

                   Ø Nicolas Oliva, autre vedette d’Instituto qui est venu au Talleres en 1999.

                   Ø Daniel Willington, une des vedettes du club des “cheminots”, qui avait été prété par le Talleres à Instituto en 1973.

         D’autres statistiques sur le derby Talleres – Instituto sont disponibles en cliquant ici.

¯

Mardi 13 mars 2007

         Bien que Carlos Granero soit pour l’instant injoignable, l’information semble être exacte. Carlos Granero aurait décidé de rompre les liens qui l’unissent à l’A.S. Saint Etienne et d’assumer seul la responsabilité du Talleres. L’inaction du club français a fini par détériorer la relation. De quoi est-il question ? Lors de la reprise en commun du club, Bernard Caiazzo et Carlos Granero cherchaient à faire profiter leurs clubs respectifs d’un travail en commun. Il était alors question de faire du Talleres un centre de formation pour jeunes footballeurs, à vocation nationale. Ce centre aurait permis aux stéphanois d’acquérir de bons éléments à un prix juste, en dehors des dérives du marché et au Talleres d’obtenir des fonds et des joueurs pour son équipe première. Un objectif avait même été fixé, avoir 40% de l’effectif professionnel au bout de 3 ou 4 ans. Les autres actions de cet accord concernaient la rénovation de “La Boutique”, la construction d’un nouveau stade, etc.. et l’épurement de la dette laissé par les anciens dirigeants du club. Le corrolaire de tout ce programme, était de faire remonter l’équipe professionnelle en première division. Division qu’il n’aurait jamais dû quitter quand on sait que malgré ses mauvais résultats actuels, il reste un des 4 ou 5 clubs, avec Boca Juniors, River Plate ou Independiente à pouvoir remplir un stade partout en Argentine. La première erreur du duo Caiazzo – Granero a certainement été de laisser penser que cette remontée pouvait arriver immédiatement. Les espoirs entrevus puis décus ont amené une coupure avec le public dans laquelle les opposants se sont engouffrées.

         De tout le programme, rien n’a été entrepris, ou si peu. La rénovation n’a pas encore commencée, la propriété est laissé en frîches, etc... Le remboursement de la dette a lui débuté au moyen du paiement d’une redevance semestrielle (on en est à la troisième échéance). L’une des critiques principales qu’adresse Granero à Saint Etienne est bien de l’avoir laissé affronter seul ces échéances, comme il est seul à assumer la charge qui lui incombe de défendre le projet conçu en commun. Saint Etienne n’a jamais investi que 400.000 dollars dans ce club. Lorsqu’en décembre, Granero révèle un exercice déficitaire au vu des mauvais résultats, les stéphanois, principaux actionnaires n’interviennent pas. Il propose juste qu’un des joueurs du Talleres, un des rares dont le contrat appartienne au club, soit vendu à un club de seconde division française.

         Bien entendu, il y a tout le programme entrepris avec les jeunes et Granero a reconnu que celui-ci était positif. Mais il faut relativiser l’action des stéphanois. Ceux-ci ont pris en charge la venue d’un groupe d’une vingtaine de jeunes joueurs pour disputer un tournoi international à Clamecy (Nièvre). Le Talleres prit la seconde place de cette compétition derrière l’A.S. Saint Etienne. Enfin, suite à une visite de Fernandez et de Bruder, ils organisèrent la venue de cinq jeunes en stage à Saint Etienne. Mais leur collaboration dans ce domaine s’est arrêté là. Granero semble avoir cédé à tous les techniciens lorsque ceux-ci s’opposèrent à ce que certains jeunes rejoignent la France. Faisons le point:

ð  En juin/juillet 2006, l’A.S. Saint Etienne réclame la venue de Julio Buffarini. Saporiti s’y oppose en réclamant le joueur qu’il compte incorporer à l’équipe première. Il le fera jouer comme remplaçant le premier match avant de le renvoyer à disposition des équipes de jeunes.

ð  Au début d’octobre 2006, l’A.S. Saint Etienne envoie une délégation composé par Gérard Fernandez, Luc Bruder et Omar Da Fonseca, afin de superviser les équipes de jeunes du Talleres. Ils y remarquent principalement trois joueurs : Juan Galarraga, Javier Pastore et Guillermo Cosaro. Lorsque quelques semaines plus tard, on annonce le groupe des stagiaires devant se rendre en France, on retrouve bien Javier Pastore, Guillermo Cosaro et même Julio Buffarini, mais pas de Juan Galarraga. Dans le même temps, on apprend que ce joueur vient d’être intégré à l’entraînement des professionnels par Luis Oste.

ð  En décembre/janvier dernier, on apprend que l’A.S. Saint Etienne a demandé que deux joueurs le rejoignent dès la reprise de l’entraînement : Javier Pastore et Guillermo Cosaro. Nouveau refus de Granero qui affirme que la décision ne peut intervenir avant que le nouvel entraîneur ait pris ses fonctions. Celui-ci intégrera les deux jeunes au groupe professionnel et fera même jouer quelques matches au plus talentueux des deux, Javier Pastore. Quant à Cosaro, il se contentera de servir de sparring-partner lors des entraînements jusqu’à la reprise des championnats jeunes.

         Cet avalanche de refus, est peut-être au départ du manque d’intérêt pour le Talleres qu’ont exprimé les dirigeants stéphanois, mais n’aurait-il pas été plus crédible de leur part de renforcer leur main mise sur le club en participant réellement à sa gestion et en ne laissant pas toutes les responsabilités à l’actionnaire minoritaire ? La question mérite d’être posé.

         Deux autres évènements peuvent être rappelés pour expliquer en partie la rupture aujourd’hui de cette union :

ð Quand l’A.S. Saint Etienne négocie le contrat d’Ilan Araujo Dall’Igna, il obtient des droits sur quelques jeunes du club. Il propose alors que ceux-ci soient intégrés aux équipes de jeunes du Talleres. Le club français essuya un refus qui, semble-t-il ne fut même pas motivé.

ð Au sortir du stage à Saint Etienne, on retrouve les cinq jeunes du Talleres avec Piazza du côté du Villareal. Il semble bien que cet ajout au programme initial se soit fait dans le dos de l’A.S. Saint Etienne et qu’il n’ait pas été vraiment apprécié. Piazza, de son côté, déclarait : « Carlos Granero a eu des contacts et il m’a demandé si je pouvais les accompagner. » et que « de toutes façons, tous les jeunes ne sont pas pour Saint Etienne. Un ou deux viendront peut-être (Pastore et Cosaro ?) ». Il semble bien que Villareal n’était réellement intéressé que par un seul joueur, le même que Saint Etienne, Javier Pastore.

¯

         Ricardo Gareca ne joue plus la transparence. Pour le derby, il compte emmener son groupe au vert à partir de demain à Carlos Paz, histoire de desserer la pression inévitable à quelques jours d’un derby. Il ne compte pas non plus révéler l’équipe qu’il alignera avant le match, même aux joueurs. Le mystère devrait rester entier jusque dans le vestiaire. 19 ou 20 joueurs devraient être retenu pour le déplacement, un groupe plus large étant exclu en raison de l’état actuel des finances.

˜

         « La Boutique » a été l’objet d’un vol avec effraction. Le butin se résumerait principalement à des jeux de maillots de l’équipe première et à des équipements.

¯

Mercredi 14 mars 2007

         Ils seront 19 à participer à la mise au vert à Carlos Paz à partir de ce midi : les gardiens Diego Pozo et Silvio Dulcich, les défenseurs, Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Juan Compagnucci, Arnaldo Espinola et Bruno Conti, les milieux Pablo Mannara, Mauro Algecira, Julio Buffarini, Matias Quiroga, Iván Dragojevich, Emanuel Giménez, Nicolas Medina, Agustin Correa et Diego Garay, les attaquants Oscar Villareal, Victor Piriz Alves et Diego Ceballos. On notera le retour en grâce d’Emanuel Giménez et d’Agustin Correa, écartés respectivement depuis la seconde journée et le tournoi de Cordoba d’avant saison. Ricardo Gareca, qui n’a donné aucune indication quant à la formation qu’il compte présenter lors du derby, a toutefois affirmé qu’il « avait déjà son onze de départ dans la tête ».

¯

Jeudi 15 mars 2007

         Fernando Godoy a été suspendu pour 10 matches après avoir été expulsé contre Olimpo de Bahia Blanca. Autant dire que ce tournoi est quasiment terminé pour lui.

˜

         Interview de Diego Garay

« sous le maillot du Talleres, le premier « classico » que j’ai disputé était contre Instituto. J’ai eu la chance de marquer. Nous Gagnons 2-1. En réalité, je n’ai pas joué beaucoup de matches contre Instituto, mais ces matches me conviennent généralement. Espérons que celui qui vient soit positif, que nous puissions le gagner et qu’il nous serve de tremplin. »

qu’est-ce que ce choc a de différent avec ceux qui l’ont précédé ?

« Tous les « Classico » sont différents. En outre, aucun des deux adversaires n’est bien et ils ont besoin de points. C’est une partie que tout le monde veut jouer, avec pour cadre un public très important. Pourvu qu’il en sorte un bon spectacle et que le Talleres gagne. »

Un bon résultat signifie beaucoup pour le groupe ?

« Enormément. Ce peut être un déclic pour commencer à nous améliorer et à définir des objectifs. Les « classicos », nous voulons les gagner, mais surtout, nous ne voulons pas les perdre. »

Vous êtes conscient que les supporters réclament plus de l’équipe ?

« Le Talleres comme tout grand club exige beaucoup. Ce sont les règles du jeu et c’est un défi. Ce sont les matches les plus beaux à jouer et pour se montrer. »

Si vous gagner, l’année est sauvée ?

« Ce n’est pas le plus important. Tous les supporters veulent gagner et ils nous en voudraient de ne pas nous battre. La campagne (que nous menons) n’est pas la meilleure et il est temps de retourner la tendance. Les deux équipes devraient combattre pour l’une des trois premières places. La réalité est tout autre. »

Un pronostic ?

« Nous gagnons »

¯

Samedi 17 mars 2007

         Tournoi de Clôture - 8e journée : Instituto – Talleres  1 – 0

         Stade de Córdoba – 27.000 spectateurs

         But : 57’ Benito Montalvo (Instituto)

Instituto : Jorge Carranza – Leonel Pilipaukas, Ivan Furios, Julio Moreyra, Raul Gorostegui – Julio Serrano, Ignacio Griva, Benito Montalvo (Gustavo Bordicio, 88e), Darío González (Nahuel Fioreto, 66e) – Daniel Jiménez, Daniel Jimenez (José Sanchez, 69e). DT: Eduardo Anzarda.

Talleres : Diego Pozo – Mauro Algecira (Matías Quiroga, 67e), Javier Malagueño, Arnaldo Espíndola, Bruno Conti – Pablo Mannara (Emanuel Giménez, 73e), Nicolás Medina (Victor Piriz Alvez, 73e), Julio Buffarini, Oscar Villareal – Diego Garay –Diego Ceballos. DT: Ricardo Gareca.

Avertissements : Leonel Pilipaukas, Julio Serrano, Ivan Furios, Nahuel Fioreto (Instituto). Mauro Algecira (Talleres).

Arbitre : Nestor Pittana.

         Une si petite différence sur le terrain, mais un grand trou au niveau du résultat. Les équipes présentées par le Talleres et Instituto n’était certainement pas digne de l’enjeu et de l’engouement du public. Ils nous offert un spectacle médiocre loin de ce que l’on pouvait attendre d’un tel match. Le Talleres est entré le premier dans la partie avec une entame de match encourageante et beaucoup d’agressivité dans le jeu. Mais ce ne fut qu’un feu de paille. La partie n’a offert que cinq situations claires de but : trois pour le Talleres et deux pour Instituto. Tout le reste du match s’est déroulé trop loin des cages des gardiens et s’est résumé à un duel stérile au milieu du terrain. La grande figure du match aura été le gardien d’Instituto, Jorge Carranza qui permit à son équipe de faire la différence en sauvant des situations compromises devant successivement Medina, Villareal et Piriz Alves.

˜

         Ricardo Gareca jette l’éponge. Il sera dit que le derby use les techniciens. Saporiti avait annoncé sa démission au sortir des vestiaires après une victoire éclatante du Talleres. Gareca vient de faire de même. Conscient que les résultats du club sont catastrophiques (3pts pris sur 24 possibles), il s’est donné quelques jours pour prendre une décision définitive, mais, dans son esprit, il est déjà dehors. Commentant le match, on voit qu’il n’a plus de réponses à apporter : « En première mi-temps, nous avons été dominateurs, nous nous procurons beaucoup d’occasions de but (sic) et Pozo n’a presque pas touché le ballon. Mais Instituto a marqué et nous n’avons pas pu retourner la situation, bien que nous l’ayons mérité… Je suis le principal responsable. Je vais analyser la situation et je déciderais en fonction de ce qui sera le plus utile pour moi et l’institution ».

˜

         Carlos Granero  s’est montré surpris quand certains journalistes ont évoqué la démission de Gareca : « Lors de la conversation que nous avons eu dans les vestiaires, la question de sa démission n’a été abordée à aucun moment. Après une défaite, à chaud, on ne réagit pas toujours rationellement. ». Il ne pense pas que les mots de son entraîneur soient à prendre à la lettre : « Je comprends son état d’esprit. C’est compréhensible. En termes de résultats, nous sommes tous préoccupés, mais nous sommes encore convaincus que Gareca est la personne indiquée pour diriger l’équipe. Il est l’idéal pour nous, parce qu’il travaille sur la formation. Les supporters ont applaudi aujourd’hui Buffarini, qui représente un capital pour le Talleres.il y a beaucoup de jeunes dans l’équipe qui continuent à acquérir de l’expérience et qui constitueront bientôt un capital pour le club. »

         « Je suis optimiste au sujet de Gareca. Il dirigera les entraînement de la semaine qui vient et sera sur le banc lorsque nous rencontrerons Tigre. Et, je crois qu’il va aller au bout de son contrat en redoublant d’efforts, pour repartir lors du prochain semestre avec les plus grands espoirs. »

¯

         Les dirigeants de Saint Etienne devraient se rendre à Cordoba le 25 mars prochain afin de finaliser la rupture entre les deux clubs. On ignore encore la forme que prendra cette séparation : dissolution de la société Ateliers SA, rachat des parts de Saint Etienne par Granero ou un nouvel actionnaire. On ignore également quelle compensation pourrait demander le club français.

¯

Dimanche 18 mars 2007

         La continuité de Gareca comme entraîneur du Talleres devrait être abordée dès demain au cours d’une entrevue avec Carlos Granero. Mais, déjà, ce dernier confie qu’il a parlé avec lui par téléphone et qu’il l’avait trouvé beaucoup plus tranquille.

¯

Lundi 19 mars 2007

         On n’en sait guère plus après la réunion entre Gareca et Granero . Ce dernier a confirmé que le technicien assurerait l’entraînement cette semaine et serait sur le banc contre Tigre. Mais, on ne peut aujourd’hui affirmer que sa mission irait au-delà.

˜

         Mauro Algecira ne sera pas du prochain match. Il a été blessé au genou lors d’un choc avec un milieu adverse contre Institituto.

˜

         Bruno Conti, le défenseur du Talleres, a été averti par l’AFA que l’arbitre du match avait affirmé dans son rapport que le joueur l’avait insulté au terme du match contre Instituto. Pour cette raison, bien que n’ayant été ni averti, ni expulsé, il recevrait une sanction d’office et ne pourrait pas jouer contre Tigre.

˜

         Daniel Alberto « la Chanchita » Albornos, ancien joueur du Talleres révélé par Gareca et la victoire en coupe Conmebol, a annoncé sa retraite : « Je ne vais plus jouer au niveau professionnel. Les lésions des genoux m’ont fatiguée. Si un joueur ne peut plus s’entraîner correctement, il ne peut plus jouer. ». Seulement agé de 29 ans, il a joué successivement au Talleres, Argentinos Juniors, Gimnasia (Jujuy), Racing de Nueva Italia et Sportivo Belgrano. Il pense poursuivre dans le football en entamant une carrière de technicien. Il commence à en suivre les cours et espère un jour pouvoir offrir ses services au Talleres.

¯

Mardi 20 mars 2007

         Interview de Gareca « extraits » :

Continuez-vous ?

« Après le match, j’étais très en colère. L’idée est que je continue tant que je ne serais pas nuisible au club. Granero ne m’a pas mis de délais, mais je ne veux pas être nuisible au club. J’ai des délais personnels, ne me demandez pas lesquels, mais je les ai. »

Qu’est-ce qui indique que tout va changer ?

« J’ai de bons. Il est incompréhensible que l’équipe fasse cette campagne désastreuse. Quand le ballon commencera à pénétrer dans la zone adverse et que nous préserverons la notre, nous commencerons à nous racheter. »

Les supporters vous soutiennent en dépit de tout, quelle réflexion cela mérite ?

« Je ne veux pas abuser du soutien des gens. Je dois lui donner sstisfaction et trouver la réponse dans les matches pour terminer dignement. Je dois essayer parce que cette campagne est peut-être la dernière que je ménerais à la tête du Talleres. »

Les techniciens Saporiti et Oste – Carrizo sont partis et rien n’a changé…

« Oui, mais j’ai apporté cinq joueurs. J’ai renforcé l’équipe. Et cela change l’équipe… »

Mais ils ne l’ont pas changé…

« Mais ils sont importants. »

¯

Mercredi 21 mars 2007

         Après une coupure de trois jours, les joueurs sont revenus à l’entraînement. Sans Mauro Algecira blessé et qui sera indisponible pour de longs mois. Le diagnostique est terrible : rupture des ligaments croisés du genou droit et fracture du ménisque. Une saison qui sera à oublier car au-delà des résultats, le joueur avait déjà été victime de deux déchirures qui l’avaient longuement écarté de l’équipe. Sans Bruno Conti, qui sera certainement suspendu par l’AFA après son altercation verbale avec l’arbitre. Sans Fernando Godoy, à qui il reste huit matches de suspension à accomplir. Sans Leonardo Baroni, victime d’une fissure au niveau des côtes. Du coup, Lautaro Trullet pourrait reprendre sa place en remplacement d’Algecira et Matias Quiroga effectuer un nouvel intérim au poste d’arrière gauche.

¯

Jeudi 22 mars 2007

         Contrairement aux semaines précédentes, Ricardo Gareca a donné des indications sur l’équipe qu’il comptait aligner samedi contre Tigre. Il a affirmé qu’il avait presque son équipe dans la tête depuis la veille et elle ne devrait être très différente de celle-ci : Diego Pozo - Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Arnaldo Espínola, Matias Quiroga ou Agustin Correa - Pablo Mannara, Julio Buffarini, Nicolás Medina, Oscar Villarreal  - Diego Garay - Diego Ceballos. Seulement, cette liste est peut-être déjà compromise; le médecin du club a averti que Diego Garay souffrait d’une lègère indisposition. Il a du s’entraîner de manière différenciée. L’alternative serait alors Victor Piriz Alves.

         ˜

Questionné sur le talentueux Javier Pastore, Gareca a indiqué qu’il avait fait rentrer trop tôt dans l’équipe première et qu’il en était de même pour Ramiro Pereyra et Emiliano Gómez. Ils multiplient actuellement les travaux physiques pour se mettre au niveau. La révélation de l’entraîneur est révélatrice quand on sait que Carlos Granero avait affirmé, alors que Saint Etienne réclamait le joueur, que Gareca pouvait avoir besoin de lui et qu’il ne pouvait pas s’en séparer immédiatement. (voir également ci-après)

˜

         Devant l’insistance du groupe des « Notables », Carlos Granero a mis à la disposition le terrain de 24 hectares situé en périphérie pour y construire le nouveau stade du Talleres si le projet se révèle viable. Ernesto Salum avait annoncé que la construction d’un stade de 30.000 places y était viable, que des études avaient été faîtes sur le terrain. Mais une partie du terrain a été cédé temporairement à la ville qui l’utilise comme terminus pour des lignes de bus. De ce fait, il pourrait très vite se révéler trop petit. Granero  dans sa volonté de se rapprocher avec les opposants qu’il avait fustigé il y a peu de temps a affirmé : « Le club a été revalorisé. Aucun jeune n’est parti vers la France et l’effectif des jeunes a été revalorisé de 100%. La dette est surtout au niveau sportif et c’est génant. Mais je pense que nous avons encore du temps pour retourner la situation. »

¯

Samedi 24 mars 2007

         Tournoi de Clôture - 9e journée : Talleres – Tigre                  1 – 1

         Stade de Cordoba – 4.000 spectateurs

         Buteurs : 45'+2' Juan Pablo Pereyra (Tigre), 89' Diego Ceballos (Talleres).

Talleres : Diego Pozo - Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Arnaldo Espínola, Agustín Correa - Pablo Mannara (Emanuel Giménez, 46e), Julio Buffarini, Nicolás Medina, Oscar Villarreal (Victor Piriz Alves, 46e) - Diego Garay - Diego Ceballos. DT: Ricardo Gareca.

Tigre : Daniel Islas - Santiago Morero, Alexis Ferrero, Juan Blengio - Martín Galmarini (Pasini, 73e), Diego Castaño, Román Martínez, Nicolás Torres - Martín Morel, Leandro Lázaro (Salmerón, 69e), Juan Pablo Pereyra (Morel, 87e). DT: Diego Cagna.

Avertissements : Javier Malagueño, Diego Ceballos.

Arbitre : Ezequiel Maitini.

¯

Mardi 27 mars 2007

         Malgré la mauvaise campagne que fait le club, le Talleres est toujours en tête au niveau des entrées de spectateurs (places venudes uniquement) en seconde division. Certes sa large avance a beaucoup fondue, mais il reste loin devant le second, San Martin de Tucuman, pour le tournoi d’ouverture. Son adversaire local, Instituto qui arrive en troisième position, a vendu pratiquement 2 fois moins d’entrées que les albiazules.

˜

         Gareca devra encore remodeller son équipe. Lors du match contre Tigre, il a perdu Arnaldo Espinola, blessé, Javier Malagueño et Diego Ceballos, qui ont tous deux reçus leurs cinquièmes cartons jaune. A l’entraînement, il a aligné une équipe inédite avec, en outre,  le retour de Bruno Conti, revenant de suspension : Diego Pozo - Lautaro Trullet, Juan Compagnucci, Leonardo Baroni, Bruno Conti  - Pablo Mannara (puis Julio Buffarini), Emanuel Giménez, Nicolas Medina, Oscar Villarreal (puis Agustin Correa) - Diego Garay - Victor Píriz Alves.

˜

         L’avant du Racing (Córdoba) Héctor Cuevas a été offert au Talleres pour la prochaine saison. L’ex-avant de Las Palmas et de 9 de Julio est sous contrat avec l’ex-président du Belgrano, Gregorio Ledesma. Toutefois le Racing de Nueva Italia garde une priorité d’achat sur ce joueur.

¯

Mercredi 28 mars 2007

         Si Gareca ne connait qu’une seule réussite avec sa dernière campagne, elle aura certainement pour nom, Julio Buffarini. Le jeune joueur continue d’étonner de jour en jour. Contre Instituto, il fut celui que le public encouragea le plus. Les promesses entrevues l’année dernières dans les championnats jeunes se concrétisent de plus en plus sur les terrains des professionnels. Il est vrai que son activité sur le terrain, ses courses multipliés plaisent aux supporters. Le fait qu’il soit issu des rangs du club ajoute encore à son identification comme un des leurs, un “albiazul”. Son jeu pêche encore dans la finition, mais il en est conscient et travaille à acquérir plus de lucidité. Il est presque devenu un titulaire de l’équipe “à part entière”, bousculant même le “renfort de Gareca”, Pablo Mannara, sur le flanc droit. Mais lorsque son poste préféré n’est pas libre, il redescent d’un cran comme milieu récupérateur avec la même application. Si Gareca affirmait qu’il avait lancé trop tôt certains jeunes, cela ne le concerne pas et son avenir semble désormais s’éclaircir.

¯

Jeudi 29 mars 2007

         Le Talleres a entamé son plus long déplacement de la saison, avec pour destination finale, Comodoro Rivadavia, où il rencontrera samedi le C.A.I. Gareca a communiqué son équipe. Encore une fois, son groupe subira de profonds changements. Cinq joueurs sortiront de l’équipe: Malagueño et Ceballos, suspendus, Arnaldo Espinola, blessé, Oscar Villareal et Pablo Mannara ou Julio Buffarini pour des raisons tactiques. La seule incertitude concernera qui de ces deux derniers joueurs occupera le flanc droit. De cette façon, l’équipe serait composée de : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Juan Compagnucci, Leonardo Baroni, Bruno Conti – Pablo Mannara (ou Julio Buffarini), Emanuel Giménez, Nicolas Medina, Agustin Correa  - Diego Garay – Victor Piriz Alves. Sur le banc, prendront également place Silvio Dulcich, Ivan Dragojevich, Matias Quiroga et Oscar Villareal.

˜

Le groupe des “Notables” ont obtenu l’oreille d’un juge à leur thèse sur de prétendus irrégularités commises lors de l’attribution de la gérance du club. Celui-ci ouvrira une enquête sur les conditions de cette attribution. On rapellera que le groupe “La Causa” qui avait fait une demande de même nature devant le juge “anti-corruption” avait reçu un fin de non-recevoir, après évaluation du dossier pendant trois mois.

˜

         Le groupe “Fondation Albiazul” qui défend les droits des certains socios a dévoilé un plan “pour sauver le club”. La partie la plus importante de ce plan concerne la rénovation de la propriété de 24 hectares. Il compte y construire “un centre sportif, avec plusiseurs terrains de football, et d’autres activités comme le tennis, le volley-ball et pourquoi pas la natation. Nous avons fait des études et l’investissement serait de 500 mille pesos. Nous avons cette somme et il ne manque que l’on nous laisse travailler.” Au delà de la somme assez ridicule avancée, on peut se demander comment toute cette opposition qui se disait unie, il y a un mois, peut espérer un jour travailler pour le bien du club. Chacun y va de son projet, souvent opposé à celui des autres (les “Notables” ont proposé que soit construit un nouveau stade de 30.000 places sur la propriété) et les uns fustigent l’action des autres. Ils ne sont d’accord que sur un seul point, le départ de Granero.

¯

Vendredi 30 mars 2007

         Les dirigeants avaient planifié le déplacement de Comodoro Rivadavia pour que l’équipe arrive assez tôt pour effectuer un entraînement/prise de contact avec le terrain dans l’après-midi. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu. Après un départ à l’aube de Córdoba, ils devaient prendre un avion à  Buenos Aires à 10h20. A peine monté à bord, le vol a été annulé pour des raisons techniques. Obligé de rester toute la journée à l’aéroport, ils ne purent repartir vers leur destination que vers 18h30, tout en faisant une escale supplémentaire à Neuquén.

¯

Samedi 31 mars 2007

         Tournoi de Clôture - 10e journée : C.A. Infantiles – Talleres           3 – 0

         Stade municipal de Comodoro Rivadavia – 1.800 spectateurs

         Buts : 24’ Mauro Villegas (CAI), 65’ Jose Defilippi (CAI), 74’ Matias Jara (CAI).

C.A.I. : Emanuel Tripodi - Franco Di Paola (Armando Piñeiro, 69e), Andrés Carevic, Sebastián Bartolini (Pablo De Miranda, 75e), Emiliano Yocco - José Defilippi, Germán Cáceres, Emanuel Morales, Martín Rolle (Franco Asencio, 65e) - Matías Jara, Mauro Villegas. DT: Julio Zamora.

Talleres : Diego Pozo - Lautaro Trullet, Juan Campagnucci, Leonardo Baroni, Agustín Correa - Pablo Mannara (Bruno Conti, 57e), Nicolás Medina (Matias Quiroga, 73e), Emanuel Giménez, Oscar Villareal (Julio Buffarini, 66e) - Diego Garay - Víctor Piriz Alves. DT: Ricardo Gareca

Expulsion : Leonardo Baroni (66e)

Avertissements : 27’ Emiliano Yocco, 54’ Matias Jara, 75’ Andres Carevic (CAI). Emanuel Gimenez (T)

Arbitre : Raúl Bertinotti.

         Le Talleres a touché le fonds… Il avait pourtant bien commencé la partie. Pendant 24 minutes, malgré un rendement offensif très pauvre, les joueurs de Cordoba tiennent le match. Survint un coup franc pour le C.A.I. sur une faute de Correa et Villegas profite des hésitations de Pozo. A partir de ce moment, il n’y aura plus qu’une seule équipe sur le terrain. Et, à la 20e minute de la seconde mi-temps, Pozo allait chercher une seconde fois le ballon dans ses buts. Leonardo Baroni, mauvais joueur, bousculera volontairement le buteur adverse. Il n’en fallu pas plus pour que l’arbitre le renvoie aux vestiaires. A dix, ils ne tinrent pas bien longtemps et le C.A.I. marquait pour la troisième fois. Il restait quinze minutes à jouer et le Talleres aurait pu repartir avec une addition encore plus lourde tant il était désorganisé. Dans cette partie, le Talleres n’aura tiré que deux fois au but : en début de première mi-temps quand sur un geste individuel de Leonardo Baroni, le montant renvoie la balle et lorsque le C.A.I. menant déjà 3-0, Correa oblige le gardien adverse à sa seule intervention de la partie.

˜

         Ricardo Gareca envisage à nouveau son départ. Face au résultat de son équipe, il a commenté : « Ils (le C.A.I.) ont gagné très largement. Ils étaient meilleurs que nous. Il n’y a rien à analyser. Ce sont les bilans que je fais. Je vais analyser ma continuité dans la semaine. Je ne veux pas être un obstacle. Je veux le meilleur pour le Talleres. »

˜

         Malgré la faible assistance, il y avait quand même une cinquantaine de supporters du Talleres, la plupart de groupes locaux comme ceux de Villa Crespo, Caleta Olivia et Ushuaia.

¯

Dimanche 1er avril 2007

         Ricardo Gareca envisage une entrevue demain avec Carlos Granero. Pour lui donner sa démission ou pour lui faire part de son désir de continuez ? La question reste entière. L’accablement de la défaite passé, il a semblé plus calme et même si il continue à affirmer ne pas vouloir nuire au club, Granero pourrait continuer à lui faire confiance. Les supporters « les plus assidus » continuent à l’encourager. Malgrè les résultats, il reste un idole pour ceux-ci. Mais, quel club accepterait d’un entraîneur une campagne aussi faible. 4 pts pris sur 30 possibles. Si on rajoute les neuf matches de sa campagne précédente, il n’aura ramener que 5 points sur 57 possibles. Partout ailleurs, on aurait vite reconnu l’erreur et changer son fusil d’épaule. La dette qu’entretient le club avec son entraîneur depuis la faillite joue-t’elle sur les décisions de Granero. Il faut espérer que non et que la campagne misérabiliste de Gareca n’entrainera pas le club encore plus bas.

˜

         Le Talleres devra se trouver un terrain d’accueil pour ses prochains matches. Le stade de Córdoba sera occupé pendant plusieurs semaines par les préparatifs du rallye d’Argentine. Même si les rapports avec Instituto ne sont pas bons, c’est vraisemblablement vers ce terrain qu’il devra émigrer car la police n’accepterait certainement pas que le Talleres joue sur celui du Racing pour des aisons de sécurité.

¯

Lundi 2 avril 2007

         Ricardo Gareca ne s’en va pas. Il est sorti galvanisé de sa réunion avec Carlos Granero à Buenos Aires. Il sera vraisemblablement toujours l’entraîneur du Talleres qui affrontera l’Atletico Rafaela, mais peut-il le rester longtemps ? Son départ semble programmé : à la fin de ce tournoi ? après la prochaine défaite ? Personne ne le sait. L’équipe qui est revenu de son périple a repris l’entraînement sous les ordres de Juan Manuel Sotelo et du préparateur physique Néstor Bonillo.

¯

Mercredi 4 avril 2007

         Le soutien dont dispose Gareca parmi les supporters ne se dément pas. Lors de l’entraînement, on a pu recueillir nombre de soutiens au « Tigre » : « Il faut soutenir le « Tigre » à mort. Les choses ne semettent pas en place mais je n’ai pas de doute que l’équipe va s’en sortir. ». « Gareca ne doit s’en aller. (les joueurs) manquent surtout de motivation et doivent se convaincre qu’ils peuvent battre n’importe qui. ». « Gareca doit continuer. Les joueurs jouent très mal et ce sont les coupables directs. Si nous continuons ainsi, nous devons sérieusement penser à nous maintenir. ». Un sondage sur le web ne donnait pas tout à fait le même résultat puisque Gareca y est considéré comme responsable de la situation par 57,9 % des internautes.

˜

         Lors de l’entraînement, l’équipe a, une nouvelle fois, changé de visage. La principale surprise vient de la sortie de l’équipe « titulaire » du gardien Diego Pozo (voir ci-après). Les autres changements concerne le déplacement de Nicolas Medina sur le flanc gauche, l’incorporation du jeune Sandro Benegas au poste d’arrière gauche et les rentrées de Malagueño et Ceballos après avoir purgés leurs suspensions. L’équipe « titulaire » était composée de : Silvio Dulcich – Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Juan Compagnucci, Sandro Benegas – Julio Buffarini, Emanuel Giménez, Nicolas Medina – Diego Garay – Victor Piriz Alves, Diego Ceballos.

˜

         Diego Pozo ne prend pas avec légèreté sa sortie de l’équipe. Il menace tout simplement de quitter le Talleres. « Gareca m’a dit que j’ai un bon rendement, mais qu’il veut voir ce que donne Dulcich. Je respecte son point de vue mais je ne le partage pas. C’est la raison, je suis parti rapidement… mes coéquipiers m’ont demandé si j’avais reçus cinq cartons jaunes. »

Dans ton contrat, est-il prévu que te sois garanti d’être titulaire ?

« Ce n’est pas que je ne veuille pas aller sur le banc. Mais à l’heure actuelle, je ne veux pas rester en dehors parce que je veux retourner la situation. Si je décide de rester, j’irai sur le banc. Mais, maintenant, mon sentiment est de m’en aller. »

N’as-tu pas voulu sortir en seconde mi-temps contre la C.A.I. ?

« Non. Je n’ai pas eu de problèmes avec Gareca. Je ne sais pas d’où est venu tout cela. Le match contre le C.A.I. a été horrible pour tout le monde. »

Ne paies-tu pas la facture parce que tu étais un des leaders ?

« Gareca a changé plusieurs joueurs et je respecte sa décision, mais je ne la partage pas… je vais parler avec Granero. Deux mois sur le banc et ne pas jouer…je ne peux pas. »

¯

Jeudi 5 avril 2007

         Contrairement aux dernières semaines, l’entraîneur Ricardo Gareca a annoncé l’équipe pour rencontrer Rafaela deux jours avant la rencontre. Le onze de départ sera composé de Silvio Dulcich – Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Bruno Conti, Agustin Correa – Emanuel Giménez, Nicolas Medina – Victor Piriz Alves, Diego Garay, Matias Quiroga – Diego Ceballos. Les remplaçants seront : Diego Pozo, Juan Compagnucci, Julio Buffarini Federico Bongioanni et Oscar Villareal. Le technicien a donc choisi de changer une nouvelle fois le système de jeu en formant un 4-2-3-1. une formation qu’il veut résolument offensive. Et ce n’est pas la seule surprise de cette formation. Bruno Conti a été préféré à Juan Compagnucci, pourtant titulaire la veille. Le poste d’arrière latéral gauche, en l’absence de Baroni, suspendu, a été confié à Agustin Correa jugé plus sûr que le jeune Benegas. Enfin, Buffarini a dû céder sa place en raison de la réorganisation tactique de l’équipe.

˜

         Silvio Dulcich sera pour la première fois titutlaire cette saison. Une récompense pour son opiniatreté et sa patience. Numéro deux, voire numéro trois, du club depuis deux saisons, il a patienté pendant que Mario Cuenca, Marcos Argüello, Gustavo Eberto et Diego Pozo se mettaient en évidence sur le terrain. Titularisé lors de deux matches la saison dernière, en raison de blessures ou de suspension des titulaires du poste, il n’avait joué cette saison que 63 minutes en raison de la blessure de Pozo lors de la dernière journée du tournoi d’ouverture. Diego Pozo était lui à l’entraînement et surprenait tout le monde en affirmant qu’il n’avait jamais dit vouloir s’en aller. Les exemples de Diego Ceballos et de Diego Garay, qui ont aussi dû passer par le banc des remplaçants, semblent l’avoir convaincu de revenir à plus de mesure.

˜

         Antonio Fauro, directeur sportif du Talleres, est désormais agent de joueurs agréé FIFA.

˜

Un émissaire de Chelsea a observé l’ensemble des matches des jeunes à « La Boutique ». Il espère recruter pour le club anglais des jeunes de la « T ». Qui a prétendu du côté de Saint Etienne que les jeunes n’avaient pas le niveau ?

¯

Samedi 7 avril 2007

         Tournoi de Clôture - 11e journée : Talleres – Atletico Rafaela                   0 – 1

         Stade Monumental de Alta Cordoba – 15.000 spectateurs

         But : 74' Leandro Becerra.

Talleres : Silvio Dulcich – Lautaro Trullet, Javier Malagueño (Juan Compagnucci, 46e), Bruno Conti, Agustín Correa – Emanuel Giménez (Oscar Villareal, 79e), Nicolás Medina – Víctor Píriz Alvez, Diego Garay (Federico Bongioanni, 71e), Matías Quiroga – Diego Ceballos. DT: Ricardo Gareca.

Atletico Rafaela : D. M. Barovero – Walter Serrano, Ricardo Villalba, Lucas Aveldaño, Walter Gómez – Patricio Toranzo, Damián Toledo, Alejandro Faurlín (Matías Cuello, 71e), Ezequiel Lázaro – Leandro Becerra, Claudio Bieler. DT: Jorge Ghiso.

Avertissements : Lautaro Trullet (T), Bruno Conti (T), Nicolas Medina (T), Matias Quiroga (T). Damián Toledo (AR) y Lucas Aveldaño (AR).

Expulsion : Ezequiel Lázaro (AR).

Arbitre : Daniel Raffa.

         Le talleres a enregistré une défaite supplémentaire et son dix-septième match de suite sans victoire. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’en face s’était présenté une équipe et qui jouait comme tel. La « T » était bien loin de cela, les performances individuelles (Diego Garay a joué un bon match) n’ont pas effacé cette faillite collective. Au niveau offensif, la seule occasion de but intervint à l’entâme du match, où sur un débordement, Quiroga tire au but. Le gardien adverse arrêta alors en deux temps et avec un peu de chance. Ensuite, plus rien. Rafaela obtiendra son but à la suite d’un coup franc, sur lequel trois joueurs albiazules surveillant Bieler, laissèrent libre de tout marquage l’autre attaquant de Rafaela. Et, ce qui devait arriver, arriva. Les supporters sont sortis de leur gonds. Les insultes ont plu sur les joueurs, sur Carlos Granero et Ricardo Gareca qui fut traiter de « voleur ». Les insultes ont fait place à la violence. L’arbitre suspendait le match à la 44e ou 45e minute. Les violences et les destructions redoublaient. Le bilan de la journée faisait état de 51 arrestations et de deux blessés parmi les pompiers.

˜

         Gareca s’en est allé. Le technicien, à peine sorti du vestiaire déclarait : « J’aurais aimé m’en aller d’une autre manière, mais nous avons exploré toutes les voies et il est temps de débloquer la situation. J’ai beaucoup d’affection pour le Talleres et j’éprouve une très grande douleur parce que la campagne a été désastreuse. La décision est prise. » cette fois, il ne reviendra pas dessus. Les supporters eux-mêmes sont sortis de cet état hypnotique dans lequel les avaient plongé la venue de Gareca et de Garay. Ce soir, les idoles sont tombés de leurs piédestals.

˜

         Bilan des campagnes de Gareca à la tête du Talleres : Si l’on considère l’ensemble de ses quatre passages à la tête de l’équipe, le bilan reste positif, mais son apport ne fut réel que lors des deux premières. En 172 matches qu’il a dirigé, il a gagné 64 fois, obtenu le nul 49 fois et perdu 59 matches. Mais ses deux dernières campagnes furent désastreuses. En 2001, il fait match nul une seule fois et perd huit fois dans le championnat. En Coupe Mercosur, sur cinq parties, il en gagne une et partage les points quatre fois. Cette année, il enregistre 7 défaites et 4 nuls en onze matches.

˜

         Qui pour le remplacer ? le prochain match est très proche puisque dès jeudi le Talleres se déplacera à Huracán. Carlos Granero a affirmé qu’il se mettait en quête d’un remplaçant, mais que pour ce match un technicien du club assurerait un intérim. Deux possibilité s’offrent alors : Roberto Luis Oste qui accepterait un court intérim et Luis Gauto, le technicien de l’équipe disputant le championnat de la Ligue de Córdoba.

˜

         Carlos Granero, à propos de Gareca : « Il avait mon appui absolu. Je voulais qu’il continue jusqu’à la fin du tournoi. C’est pourquoi, je prends la nouvelle comme quelque chose d’innatendu. Il m’a dit que quand il a dirigé le premier entraînement de la semaine, un groupe de supporters l’a approché et exprimé leur soutien. Il avait alors affirmé que l’équipe avait plus besoin de leur soutien que lui. 

         « Avec Ricardo, je parlais tous les jours et vendredi, on évoquait le futur. Toutefois, contre Rafaela, ce fut la pire des scènes. Cela a entamé sa confiance et sa décision est maintenant irrévocable »

˜

         Le match n’a pas seulement mis au tapis un entraîneur : Javier Malagueño, Federico Bongioanni et Diego Garay sont tous restés avec des lésions plus ou moins graves et Matias Quiroga a reçu son cinquième carton jaune, synonyme de suspension au prochain match.

¯

Dimanche 8 avril 2007

         Roberto Luis Oste a remis cela. Il assurera son troisième intérim à la tête de l’équipe première. Mais, l’intérim ne devrait pas aller au-delà du prochain match, c'est-à-dire jeudi. Pour la suite, Carlos Granero devra multiplier les réunions afin de trouver l’entraîneur qui voudra bien accepter le poste. Les candidats ne sont pas nombreux et le premier objectif des dirigeants à pour nom Juan José López. Mais, il avait déjà refusé le poste en début d’année. Une autre piste mènerait à Héctor Arzubialde.

         La première surprise suite au départ de Gareca est venue avec la convocation à l’entraînement de lundi des « bannis ». Damián Felicia, Cristian Devalis, Juan Cruz Gill, Claudio « Yerbatero » González et le jeune Mauricio Mazzetti avaient tous été écartés par Gareca lors de sa prise de fonction en janvier. Bien que libres, ils n’avaient pas trouvé de club et opéraient avec l’équipe de LCF sous la direction de Luis Gauto.

˜

         C’est l’agression de l’arbitre assistant qui a entraîné la suspension du match de la veille à une ou trois minutes de la fin. Quelles seront les conséquences des incidents ? Des sanctions seront prises et celle-ci ne devraient pas arranger les affaires du Talleres.

˜

La recherche d’un nouvel entraîneur n’est pas le seul sujet de préoccupation de Granero. Il se murmure que depuis le renoncement de Saint Etienne, il serait également en quète d’un partenaire étranger afin de faire face aux déficits. Il devra également faire face aux instances diverses intentés par les opposants à sa gestion.

¯

Lundi 9 avril 2007

         Roberto Oste a déjà défini l’équipe qui participera au match contre Huracán. Diego Garay n’en sera pas. Blessé lors du match contre Rafaela, le technicien a préféré le préserver pour qu’il récupère le plus vite possible. Deux autres joueurs, Javier Malagueño et Lautaro Trullet, souffrent de diverses contusions et devraient faire l’objet d’une évaluation ultérieure. Lors de l’entraînement, il a aligné une équipe composée de Diego Pozo – Lautaro Trullet, Juan Compagnucci, Bruno Conti, Juan Cruz Gill – Julio Buffarini, Emanuel Giménez, Nicolas Medina, Agustin Correa – Victor Piriz Alves, Diego Ceballos. Oste a décidé de porter à 18, la liste des joueurs qui effectueront le déplacement et Silvio Dulcich, Javier malagueño, Ivan Dragojevich, Ramiro Pereyra, Damián Felicia, Gonzalo Gorosito et Oscar Villareal.

         D’autres joueurs écartés par Gareca, se forment de nouveau avec les pros. Il s’agit de Ramiro Pereyra et de Javier Pastore, renvoyés respectivement à la division locale et aux moins de 18 ans. Gonzalo Gorosito, un jeune en provenance de Boca Juniors, est également promu par Oste.

˜

         Carlos Granero espère pouvoir se réunir avec Juan José López dès demain. Il est la priorité de la direction. Mais la mauvaise campagne du Talleres pourrait le retenir. Concernant Héctor Arzubialde, il semble que la piste a été sondée, mais sa volonté d’aller au bout de son contrat avec Allumni de Villa Maria (Argentino A) sera respecté. Les autres noms qui circulent sont légion : Julio Toresani, Alberto Pascutti, Leopoldo Jacinto Luque, Salvador Capitano, Osvaldo «Chiche» Sosa et le duo Carlos Bustos-Gustavo «Sapito» Coleoni.

¯

Mardi 10 avril 2007

         Juan José Lopez a dit non. Le technicien qui a remercié Granero de l’intérêt qui lui portait, a repoussé son offre au prétexte que « ce n’est pas le moment idéal pour diriger le Talleres ». Le contexte d’incertitudes qui règne quant à la direcction, les incessantes querelles et la situation sportive compliquée sont autant de sujets qui ont peser défavorablement dans la balance. Un autre candidat potentiel est sorti de la course : Julio Toresani est en contacts avancés avec Aldosivi (Mar del Plata) et ne compte pas courir deux lièvres à la fois.

˜

         Javier Malagueño est forfait pour le match contre Huracán. Il souffre d’une déchirure musuclaire ventral et devrait être absent pendant trois semaines. Agustin Diaz le remplacera dans la délégation se rendant à Buenos Aires.

¯

Mercredi 11 avril 2007

         L’union de l’opposition semble avoir volé en éclat. Les groupes « La causa » et « Fundacion Albiazul » se sont réunis avec le président de l’Agence de Cordoba, Hector Manzur. L’absence du groupe des « Notables » a été remarqué. La « Fundacion Albiazul » a jugé la réunion « très constructive », tandis que « La Causa » jugeait  que Manzur « agissait plus comme un représentant des intérêts de Granero que comme un représentant gouvernemental.

¯

Jeudi 12 avril 2007

         Tournoi de Clôture - 12e journée : Huracán – Talleres           2 – 1

         Stade Tomás Ducó – 6.000 spectateurs

         Buts : 50´ Nicolás Medina (T), 52´ Claudio Guerra (H),80´ Yucuse Kato (H).

Huracán : Leo Díaz - Hugo Barrientos, Claudio Úbeda, Cristian Díaz, Gerardo Solana - Cristian Sánchez Prette, Juan Manuel Sosa (Rodolfo Quinteros, 58e), Federico Poggi, Walter Coyette (Yucuse Kato, 77e) - Claudio Guerra (Raúl Gordillo, 75e), Joaquín Larrivey. DT: Antonio Mohamed.

Talleres : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Iván Dragojevich, Juan Cruz Gill, Agustín Correa – Julio Buffarini, Emanuel Giménez, Nicolás Medina (Oscar Villarreal, 83e) – Ramiro Pereyra – Diego Ceballos, Víctor Piriz Alves. DT: Roberto Oste.

Avertissements : Huracán : 25´ Hugo Barrientos, 49´ Cristian Díaz, 73´ Sánchez Prette, 86´ Yucuse Kato. Talleres : 53´ Julio Buffarini, 54´ Diego Pozo, 81´ Iván Dragojevich.

Expulsion : 73´ Sánchez Prette (H).

Arbitre : Javier Ruiz.

         Roberto Oste n’aura pas à répondre des résultats de son équipe puisque son successeur a été nommé (voir plus loin). En quatre jours à la direction de l’équipe première lors de ce tournoi, il aura pourtant innové. En rappelant des joueurs laissés pour compte par Gareca. Juan Cruz Gill était titulaire lors de ce match, alors qui ne s’était plus entraîné avec le groupe professionnel depuis décembre. De même, Ramiro Pereyra avait été renvoyé dans la division locale au bout de quelques matches. Et, pourtant, si le talleres a montré les mêmes hésitations lorsqu’il s’agissait de défendre, il a fait plutot bonne figure. Le match n’a pas révélé le même écart entre les deux équipes que celui qui existe au classement. Au contraire, les albiazules furent certainement la meilleure équipe sur le terrain, développant plus d’attaques qu’à son habitude. Mais, la réalité a été cruelle et Huracán a gagné un match que le Talleres ne devait pas perdre. Ils avaient pourtant fait le plus dur en ouvrant le score à la 50e minute. Mais la joie fut de courte durée et 120 secondes plus tard, Claudio Guerra obtenait le but de l’égalisation sur une passe de Larrivey, qui bénéficiait d’une position de hors-jeu non signalée. Qu’importe, à la 73e minute, Huracán se retrouvait à dix. Le Talleres ne profita pas de cet avantage et ce fut même Huracán qui prit les devants par l’intermédiaire de son attaquant japonais. Les meilleurs au Talleres furent Buffarini, travailleur infatigable, ainsi que Giménez et Pereyra.

˜

         Le Talleres connaît le nom de son prochain entraîneur. Il s’agit de Salvador Capitano. Dès dimanche, il prendra en charge son premier entraînement. Il aura pour adjoints Juan Rossi et … Roberto Luis Oste, qu’il connaît depuis qu’il l’a dirigé comme joueur en Equateur. Sa fiche :

Nom: Salvador Capitano.

Né le 1er janvier 1955 à Rosario.

Joueur à : Newell’s Old Boys (1962 - 1975), Central Córdoba de Rosario (1976), Palermo (Italie) (1977), Renato Cesarini (1978-83).

Entraîneur à : Renato Cesarini (1980-83), Adjoint de Jorge Solari à Newell’s Old Boys (1984-87), Réserve de Independiente (1988-90), Tenerife (Espagne) (1991); Emelec (Equateur) (1992-94), adjoint de Jorge Solari auprés de la sélection d’Arabie Saoudite pour le mondial des Etats Unis en 1994, América  (Mexique) (1997-98), Aldosivi (1998), Unión (1999), Juniors de Barranquilla (Colombie)(2001), Jaguares de Chiapas (Mexique) (2002), Emelec (Equateur) (2003), Barcelona (Equateur) (2005), Universidad de Chile (2006-07).

¯

Vendredi 13 avril 2007

         Carlos Granero se défend des critiques constantes qui enveniment l’atmosphère autour du Talleres. “La seule façon de modifier le climat qui règne est d’obtenir des résultats, mais ce qui s’est passé samedi est déterminant. J’accepte que l’on me critique, mais la limite est atteinte quand on porte préjudice au club. Il me parait démesuré, injustifié et hors de propos ce qu’a fait le groupe “La Causa” ce jour-là. Qu’un groupe minuscule ait distribué des tracts avant et pendant le match incitant à la violence est inadmissible. Je l’ai dit mille fois, je suis disposé à démissionner devant un projet supérieur au notre, mais je ne vais pas abandonner le bateau ainsi.”

         “le véritable supporter du talleres doit soutenir le club et si, ensuite, ils veulent que Granero s’en aille, c’est une autre chose. Si je dois m’en aller, il faut bien analyser, parce que les gens qui dirige cette agitation ne sont pas sérieux. Jorge Chudnobsky (de la “Fundacion Albiazul”) a eu les inférieurs (les jeunes) à sa charge, a payé pendant un mois et s’en est allé. Il y a des gens qui ont un double discours. Quand j’ai parlé avec le garçon aux trois noms de famille (en allusion avec Nicolas Martinez Dalke du groupe “La Causa”), celui-ci avait un tout autre discours.”

˜

Les autorités de la police locale ont adressé une lettre à l’AFA et au club, demandant que le Talleres n’utilise plus le terrain d’Instituto pour ces matches à domicile suite à de nombreuses plaintes. Ils ont également suggéré que le Talleres joue à huis clos tant que le stade de Cordoba ne sera pas disponible.

˜

Javier Pastore va-t-il rejoindre le Portugal? Il semblerait que les portes se soient ouvertes pour le jeune joueur des 18 ans depuis que Saint Etienne ait renoncé à son projet. Il devrait faire une série d’essai dans les prochains jours dans divers clubs du Portugal.

¯

Samedi 14 avril 2007

         Quelle équipe constituera Salvador Capitano ? Avec les gestions successives de Roberto Saporiti, du duo Roberto Oste – Fabián Carrizo et de Ricardo Gareca, ce sont pas moins de 41 joueurs qui ont été aligné en équipe première depuis le début de la saison. Certains joueurs comme Rivadero, Barbosa, Mustafá, Rios, Klein, Bustamante, Valenti et Pasquinelli sont partis au milieu de saison. Pour le prochain match contre Almagro, Capitano ne pourra disposer non plus de Malagueño (déchirure), Espinola (fissure dans un doigt de la main droite), Algecira (opéré la veille des ligaments croisés du genou droit), Bongioanni (lésion musculaire), Gallaraga (fracture du métatarse droit) et de Godoy (suspendu). Il lui restera à disposition un effectif fourni:

Gardiens: Diego Pozo, Silvio Dulcich

Défenseurs: Lautaro Trullet, Juan Compagnucci, Bruno Conti, Leonardo Baroni, Juan Cruz Gill, Mauricio Mazzetti

Milieux: Ivan Dragojevich, Agustin Correa, Julio Buffarini, Emanuel Giménez, Nicolas Medina, Matias Quiroga, Ramiro Pereyra, Agustin Diaz, Pablo Mannara, Diego Garay, Damian Felicia, Cristian Devallis.

Attaquants: Diego Ceballos, Victor Piriz Alves, Oscar Villareal, Roberto Moreyra Aldana, Claudio Gonzalez.

         Le nouvel entraîneur qui s’est fixé comme priorité de maintenir le club en seconde division sera-t-il le “sauveur” du Talleres.

¯

Dimanche 15 avril 2007

         Premier entraînement sous la direction de Salvador Capitano. Le premier problème qui se pose est l’état de forme de Diego Garay. A-t-il récupéré des problèmes physiques qui l’ont empéché de jouer contre Huracán ? Cette question conditionnera certainement le système de jeu qui sera mis en place.

         ˜

Question de terrains. Le Talleres n’accepte pas la proposition de la police de jouer ses matches sur le terrain du Racing et à huis clos. Il l’a fait savoir à l’AFA et propose comme alternative le report de ses matches à domicile jusqu’à ce que le stade de Cordoba soit à nouveau disponible, c’est à dire vers le 10 mai.

¯

Lundi 16 avril 2007

         Ivan Dragojevich qui a été utilisé comme défenseur central ne pourra pas prendre au match contre Almagro car il a atteint la barre des cinq cartons jaune et sera automatiquement suspendu. Un suspension qui tombe mal vu la pénurie actuelle de défenseurs. Par contre, Diego Garay s’est entraîné normalement et pourra réintégrer l’équipe.

         ˜

         Où jouera t’on. Le responsable de l’agence sportive de Cordoba a proposé que le match se joue tout de même au stade municipal, lundi prochain. Le terrain ne devrait pas être d’une grande qualité, mais il serait pratiquable. La police semble ne pas faire dans ce cas d’objections à ce que le public soit accepté.

         ˜

         Carlos Granero cherche un remplaçant à Roberto Oste, promu entraîneur adjoint, pour diriger les divisions inférieurs. Il l’a peut-être trouvé en la personne de Jorge Gáspari, ancien joueur de Quilmes et du Belgrano.

¯

Mardi 17 avril 2007

         Almagro a refusé de jouer lundi prochain pour des questions de préparation du match suivant. "Quelque soit le point de vue, nous n’allons pas accepter de jouer lundi. Le jour fixé pour le National B est le samedi. Comme nous ne nous sommes pas mis d'accord, nous le définirons demain en AFA ". Le match avait été précédemment fixé au samedi 21 sur le terrain du Racing et à huis clos.

         ˜

         Salvador Capitano a organisé son premier match d’entraînement. Dans l’équipe des titulaires, manquaient à l’appel, Diego Pozo (qui s’est entraîné séparément avec Silvio Dulcich) et Nicolas Medina, victime d’un malaise hépatique. De plus, Victor Piriz Alves, Julio Buffarini et Ivan Dragojevich en avaient été écartés. L’équipe des “titulaires” avait donc la composition suivante: Leandro Requena – Lautaro Trullet, Juan Cruz Gill, Juan Compagnucci, Agustin Correa – Ramiro Pereyra, Damián Felicia, Emanuel Giménez, Matias Quiroga – Diego Garay – Diego Ceballos.

         ˜

         Le jeune Javier Pastore devrait accomplir un nouveau stage en Europe après ceux de Saint Etienne et de Villareal. Le premier club par lequel il passerait serait le FC Porto.

¯

Mercredi 18 avril 2007

         Le match contre Almagro se jouera lundi et avec du public. L’AFA a pris cette décision qui n’a pas manqué d’entraîner les protestations d’Almagro. La décision a satisfait l’entraîneur Capitano qui pourra ainsi compter sur deux jours supplémentaires. En attendant, il continue ses essais. A l’entraînement, il a d’abord aligné dans l’équipe “titulaire”: Martin Silva (Diego Pozo jouait avec les suppléants) – Lautaro Trullet, Juan Cruz Gill, Juan Compagnucci, Agustin Correa – Ramiro Pereyra, Emanuel Giménez, Damián Felicia, Matias Quiroga – Diego Garay – Diego Ceballos. Au fil des minutes, il a fait trois changements: Pablo Mannara, Oscar Villareal et Victor Piriz Alves ont remplacé Pereyra, Garay et Ceballos respectivement.

¯

Jeudi 19 avril 2007

         Capitano n’aurait plus qu’un seul doute concernant la formation qu’il alignerait contre Almagro. Elle concerne la possibilité de positionner Leonardo Baroni dans la défense centrale. Ce changement se ferait au détriment de Juan Compagnucci. Nicolas Medina serait également préféré à Felicia.

¯

Vendredi 20 avril 2007

         Juan Cruz Gill est l’un des plus ancien joueur du club. Il a débuté le 20 juin 2004 par une victoire contre River Plate et n’a jamais abandonné un club pourtant soumis aux vicissitudes de la faillite et aux fréquents changements d’entraîneur. Même en janvier dernier, lorsque Gareca le laisse pour compte avec d’autres joueurs, il ne s’en va pas. D’ailleurs, il dit ne pas avoir eu de proposition à la hauteur de ce qu’il avait au Talleres. Il patientera plusieurs mois, s’entraînant avec la division disputant le championnat de la Ligue de Córdoba. Puis Gareca s’en est allé et Roberto Oste, sans attendre qu’un nouvel entraîneur soit nommé, ouvre la porte aux “bannis”. Capitano n’attendra pas longtemps lui non plus et dès le premier entraînement, il fait partie du onze des “titulaires”: “Il est très travailleur, il met l’accent tactique dans l’organisation vers laquelle nous devons nous soumettre et qui est la base de la confiance”, a affirmé son entraîneur.

¯

Samedi 21 avril 2007

         Humberto Grondona revient au club. En 1993, le fils du président de l’AFA, Julio Grondona, arrivait pour diriger le club comme entraîneur. L’histoire tourna court. Sept matches catastrophiques où il ne put gagner (4 nuls et 3 défaites). Et, à la fin de la saison, une descente en seconde division, suivi d’un scandale judiciaire qui opposa le club à l’AFA. Il revient aujourd’hui, non pas comme le prochain entraîneur du club, mais dans un rôle de manager général avec vraisemblablement les pleins pouvoirs qui ont été refusé en leur temps à Ricardo Julio Villa, Alfredo Altieri ou Osvaldo Piazza. Il devrait prendre ses fonctions dès le moi de mai.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre le Talleres en ce moment ?

“Ce club seduit n’importe qui. Je crois que nous allons retourner la situation. Ensuite, nous essayerons de former une équipe pour sortir champions. Au moins, est-ce mon idée. Il faut beaucoup travailler. Je vais parler avec Capitano. Après dix jours à la tête de l’équipe, il va pouvoir me faire une synthèse... L’équipe joue très mal, mais je pense que l’on va pouvoir retourner la situation.”

         ˜

Le jeune Javier Pastore n’a pas que le FC Porto comme objectif. En dehors du stage qu’il doit effectuer dans ce club, deux autres équipes européenes le réclament pour des essais: Watford en Angeterre et Villareal, où il a déjà effectuer un premier stage.

         Pour son premier match à la tête de l’équipe albiazul, Salvador Capitano a constitué un groupe avec finalement peu de changements. Ivan Dragojevich, suspendu, cèdera sa place à Juan Pablo Compagnucci. Au milieu, Matias Quiroga remplacera en nombre Julio Buffarini et en attaque, Diego Garay qui a récupéré d’une contracture, renverra Victor Piriz Alvès sur le banc. L’équipe sera donc composée de : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Juan Cruz Gill, Juan Compagnucci, Agustin Correa – Ramiro Pereyra, Emanuel Gimenez, Nicolas Medina, Matias Quiroga – Diego Garay – Diego Ceballos. Remplaçants: Silvio Dulcich, Bruno Conti, Julio Buffarini, Damian Felicia, Victor Piriz Alves, Oscar Villareal.

¯

Lundi 23 avril 2007

         Tournoi de Clôture - 13e journée : Talleres – Almagro            1 – 2

         Stade de Cordoba – 6.000 spectateurs.

         Buteurs : 31’ Matías Quiroga (T), 42’ Cristian Milla (A), 73’ Lucas Sparapani (A).

Talleres : Diego Pozo (Silvio Dulcich, 61e) – Lautaro Trullet (Julio Buffarini, 75e), Juan Cruz Gill, Juan Compagnucci, Agustín Correa – Ramiro Pereyra, Emmanuel Giménez, Nicolás Medina, Matías Quiroga (Victor Piriz Alves, 75e) – Diego Garay, Diego Ceballos. DT : Salvador Capitano.

Almagro : Nicolás Tauber – Gabriel Lobos, Juan Brown, Aldo Paredes, Daniel Chaves – Lionel Natalicchio, Nelson Agotegaray (Juan Cruz Calabrese, 61e), Elvio Fredrich, Lucas Sparapani (Sebastián Setti, 86e) – Mariano Martinez, Cristian Milla (Jorge Torres, 68e).

Avertissements : Emmanuel Giménez (T), Nicolas Tauber (A), Daniel Chaves (A), Nelson Agotegaray (A), Juan Cruz Calabrese (A).

Expulsion : 70’ Mariano Martínez (Almagro)

Arbitre : Jorge Baliño.

         Encore un match que le Talleres ne méritait pas de perdre, mais les erreurs de la défense par son manque d’homogénéité ont été cruciales une fois de plus et les albiazules n’ont pas su tenir un résultat. Le grand mérite d’almagro a été de savoir profiter des espaces laissés libres. Pourtant, les satisfactions ne manquaient pas pour réchauffer un public transi par un temps pluvieux. Ceballos ne se retrouvait pas seul à l’offensif. On voyait un Garay, très présent et organisateur, tandis que les jeunes Pereyra et Quiroga assumait sans faillir la tâche confiée par Capitano. C’est d’ailleurs ce duo que l’on retrouvera sur le premier but : le premier récupérant la balle sur le côté droit, temporisant intelligement puis adresant un centre parfait au second qui de la tête donnait un avantage mérité au Talleres. Mais le rêve ne dura que dix minutes, le temps pour les défenseurs d’oublier Milla, seul dans la surface, qui n’eut aucune peine à égaliser. En seconde mi-temps, le Talleres a eu des occasions de marquer. Quiroga et Ceballos seront passer très près et quand l’horizon semblait définitivement s’éclaircir après l’expulsion de Martinez, Almagro bénéficiait à nouveau des insuffisances de la défense. Sparapani héritait d’un ballon au milieu du terrain et au terme d’un long raid trompait Dulcich qui avait remplacé Pozo, blessé, d’une balle rasante.

         Capitano : « Je crois que nous avons fait une bonne première mi-temps et que nous avons eu des situations de but en seconde. Ils (Almagro) sont très peu venus au but et ils ont marqué. Nous ne l’avons pas fait. On perd ainsi les matches. Je suis en colère et préoccupé. Il faut jouer avec l’expérience. Les joueurs d’expérience devront se montrer. »

         ˜

         Emanuel Giménez ne pourra pas disputer le prochain match, ayant reçu son cinquième carton jaune.

         ˜

         Matias Quiroga a été remplacé en raison d’ennuis physiques. Les supporters qui n’avaient pas compris le changement, semblaient ignorer qu’il était blessé. Autre joueur sorti sur « blessure » : Diego Pozo qui a reçu un fort coup dans le tibia, mais qui serait semble-t-il sans gravité.

         ˜

La moyenne préoccupe de plus en plus le club. Si la descente directe ne semble pas être d’actualité, il faudrait a tout prix éviter de devoir disputer les matches de repéchage. Avec 1,186 pts par match, le Talleres précède de peu Instituto et San Martin (tous deux avec 1,156) et Ben Hur (1.142). Pour éviter toute déconvenue, il faudra accumuler dans les six matches à venir autant de points que ces adversaires. Une tâche qui ne semble pas impossible puisqu’il reste à rencontrer les deux clubs concernés par la descente directe : Huracán (Tres Arroyos) et Villa Mitre, puis Unión, San Martin (San Juan), San Martin (Tucuman) et Platense.

         ˜

Le juge Carlos Tale a décidé de se séparer de deux membres de l’organisme fiduciaire qui gère la faillite du Talleres pour « négligences, innacomplissemnt des tâches et manques graves ». Il s’agit de l’avocat Jorge Nasser et comptable José Preve qui seront remplacés dans les prochains jours.

¯

Mardi 24 avril 2007

         Où se jouera le match contre Villa Mitre. Avec le stade de Cordoba pris par le rallye automobile d’Argentine, le Talleres devra se chercher un nouveau terrain d’accueil pour rencontrer Villa Mitre lors de la 15e journée. Il ne lui sera pas permis de jouer sur les terrains d’Instituto ou du Racing en raison des incidents des dernières journées. L’espoir d’un report du match a également fait long feu devant le refus de l’AFA. Il faudra donc voir en dehors de Cordoba. La première tentative s’est révélé infructueuse car Atletico Rafaela lui a refusé son stade. La solution pourrait se situer à 400 kilomètres de Cordoba, sur le stade de La Punta (province de San Luis). La punta est une localité, récemment créé en 2003, à 25 kilomètres de la capitale de la province, San Luis, mais possédant une université, un centre technologique et déjà 25.000 habitants. Le stade « Juan Gilberto Funes » est capable d’accueillir 15.000 spectateurs

         ˜

La crise de l’organisme fiduciaire a relancé les tensions entre les différentes parties opposés à la direction actuelle. Pour l’heure, le juge Carlos Tale à nommé l’avocat Walter Ruffener et le comptable Norberto Urbani aux côtés de Mario Sarrá, seul rescapé de l’ancien organisme. L’organisme n’a plus depuis la nomination d’Ateliers SA comme gérant du club jusqu’en 2014 qu’une mission de contrôle, ainsi que la répartition des sommes alloués au remboursement de la faillite. Aucune répartition n’ayant encore été faite, il semble bien que cet élément fut décisif dans la décision du juge Carlos Tale.

         Intérrogé sur les solutions à apporter à la crise du Talleres, les leaders de l’opposition ont répondu diversement démontrant une nouvelle fois que leur entente n’était que de facade. Pour Jorge Chudnobsky de la « Fundacion Albiazul » : « La solution a plusieurs faces. La première est le renvoi d’Ateliers. Il ne peut y avoir de dialogues avec Ateliers. La seconde est la restitution du club aux socios… Comment payer la dette ? Nous lèverons la faillite par deux voies, négocier avec les créanciers et faire payer les responsables de la faillite sur leurs patrimoines. ». Pour Egidio Heyd, du groupe des « Notables » ancien président : « Granero doit s’en aller et le juge Carlos Tale doit être écarté. Le projet ? proposition d’une association civile pour gérer le club et vente de la propriété pour remettre le club à zéro (dettes). Mais, les propositions peuvent être revues. ». Pour Rodolfo Roggio du groupe « Roggio » : « il faut que l’organisme fiduciaire se charge de régler la faillite avec les propriétés du club, le terrain, le siège et la propriété de 24 hectares, plus un apport en capital. De cette manière, nous n’aurions plus qu’à nous charger, avec les gens qui m’accompagneraient, que du côté sportif. Pour Nicolas Martinez Dalke du groupe « La causa » : « La solution réside dans le retour le plus rapide à la justice ; Granero, le juge Carlos Tale et l’organisme fiduciaire doivent être destitués. On doit nommer un nouveau juge, un nouvel organisme fiduciaire et une nouvelle commission de socios à qui serait attribué le club pour trois ans. Nous nous chargerons du règlement de la faillite pourvu qu’on en connaisse le montant. La proposition est de vendre la propriété qui rapporterait quelques 15 millions de pesos. ». Carlos Granero a de son côté été moins affirmatif que ses adversaires : « J’écoute tout le monde. Jesais que l’on voit tout en négatif. Mais il peut y avoir des supporters et ds chefs d’entreprises avec de bonnes intentions qui ont des solutions. Mais tant que tout ne sera pas en place, je dois continuer. Je me suis chargé du club à un moment difficile et je continuerais à remplir mes obligations. »

¯

Mercredi 25 avril 2007

         Matches d’entraînements. Capitano a organisé deux mini matches pour essayer quelques variantes. Dans la première, il a opéré dans un classique 4-3-1-2 avec Requena – Trullet, Gill, Malagueño, Conti – Buffarini, Giménez, Correa – Garay – Píriz Alves,Villareal. Dans le second, il a fait rentrer Medina pour Garay et procédé à d’autres changements en passant en 4-4-2 avec Requena - Trullet, Gill, Malagueño, Correa - Mannara, Dragojevich, Medina, Quiroga – Ceballos, Piriz Alves. Contre Huracán, il ne pourra pas utiliser Giménez, suspendu, et Dragojevich obtiendrait ainsi une nouvelle chance. Diego Pozo a eu droit à une séance aménagée, après sa légére blessure contre Almagro. La bonne nouvelle est venue du rétablissement de Javier Malagueño.

         ˜

         Dario Rivadero est revenu au Talleres. Transféré au Guarani (Paraguay), des problémes administratifs ont retardé sa qualification et il n’a pas pu jouer. Il ne pourra pas le faire non plus à Córdoba car il est toujours sous contrat au Paraguay.

¯

Jeudi 26 avril 2007

         Salvador Capitano n’a pas confirmé l’équipe qu’il alignera face à Huracán. Les joueurs qu’il a emmené à Tres Arroyos sont les gardiens Diego Pozo et Silvio Dulcich, les défenseurs Lautaro Trullet, Juan Cruz Gill, Javier Malagueño, Agustin Correa et Leonardo Baroni, les milieux de terrain Julio Buffarini, Ivan Dragojevich, Matias Quiroga, Diego Garay, Nicolas Medina, Ramiro Pereyra et Pablo Mannara, les attaquants Diego Ceballos, Victor Piriz Alves et Oscar Villareal. Le technicien hésite entre aligner une formation en 4-3-1-2 (avec Diego Garay comme meneur de jeu) et un 4-4-2 (où le poste de milieu défensif serait doublé avec la rentrée de Nicolas Medina).

¯

Vendredi 27 avril 2007

         Les mauvais résultats ne suffisaient pas. Les incidents provoqués par une minorité de supporters lors du match contre Atletico Rafaela joué sur le terrain d’Instituto leur coûte trois points qui seront retirés sur le classement général de la saison. La commission de discipline de l’AFA a en outre décidé de punir le club d’une amende équivalente à 500 places lors des 7 prochains matches que le Talleres disputera à domicile. Ce retrait de points a aussi son incidence sur la moyenne. Le Talleres pointe désormais à la 17e place et n’est plus qu’à 6 centième de points de la possible relégation.

         ˜

Le juge Carlos Tale est revenu au cours d’une longue interview sur le processus de faillite et la situation actuelle au Talleres. Extraits:

“Lorsque j’ai été nommé en 1994, il existait déjà des dettes depuis 1992. le club était alors sous contrôle  les rapports ne sont pas parvenu en temps en heure, mais le paiement des dettes était alors effectué... en 2004, la faillite a été prononcée au vu de nouvelles dettes...”

Qui a la responsabilité de la dette supplémentaire de la faillite qui était de près de 50 millions de pesos ?

“Personne n’a convaicu le tribunal de cette dette. Il n’y a pas eu de nouveaux créanciers qui ont réclamé. (note: le tribunal a accéder aux demandes des créanciers pour un montant total d’un peu plus de 14 millions de pesos.)...”

Pourquoi avoir appliquer cette loi (note: un équivalent des redressements judiciaires existant en France) si le club était non viable ?

“Elle est obligatoire. Si on ne trouve aucune issue pour s’en sortir, on prononce la liquidation. L’organisme fiduciaire m’a indiqué qu’il pouvait y avoir une issue tout en payant le club... Du moment que ne disparaissait pas les actifs, cela méritait d’être essayé. Les “Notables” à la tête du club disaient qu’ils allaient faire les apports nécessaires. Mais, ils ont menti. A ce moment-là, sont venus Egea, Heyd, De Biasi, Salum, Escribano et son fils, représentant la firme Roggio. Ils m’ont demandé de leur livrer le club, mais de laisser le réglement de la dette à l’organisme fiduciaire. Ce n’était pas possible légalement. Quand Roggio a abandonné, les autres se sont rendus compte qu’ils n’allaient pas pouvoir affronter cette situation. A l’époque, ils ont suggéré de liquider le club et de fonder une association civile avec les symboles du vieux club. Dans d’autres domaines, on appelle celà du détournement. Nous avons alors pensé à l’appel d’offres. A ce moment, l’angoisse a commencé. Les dénociations se succédaient avec l’appui du journaliste mercenaire. Est également apparu le groupuscule “La Causa”. Mais personne n’est venu avec une proposition d’investissement. On a ouvert l’appel d’offres. Il n’y a eu qu’un soumissionnaire: Ateliers SA”.

Il y avait un co-gouvernement des “Notables” avec l’organisme fiduciaire pendant des mois ?

“Cela a été une collaboration.”

Dans l’appel d’offre, il manquait des données et d’autres y était omises ?

“Les Notables” l’ont défendu par la suite devant la justice civile et y ont finalement renoncé. Quand on est sûr d’un droit, on le défend jusqu’au bout. Il est facile de voir qu’ils n’avaient pas trop de certitudes.”

L’appel d’offre a été fait à la mesure de Carlos Granero?

“C’est une absurdité. Il a été publié officiellement et publiquement...”

Granero a insinué qu’il pouvait s’en aller. Comment jugez-vous la gestion d’Ateliers ?

“Il assume au delà du côté sportif... Il a engagé Gareca et Garay, pensant d’abord au Talleres. On dit qu’il n’a pas formé une bonne équipe, que le club survit avec la cession de joueurs. Mais pensez-vous qu’en étant en seconde division, il gagne plus d’argent qu’il n’en dépense.”

...

Y a-t’il une possibilité que le club soit liquidé ?

“Evidemment. Nous nous battons contre. L’idéal serait que les gens qui n’arrête pas de pleurer sur leur Talleres fassent des apports au lieu de l’endommager.”

Avec toutes ces dénonciations, manifestations jusque devant votre maison, menaces contre votre famille... Pourquoi n’avez-vous pas démissionné de votre charge ?

“La loi ne m’en donne pas la possibilité. Les dénonciations devraient avoir été faîtes avant le début du processus. Sinon, ce serait trop facile: “Je n’aime pas le juge, je le dénonce”. Je dois continuer...”

¯

Samedi 28 avril 2007

         Les déclarations de Carlos Tale à la presse ont provoqué la réaction du président de la LCF (Ligue de Cordoba), Emeterio Farias. Inquiet qu’un “monument” du football comme le Talleres puisse être liquidé, il va demander de l’aide au gouvernement de la province. Au journaliste qui lui demandait si sa réaction n’était pas tardive, il finit par répondre que : “En 1979, quand est apparue la circulaire 1.309 (qui a permis l’insertion définitive du football de l’Intérieur), nous signalions que nos clubs courraient un risque sérieux de disparaître. On a créé un système pervers, servile et on en voit les résultats”. Rappelons que Farias et la LCF s’était opposé à Amadeo Nuccetelli sur cette question. Il est vrai que cette loi avait surtout privé ses championnats des principaux clubs de la province (Talleres, Belgrano, Instituto voire Racing) et que 28 ans plus tard, il défent toujours le même football replié sur lui-même. Il s’est également déclaré opposé à la gestion d’Ateliers SA et a demandé que le club retourne aux “socios”.

         Tournoi de Clôture - 14e journée : Huracán (Tres Arroyos) – Talleres     1 – 0

         Stade Roberto Lenzo Bottino

But : 32' Gabriel González (HTA).

Huracán : Luciano Pocrnjic – Damián Fernández, Manuel Zanel, Maximiliano Natalicchio, Mario Ruiz Díaz – Carlos Herrera (Javier Espindola, 59e), Mauricio Levato, Cristian Caló (Pablo Ayala, 77e), Cristian Galván – Gabriel González, Emanuel Reinoso (Claudio García, 70e). DT: Rubén Agüero.

Talleres : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Juan Cruz Gill, Javier Malagueño, Agustín Correa – Julio Buffarini, Ivan Dragojevic, Matías Quiroga (Ramiro Pereyra, 64e) – Diego Garay – Víctor Piriz Alves (Oscar Villareal, 61e), Diego Ceballos. DT: Salvador Capitano.

Avertissements : 12’ Maximiliano Natalicchio (HTA), 28’ Agustín Correa (T), 52’ Cristian Galván (HTA) y 83’ Ramiro Pereyra (T).

Arbitre : Ariel González.

         Les matches se suivent et se ressemble. Le Talleres a fait un mauvais match, mais Huracán n’a pas été meilleur. L’adversaire a marqué un but puis s’est recroquevillé sur le sien et a défendu pendant toute la partie son maigre avantage. Avec succès. Au cours de la première période, la plus mauvaise pour le Talleres, on a peu vu les avants albiazul. Diego Garay a peu touché le ballon et quand il l’a eu, il l’a perdu. Victor Piriz Alveset Diego Ceballos étaient aux avant-postes, mais complètement isolés et sans ballons. Seul Ivan Dragojevich montrait un jeu inspiré. A la 24e minute, toutefois, Matias Quiroga se faisait fauché à l’intérieur de la surface. Penalty. Non, l’arbitre ne l’entendait pas de la même manière et siffla seulement un coup-franc. En seconde mi-temps, le Talleres revint sur le terrain avec plus d’ambition. Tour à tour, Ceballos, Villareal, Garay (par deux fois et Buffarini mirent sérieusement en danger le gardien adverse qui, à chaque fois, s’en sortit. Le Talleres avec les deux jeunes Buffarini et Pereyra comme principaux animateurs auraient au vu de cette période mérité de revenir avec un autre résultat que cette défaite. Avec ce match, le Talleres enregistre la prire période de son histoire, et cela depuis 1913 ! On avait dèja eu une période de 19 matches sans victoires en 1987, mais le bilan comptable de l’époque était de 11 nuls et 8 défaites, tandis que lors de la série actuelle, on a enregistré que 4 partages des points.

¯

Lundi 30 avril 2007

         Où se jouera le match contre Villa Mitre ? Le Talleres n’en sait encore rien. Le stade de Córdoba étant retenu pour l’organisation du rallye d’Argentine, le club devait se chercher un terrain d’accueil. Le Talleres a proposé de jouer à Rafaela, mais le stade ne serait libre que le lundi. Le dimanche une rencontre du tournoi Argentino A y étant organisé. Mais Villa Mitre ne l’entend pas ainsi. Un alternative serait de jouer sur le stade d’Unión de Santa Fe. Ce sera finalement à l’AFA de décider où et quand se jouera la rencontre.

         ˜

         La moyenne continue de préoccuper. Mais avec la défaite de San Martin de Tucuman face à Almagro, le Talleres a désormais 16 centièmes de points d’avance sur San Martin (Tucuman) et onze centièmes sur Ben Hur. Le Talleres serait sauvé si il obtenait 5 points (1 victoire et 2 nuls) et que ses adversaires n’en obtiennent pas plus. Avec 4 points, il faudrait que Ben Hur et Tucuman n’en obtiennent pas plus de 5. Mais quelques résultats pourraient nous amener à des situations bizarres. Si le Talleres ne prenait que 2 points, le Ben Hur 7 et San Martin 5, les trois clubs termineraient avec la même moyenne et devrait disputer un mini-tournoi afin de déterminer celui qui sera sauvé. La descente directe en tournoi Argentino A est elle très peu probable. Il faudrait pour cela que Huracán (Tres Arroyos) et Villa Mitre obtiennent respectivement 11 et 12 points lors des cinq dernières rencontres à disputer.

¯

Mardi 1er mai 2007

         L’AFA a tranché. Le Talleres et Villa Mitre devront se rencontrer le lundi 7 à 15h30 sur le stade de l’Atletico Rafaela. Mais la police de Santa Fe a émis des doutes sur la possibilité de la tenue du match. La présence d’une école primaire à proximité du stade en est la cause. Elle compte demander que le match soit reporté sur le terrain de Ben Hur. Ce serait la première fois que le Talleres jouerait un match à domicile en dehors de la province. Depuis 1969 et ses débuts dans les tournois nationaux, le Talleres a joué 642 matches officiels (à domicile) dans les tournois de l’AFA. Les rencontres ont eu lieu dans cinq stades différents : le stade de Córdoba (olimpico) (500 matches), la Boutique (113 matches), celui d’Instituto (21), du Racing (5) et du Belgrano (2).

         ˜

         Les retards dans le versement des salaires (mars et avril n’aurait pas encore été crédité) ont été la cause d’une longue entrevue entre six joueurs (Pablo Mannara, Diego Ceballos, Lautaro Trullet, Federico Bongioanni, Javier malagueño et Leonardo Baroni) et le directeur sportif Antonio Fauro. Celui-ci a promis qu’il seront versés dès le retour de Carlos Granero.

         ˜

         Diego Garay, qui a un contrat jusqu’en décembre mais avec possibilité de le rompre en juin, a exprimé ses sentiments sur la question: “j’ai un contrat jusqu’en juin. Je ne sais vraiment pas ce que je vais faire ensuite. Il sera compliqué que je reste. Il me paraît qu’il faut laisser la place à d’autres. Je voulais terminer ma carrière au Talleres, mais souvent les cycles se terminent avant et il faut savoir y mettre un terme.”

¯

Jeudi 3 mai 2007

         Entraînement. Salvador Capitano a multiplié hier les essais en vue de rencontrer Villa Mitre. Commençant la scéance avec une équipe très proche de celle qui a été battue par Huracán, où seul était absent Agustin Correa (écarté pour une contracture dans la jambe gauche) et Victor Piriz Alves, remplacé respectivement par Leonardo Baroni et Nicolas Medina : Dulcich - Trullet, Malagueño, Gill, Baroni - Buffarini, Dragojevich, Medina, Quiroga – Garay, Ceballos. Au fil des minutes, il modifia son équipe: Arnaldo Espinola, revenant de blessure rentrait dans la défense centrale et Gill passait au poste de latéral gauche en remplacement de Baroni. Au milieu de terrain, c’est Ramiro pereyra qui prenait le poste de latéral droit, Buffarini glissant comme milieu défensif et Medina faisait les frais de l’opération. Enfin, devant, le jeune Roberto Moreyra remplaçait Ceballos. Mais Capitano n’en avait pas fini avec ses essais et dans un dernier tiers-temps, Baroni et Ceballos revenaient dans l’équipe à la place d’Espinola et de Moreyra.

¯

Vendredi 4 mai 2007

         Salvador Capitano a décidé d’emmener 22 joueurs à Rafaela pour affronter Villa Mitre. Une délégation volontairement renforcée pour continuer la préparation sur place du match de lundi, mais également du suivant contre Unión de Santa Fe. La délégation : Silvio Dulcich, Diego Pozo (Gardiens) ; Lautaro Trullet, Juan Cruz Gill, Javier malagueño, Leonardo Baroni, Arnaldo Espínola, Bruno Conti (défenseurs) ; Julio Buffarini, Iván Dragojevich, Matías Quiroga, Ramiro Pereyra, Diego Garay, Cristian Devalis, Damián Felicia, Nicolás Medina, Emanuel Giménez, Agustín Correa (milieux) ; Diego Ceballos, Víctor Píriz Alves, Oscar Villarreal et Roberto Moreira Aldana (avants).

¯

Samedi 5 mai 2007

         19 matches sans gagner et 33 sans que soit alignée deux fois de suite la même formation. Les entraîneurs sont passés : Saporiti, le duo Oste –Carrizo, Gareca et maintenant Capitano. Aucun n’a trouvé le déclic qui permettra à cette équipe de sortir de son apathie. Il est encore trop tôt pour savoir quelle équipe évoluera face à Villa Mitre. Mais, il semble que de nouveaux changements auront lieu. En premier lieu, Victor Piriz Alvès qui n’a pas accepté sa sortie lors du match précédent ne devrait pas commencer la partie.

¯

Lundi 7 mai 2007

         Tournoi de Clôture - 15e journée : Talleres – Villa Mitre                  5 – 3

         Stade Barrio Parque (Rafaela) – 2.000 spectateurs

         Buts : 3' Diego Ceballos (T), 15' Marcos Del Cero (VM), 21' Javier Malagueño (T), 28' Matías Quiroga (T), 32' Ezequiel Barrionuevo (VM), 51' Diego Ceballos (T), 72' Matías Quiroga (T), 76’ Julio Mugnaini (VM).

Talleres : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Javier Malagueño, Juan Cruz Gill , Agustin Correa (Damian Felicia, 68e) – Julio Buffarini, Emanuel Giménez, Iván Dragojevich, Matias Quiroga – Diego Garay (Ramiro Pereyra, 76e), Diego Ceballos. DT: Salvador Capitano.

Villa Mitre : Juan Ponte – Roberto Laumann (Marcos del Cero, 4e), Victor Soto, Mariano Sardi (Emanuel Monforte, 62e), Sebastian Deláguila – Diego  Minor, Roberto Palacio, Besan, Ezequiel Barrionuevo – Pablo Vázquez (Mario Saccone, 49e), Julio Mugnaini. DT: Alejandro Hidalgo - Victor Zwenger

Avertissements : Iván Dragojevich, Lautaro Trullet, Diego Garay, Emanuel Gimenez (Talleres). Julio Mugnaini, Marcos Del Cero, Emanuel Monforte (Villa Mitre).

Expulsion : Ezequiel Palacio (VM).

Arbitre : Daniel Raffa.

         Pour ce match joué « à domicile » à 300 kilomètres de Córdoba, le Talleres nous a fait une bonne surprise : celle de gagner en mettant fin à un cauchemar de 7 mois. Le résultat un peu fou de ce match montre que les deux défenses n’étaient pas au point, mais qu’importe pour les deux mille supporters du Talleres ayant fait le déplacement, la victoire leur suffisait bien. Cette victoire a un scénariste, Diego Garay et de très bons acteurs, à savoir, Julio Buffarini, Matias Quiroga et Diego Ceballos. A croire que lors de ce match, chaque fois qu’il avait la balle, chaque fois qu’il tentait quelque chose, tout lui réussissait. Espérons que le Talleres n’attendra pas 185 autres longues journées pour enregistrer une nouvelle victoire. A noter que la dernière victoire où le Talleres a marqué 5 buts remonte au 6 mars 2005 lorsqu’il explosèrent Chacarita juniors par 5 à 1.

         ˜

         Granero a encore dû démentir des rumeurs de démission lors de la semaine écoulée. Il a rappelé qu’il n’avait jamais eu une telle pensée et que la gérance du club avait été accordée jusqu’en 2014.

¯

Mardi 8 mai 2007

         Agustin Correa souffre d’une contusion au niveau du genou droit et sa participation au match contre Unión est très incertaine. Les autres joueurs qui ont eu à souffrir d’ennuis physiques suite au match de lundi sont Matias Quiroga (coup dans le quadriceps de la jambe droite), Nicolas Medina (Contracture jambe gauche) et Diego Ceballos (ennuis musculaires).

¯

Mercredi 9 mai 2007

         Julio Buffarini considère que « à mon avis, cela n’a pas été le meilleur match que l’on ait fait. Nous avons été efficace, nous frappons au moment juste. Il y a eut des fois où nous avons mieux joué que lundi . » La question de l’absence de pression en raison de l’éloignement de Córdoba semble toutefois à écarter car l’équipe n’a pas montré qu’elle jouait plus libérée à l’extérieur dans les partis précédentes.

¯

Samedi 12 mai 2007

         Tournoi de Clôture - 16e journée : Unión – Talleres      0 – 0

         Stade 15 de Abril – 15.000 spectateurs

Unión : N. Fernández – R. G. Acosta, H. Desvaux, Gabriel O. Ruiz (Roberto Battión, 81e), I. Canuto – F. Fontana, P. R. Rosales, Martin D. Zapata, Conrado Peralta Pino (Miguel Barreto, 33e) – C. E. Pereyra, W. Yacob. DT: Carlos Trullet.

Talleres : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Juan Cruz Gill, Javier Malagueño, Agustin Correa – Julio Buffarini, Ivan Dragojevich, Emanuel Gimenez, Matias Quiroga – Diego Garay (Ramiro Pereyra, 90e) – Diego Ceballos (Victor Piriz Alves, 86e). DT: Salvador Capitano.

Avertissements : 4' Diego Pozo (Ta), 30' Diego Ceballos (Ta), 34' Emmanuel Gimenez (Ta), 59'ST Martin D. Zapata (Un), 66' Lautaro J. Trullet (Ta), 80' Iván J. Dragojevich (Ta).

Arbitre : Jorge Baliño

¯

Dimanche 20 mai 2007

         Tournoi de Clôture - 17e journée : Talleres – San Martin (San Juan)         1 – 2

         Stade de Córdoba – 18.000 spectateurs

         Buts : 34´ Matias Quiroga (T), 76´ Manuel Garcia (SMSJ), 88´ Luis Tonelotto (SMSJ).

Talleres : Leandro Requena, Javier Malagueño, Juan Cruz Gill (Damian Felicia, 79e), Arnaldo Espinola, Agustin Correa, Julio Buffarini, Ivan Dragojevich, Emanuel Giménez (Ramiro Pereyra, 89e), Matías Quiroga, Diego Garay (Victor Piriz Alves, 70e), Diego Ceballos. DT: Salvador Capitano.

San Martin : Cesar Monasterio – Sebastian Brusco, Sergio Plaza (Manuel Garcia, 62e), Ariel Agüero, Alejandro Gómez – Mario Pacheco, Félix Décima (Lisandro Sacripanti, 73e), Gabriel Roth, Facundo Torres (Fernando Merlo, 73e) – Luis Tonelotto, Nicolas Herrera. DT: Fernando Quiroz.

Avertissements : 35' Félix Décima (SMSJ), 65' Ariel Agüero (SMSJ), 80' César Monasterio (SMSJ).

Arbitre : Luis Bongianino.

¯

Samedi 26 mai 2007

         Tournoi de Clôture - 18e journée : Talleres – San Martin (Tucuman)                1 – 1

         Stade de Córdoba – 15.000 spectateurs

         Buts : 40' Antonio Ibáñez (SMT), 41' Matías Quiroga (T).

Talleres : Diego Pozo - Javier Malagueño, Ivan Dragojevich, Arnaldo Espinola, Agustin Correa - Nicolás Medina, Ramiro Pereyra (Víctor Piriz Alves, 76e), Julio Buffarini, Matías Quiroga (Federico Bongioani, 70e) - Diego Garay, Diego Ceballos. DT: Salvador Capitano.

San Martin : Javier Lavallén – Luciano González, Juan Monge, Mario Vera, Esteban Gil – Jorge Serrano, Pablo Cantero, Fernando Cravero (José Maria Bernal, 86e), Cristian Zárate (Miguel Nievas Escobar, 86e) – Antonio Ibáñez (Lucas Oviedo , 88e), Juan José Morales. DT: Carlos Roldán.

Avertissements : Lautaro Trullet (T), Mario Vera (SMT).

Arbitre : Guillermo Rietti.

¯

Samedi 2 juin 2007

         Tournoi de Clôture - 19e journée : Platense – Talleres            2 – 1

         Stade Ciudad de Vicente López – 8.000 spectateurs

         Buts : 9’ Juan Acosta Cabrera (P), 19’ Ramón Rojas (T, contre son camp), 74’ David Charles Pérez (P).

Platense : Pablo Campodónico – Héctor Banegas, Angel Puertas, Osvaldo Barsottini (Guillermo Báez, 55e), Matías Giacopuzzi (Santiago Frean, 78e) – Juan Mercier, Ramón Rojas, Charles Pérez, Juan Casado – Mauricio Ferradas, Juan Acosta Cabrera (Jorge Álvarez, 88e). DT: Rodolfo & Pablo Motta.

Talleres : Diego Pozo – Lautaro Trullet, Iván Dragojevich, Javier Malagueño, Agustín Correa (Oscar Villareal, 81e) – Julio Buffarini, Damián Felicia (Ramiro Pereyra, 74e), Nicolás Medina, Matías Quiroga – Diego Ceballos, Víctor Píriz Alves. DT: Salvador Capitano.

Avertissements : Oscar Villarreal (T), Nicolás Medina (T), Matías Quiroga (T), Víctor Píriz Alves (T), Diego Ceballos (T).

Arbitre : Gabriel Guillaume.




                                                                                                                 © Alain Senut, 2007

                                                                                    

 


 

 

 

Retour à la page principale

 

Les pages de l’A.S.S.E.

 

analyse mesure frequentation internet par